Tous les articles par ingrid khalifa

Les relations fraternelles : entre complicité et rivalité ?

les relations fraternelles

Les relations fraternelles : entre complicité et rivalité ?

 

Le 10 avril 2017, la fête des frères et sœurs était de retour en France ! Depuis 2003, cette fête permet de célébrer les relations fraternelles, tantôt de complicité, tantôt de rivalité entre frères et sœurs. Avec un taux de fécondité de 1,93 enfant par femme en 2016, la France reste la championne d’Europe.

Alors, chez Kiddizy on s’est dit qu’il fallait en parler ! Car aborder les thématiques de la maternité et la parentalité, c’est aussi s’intéresser aux relations fraternelles entre nos enfants. On se dit souvent qu’un enfant unique va se sentir seul, qu’il lui faut donc un ami, un camarade, pour jouer, grandir et se construire.Mais les relations qui unissent frères et sœurs peuvent s’avérer ardues.

Ainsi comment peut- on harmoniser ses relations et préparer notre enfant à la naissance d’un nouveau membre de la famille ?

 

 

Les différentes relations possibles entre frères et sœurs

 

Les relations complices et fraternelles

Les relations fusionnelles existent entre frères et sœurs. Selon l’étude “ pupett interview”  de Ablow & Measelle de 1993, l’âge et le sexe sont des facteurs essentiels à cette relation. En effet, entre la naissance du bébé et ses 4 ans, s’il est du même sexe que son aîné, sa relation va avoir tendance à être plus fusionnelle et proche. Alors qu’avec un aîné de sexe opposé, la relation va avoir tendance à être moins forte .

Néanmoins, il faut noter qu’une relation  fraternelle très proche peut exister dès le plus jeune âge. En effet, ils peuvent même être très tactiles et protecteurs envers l’un et l’autre.

De plus, une bonne relation fraternelle permet un apprentissage plus rapide et optimale du socius. En d’autre termes, cette relation permettra aux enfants d’intérioriser les règles sociales en imitant l’autre.

 

ostéopathe pro

 

 

Les relations de rivalité ou de haine

Les relations fraternelles ont un impact très important sur la construction de la personnalité de l’enfant. Dès son plus jeune âge, un mécanisme d’imitation de l’aîné va se produire. Dès lors, si l’aîné rejette son frère ou sa sœur, le bébé peut intérioriser ce rejet.

La jalousie

La jalousie est la première évidence s’imposant à l’enfant envers son frère ou sa sœur. Freud est à l’origine du complexe l’Œdipe qui présuppose que l’enfant peut développer des sentiments amoureux pour son parent de sexe opposé. Dans cette optique, la jalousie de l’aîné à l’égard du nouveau-né peut s’expliquer par la peur de l’enfant de perdre sa mère ou son père. Cette jalousie peut être :

  • Extériorisée :  par des comportements violents, des crises de larmes vis à vis de son frère ou de sa sœur par exemple.
  • Intériorisée :  par des comportements d’isolement par exemple. Pour faire face à cette tendance, il faut l’inviter à parler quotidiennement de ses sentiments vis à vis de son frère ou de sa sœur et de sa place dans la famille.

Le complexe fraternel ?

N. Zilkha a développé le concept de « complexe fraternel » qui est présent le plus souvent en cas de très faible différence d’âge entre les enfants ou entre jumeaux. Ce complexe nous interroge sur la place de chacun des enfants dans la famille. En effet, l’un peut dès sa naissance se sentir complexé par un frère ou une sœur plus souriant et plus autonome que lui. Ce complexe, loin d’être une simple étape de la vie, peut avoir deux conséquences :

  • La motivation : il peut pousser l’un des enfants à se dépasser pour être “aussi bien que son frère ou sa sœur”
  • L’abandon : l’enfant peut abandonner sous le prétexte : “ de toute façon je ne ferai jamais aussi bien que mon frère ou ma sœur”

Que pouvons nous faire pour préparer notre enfant à l’arrivée de son petit frère ou de sa petite sœur ?

 

 

Une relation parents-enfants harmonieuse

La relation parents enfants est la première à avoir un impact réel sur la relation horizontale fraternelle. En 1998, le chercheur américain Brody, a mis en avant ce constat en affirmant que l’attachement à ses parents dès les premiers mois de la naissance impact  directement la relation avec ses frères et sœurs. Une corrélation positive s’établit dès lors. Des recherches scientifiques approfondies ont été menées 

professionnel

 

 

Un cadre de vie qualitatif plus important que quantitatif

De plus, l’étude approfondie de Brody, mêlant 4 indicateurs différents, a montré que ce n’était pas le revenu, ou le statut socio-économique du foyer qui avait le plus fort impact sur les relations fraternelles. Ce sont plutôt l’organisation du foyer et l’environnement externe qui sont des variables plus importantes.

 

 

Pour faciliter les relations fraternelles, Kiddizy vous donne ses petits conseils en plus !

bilingue

  • Place aux jeux : les jeux de rôles peuvent être une idée très pertinente pour améliorer la communication. L’aîné, afin de se préparer au mieux à l’arrivée du bébé, peut essayer de se mettre à sa place sous la forme de jeux de rôles. .
  • Place à la parole : il faut aider votre enfant à parler. Comment se sent -il  dans cette relation fraternelle ?  S’il ne peut exprimer ses émotions, vous pouvez fabriquer des images : avec des soleils, de la pluie, des nuages et l’inciter à pointer du doigt les émotions correspondantes !
  • Place à l’autonomie : pour aider votre plus grand à donner le bon exemple à son frère ou sa sœur, il faut le responsabiliser dès le plus jeune âge avec des tâches simples et régulières. Il saura dès lors qu’il a une véritable place et IMPORTANCE dans la famille
Kiddizy vous met en relation avec les meilleurs professionnels, tous spécialistes de la maternité et parentalité !

En remplissant ce questionnaire d’orientation, vous serez contactés individuellement pour valider vos besoins et vous faire accompagner.

Sources :

Ablow, J.C. & Measelle, J.R. (1993).  The Berkeley Puppet Interview: Interviewing and coding systems manuals. University of Oregon: Department of Psychology.
Brody, G.H. (1998). Sibling relationship quality: Its causes and consequences. Annual Review of Psychology, 49, 1–24.

 

 

 

 

 

papa dépression port partum
Dépression post-partum chez papa: une réalité négligée

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Contact peau à peau précoce: les bénéfices

peau à peau

On appelle contact peau contre peau précoce entre la mère et le nouveau-né le fait que ce dernier soit placé nu dans les bras de sa mère immédiatement après l’accouchement.

 

Des chercheurs de l’université Vanderbilt, à Nashville, se sont intéressés à l’impact de ce premier contact peau contre peau sur bébé directement après l’accouchement. Ces chercheurs ont effectué deux études à quatre années d’intervalle, en 2012 (1) et en 2016 (2), dont les résultats furent similaires. Ce premier contact entre la mère et l’enfant aurait des effets physiologiques positifs importants sur l’enfant.

Méthodologie des études

 

Comment réussir à établir des chiffres sur l’impact de ce premier contact entre la mère et l’enfant ? Les chercheurs se sont penchés sur les chiffres de l’ONG Cochrane . En effet, l’ONG fait de nombreuses recherches sur les questions scientifiques. Elle avait comptabilisée le nombre de mère pour lesquelles ce premier contact avait eu lieu. En contactant les mères interrogées et en se penchant sur les résultats des études effectuées par Cochrane, les chercheurs parvinrent à arriver à des conclusions.

 

Les données, récupérées dans 21 pays, comprenaient un peu plus de 2000 participantes pour celle de 2012, et plus de 3000 pour l’étude conduite en 2016. De plus, les femmes ayant accouché par césarienne furent aussi incluent.

professionnel naturopathe kiddizy

Plus de chances d’allaiter ?

 

Proportionnellement, les mères chez lesquelles ce contact avait eu lieu allaitaient plus que celles chez lesquelles il n’avait pas eu lieu. Ceci était vrai un mois après l’accouchement et quatre mois après. Les mères chez lesquelles le contact peau contre peau précoce a lieu après l’accouchement allaitent aussi plus longtemps. En moyenne, un écart de 64 jours entre les durées d’allaitement chez les deux groupes de mères fut constaté. Ceci correspond à un écart de plus de deux mois.

Une étude indienne datant de 2014 a montré que les bébés ayant connu un tel contact après l’accouchement tètent avec plus de facilités. Cette même étude, en interrogeant les mères, se rendit compte que ces dernières se disent satisfaites à 67% de la manière dont l’allaitement se déroule. Ce chiffre chute à 29% chez les mères n’ayant pas eu de contact peau à peau précoce avec leur enfant. L’allaitement est bénéfique pour l’enfant. Vous pouvez retrouver des informations à ce sujet sur Kiddizy !

allaitement precoce contact peau a peau

Une meilleure stabilisation post-partum

 

Un effet physiologique non négligeable est celui de la stabilisation cardio-respiratoire chez les nouveaux nés, et en particulier chez les enfants prématurés. En effet, le système cardio-respiratoire des enfants ayant un contact peau contre peau précoce se stabilisaient plus rapidement.

L’étude indienne montre aussi que les nouveaux nés chez lesquels ce contact a lieu se portent mieux que les autres. En effet, ils ont moins de risque de perdre beaucoup de poids. De plus, la stabilisation de leur température corporelle se fait aussi plus rapidement.

Des conclusions modérées

 

Les chercheurs concluentque même si les résultats sont plutôt clairs, il est important de les modérer. Tout d’abord, la qualité des échantillons est limitée. Sur chacune des deux études, le contact précoce entre la mère et l’enfant favorise l’allaitement. Toutefois, les chercheurs ont souligné le fait que des échantillons plus grands sont nécessaires pourconfirmer les résultats.

pro certifiés

Chez Kiddizy, vous trouverez des conseils de qualité, puisant directement l’information dans des articles scientifiques publiés récemment

Pour plus de conseil sur la façon de gérer le sommeil de votre enfant, et si vous avez plus de question, un expert peut vous conseiller via Kiddizy.

 

 

Sources:
  1. Early skin-to-skin contact for mothers and their healthy newborn infants. 2012. Moore ER, Anderson GC, Bergman N, Dowswell T.
  2. Early skin-to-skin contact for mothers and their healthy newborn infants. 2016. Moore ER, Bergman N, Anderson GC, Medley N.
  3. Effect of very early skin to skin contact on success at breastfeeding and preventing early hypothermia in neonates. 2014. SmitaSrivastava, Amit Gupta, Anjoo Bhatnagar, Sanjeev Dutta.

maman-grossesse-déclenchement grossesse-déclencher travail-bébé
Existe-t-il un risque à déclencher le travail chez la femme enceinte ?
femme deni de grossesse
Déni de grossesse : tout ce qu’il faut savoir

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Quelles sont les bonnes positions pour allaiter ? Par Carole Hervé

allaitement

Carole Hervé, consultante en lactation, certifiée IBCLC, nous apprend les bonnes positions pour allaiter.

Allaitement, travail

Kidd’izy: Bonjour Carole, vous êtes consultante en lactation IBCLC sur Paris. Quelles sont les bonnes positions pour allaiter un bébé ?

Avant de vous décrire les bonnes positons, j’ai envie de faire un clin d’oeil grossièrement aux mauvaises positions à éviter pour allaiter son bébé. Une position qui est généralement faite par les jeunes mamans, est d’être au bord du fauteuil/canapé, le dos bien droit et avoir un coussin d’allaitement sur les cuisses. Le bébé est sur le coussin d’allaitement, la maman se penche vers le bébé et éventuellement prend la positon de la madone, c’est à dire que la tête du bébé est calée dans le coude de la maman.

Cette position empêche le basculement en arrière de la tête du bébé pour qu’il puisse ouvrir grand la bouche. D’ailleurs, il est presque impossible de manger une pomme la tête trop baissée ou trop relevée.

infirmière puéricultrice

Cette position n’apporte pas de point d’appui au bébé donc il glisse avec le coussin d’allaitement, le nombril regarde souvent le plafond et sa tête est souvent tournée vers le sein, c’est des crevasses assurées pour la mère.

On se demande si on a vraiment besoin du coussin d’allaitement.

Si on veut faire la position de la madone, (position classique et efficace) on va proposer à la maman de se caler davantage dans son fauteuil pour qu’elle soit plus dans l’ouverture.

Son bébé est contre elle, elle soulève son t-shirt, elle met le au sein, elle veille à se que le bébé soit bien accroché. On ne peut pas glisser une feuille de papier entre elle et son bébé.

Une astuce pour mieux réussir cette position consiste à poser son bébé sur ses genoux, à prendre le bébé derrière la nuque et les fesses. La main accompagne le bébé, les doigts sont derrière la nuque, la tête du bébé peut basculer en arrière.

Une fois qu’il ouvre grand la bouche, on le plaque contre le sein, le coude tient ses fesses, son nez est dégagé et son menton est dans le sein.

Une fois que le bébé est bien calé on peut mettre l’autre main et on est bien détendue.

Kidd’izy: Nous venons de voir avec vous la position de la madone. Avez-vous d’autres positions dans votre boite à outil ?

Je vais vous parler d’une position que j’adore. C’est une position qu’on voit encore très peu dans les manuels ou petits guides distribués aux mères.

pro certifiés

C’est une position physiologique qui a été décrite par Suzanne Colson, une sage-femme.

Par exemple la mère vient d’accoucher, elle est en pro-clive (dos incliné), les genoux un peu relevés, le bassin basculé puis elle dépose le bébé contre elle. Le bébé est sur le côté verticalement, il a les voies aériennes dégagées puis il va se placer tout seul.

La maman donne un point d’appui au niveau de ses fesses et donc son bébé va pouvoir se reposer sur les cuisses de sa maman.

Dans cette position le bébé cherche, fouille pour trouver le sein de sa mère. La mère a le dos calé, elle est détendue, c’est le bébé qui va se placer tout seul.

Cette position peut paraître compliquée voir dangereuse mais ce n’est pas du tout le cas, elle est très simple à réaliser. En règle générale c’est indolore, cela amène une tétée efficace et un transfert de lait optimal : tout ce que l’on cherche.

positions allaiter

Kidd’izy: J’ai beaucoup attendu parler de la position du ballon de rugby, qu’est ce que c’est ?

Il faut penser au joueur de football américain, à un moment donné il cale son ballon sous le bras et il court la tête un petit peu en avant.

Cette position peut être intéressante pour une mère qui vient d’accoucher par césarienne et qui ne supporte plus de pression sur l’abdomen, ou pour une maman qui allaite des jumeaux.

Cette position demande de nombreux coussins pour être effectuée sans problème.

massage bébé pro

Avec les coussins, on va placer la tête du bébé à hauteur du sein pour l’allaitement. Les fesses du bébé sont calées dans le coude de la maman, ses pieds sont à peu près parallèle au mur. La tête du bébé repose dans la paume de la maman et quand le bébé ouvre grand la bouche, elle l’amène dans un mouvement rapide à prendre le sein. Éventuellement avec sa main libre elle peut faire une bouché de sein puis venir caresser la bouche et le nez du bébé ce qui va provoquer un geste réflexe, le bébé ouvre grand la bouche.

Puis la maman se détend et essaye de se caler en arrière. C’est une position vivement recommandée quand on a des jumeaux.

positions

Voir les vidéos sur le youtube de Kidd’izy:

  1. Quelles sont les bonnes positions pour allaiter, partie 1
  2. Quelles sont les bonnes positions pour allaiter, partie 2
  3. Quelles sont les bonnes positions pour allaiter, partie 3 

A lire aussi: Lait maternel: de nombreux arômes à découvrir 

Mis à jour le 10 janvier  2018.

Les outils pour être un parent épanoui

parent épanoui

Quels sont les meilleurs outils pour être un parent épanoui?

Marie-Christine Eustache, coach parental près de Nantes, est formée en psychologie, développement du jeune enfant, communication non violente, spécialiste du burn out maternel et membre du réseau de professionnels de la périnatalité Kidd’izy. Elle vous accompagne pour vivre pleinement votre fonction de parent au quotidien.

guide des prénoms

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est important de savoir que chaque personne a sa propre notion de ce qu’est le fait d’être épanoui.
Vous en tant que parent, vous pouvez vous poser la question de ce que cela veut dire concrètement pour vous. Est-ce qu’être un parent épanoui veut dire s’occuper à 100% de vos enfants ? Est-ce déléguer l’éducation et la garde des enfants pour vous consacrer à votre profession ? Est-ce passer beaucoup de temps avec votre partenaire de vie ? Autant de questions à se poser pour définir quelles sont vos priorités.

parent épanoui

 

Il faut savoir que nous avons différents domaines de vie à travailler, à entretenir au quotidien :
La vitalité
La relation de couple
Les relations familiales
La vie sociale (vie de femme, vie d’homme)
L’activité professionnelle
La gestion de l’argent
Et bien sûr la gestion du temps qui va permettre un bon équilibre de l’ensemble.

experts certifiés

La vitalité

Si votre vitalité est faible vous aurez de la difficulté à travailler, à répondre aux besoins de vos enfants, aux demandes d’attention de votre conjoint(e). Ce point est donc le socle à travailler quotidiennement.
Les bases pour une bonne vitalité sont connues : une alimentation saine et une hydratation adéquate.

La pratique d’une activité sportive régulière comme de la marche, de la natation, du yoga permette de maintenir une forme physique indispensable à la vie avec des enfants.

Pensez à une gestion sur le long terme de cette vitalité. Avoir recours à une aide-ménagère même si vous pensez pouvoir tout faire, ralentir le rythme des sorties, des activités sera un bon investissement pour éviter l’épuisement qui pourrait arriver. Celui-ci arrive bien souvent plusieurs mois après la naissance et de façon insidieuse.

parent épanoui

Les enfants sont plein d’énergie, au grand désarroi parfois des adultes qui sont épuisés beaucoup plus rapidement.

L’importance du sommeil

Cela m’amène à vous préciser une information très importante sur le sommeil. Lorsqu’un nourrisson « fait ses nuits » c’est qu’il peut dormir 5h d’affilée. Je vous renvoie à la lecture de l’excellent livre du Sr Sears « Etre parent le jour et la nuit aussi » qui explique les rythmes veille/sommeil des tous petits et des plus grands.

En tant qu’adulte ayant connaissance de ce paramètre, vous pourrez récupérer du sommeil en faisant des micro siestes ou des siestes flash (lien). Même fermer les yeux 2-3 minutes en vous focalisant sur votre respiration vous aideront à récupérer de l’énergie. Ceci peut être fait plusieurs fois par jour.

Sur youtube, vous trouverez l’explication pour pratiquer une respiration relaxante qui vous aidera à vous endormir facilement le soir et même à vous rendormir en cas de réveil nocturne. Pour les premiers mois, vous pouvez avoir recours à une infirmière puéricultrice / nurse de nuit, certifiée Kidd’izy, c’est une bonne idée de cadeau à se faire offrir pour une naissance.

sketchnotes Sandra Boré// Sketchnotes réalisé par Sandra Boré pour le café d’expert de Kidd’izy //

 

En fonction des priorités que vous aurez déterminées, vous pourrez aménager votre planning afin de poser des temps pour vous seul(e), pour votre couple, pour voir vos ami(e)s, votre famille.

Un enfant grandi vite, rapidement il va se déplacer seul, développer ses apprentissages, il a besoin durant cette période de beaucoup d’attention. Les acquisitions que les enfants font petits sont des acquis pour la vie.

La prise de l’autonomie se fait au fur et à mesure et les premiers accompagnants pour cela sont les parents. Vous pouvez vous faire aider pour cela car ce n’est pas toujours facile de gérer les envies de découvertes, les volontés de « faire tout seul ».

Etre parent est une magnifique expérience à vivre et c’est une opportunité d’avoir un certain nombre de challenges à relever régulièrement. Vous avez le droit de vous faire aider, surtout ne restez pas seul(e) face à une difficulté même minime. Vous pouvez vous inscrire sur le site www.mariechristineeustache.fr et recevoir des informations régulièrement pour développer vos compétences parentales.

 

Article écrit par Marie-Christine Eustache, coach parentale, exerçant près de Nantes et membre du réseau de spécialistes certifiés Kidd’izy, suite à l’atelier d’expert organisé par Kidd’izy en date du 30 novembre 2017. Vous pouvez en savoir plus sur l’expérience, les prestations, les tarifs de Marie-Christine Eustache ici.

À lire aussi: Place à la parentalité positive ! Adieu l’éducation traditionnelle …

Mis à jour le 10 janvier 2018.

La sophrologie: une méthode complémentaire de préparation à la naissance.
Ostéopathie en Post-Partum

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Comment se déroule une consultation d’allaitement ? Par Carole Hervé et Kidd’izy

consultation allaitement

Kidd’izy : Bonjour Carole, vous êtes consultante en lactation certifiée IBCLC. Pouvez-vous nous dire comment se passe une consultation ?

Carole Hervé : Tout d’abord, les motifs réguliers d’appel d’une consultante en lactation sont : les questions liées aux douleurs de l’allaitement pour lesquelles la mère n’arrive pas à trouver de solution et les questions relatives à la prise de poids du nourrisson.

pro certifiés

Donc au cours de la consultation, j’invite évidemment la mère à venir avec son enfant et si elle a la chance d’être accompagnée par son ou sa partenaire, c’est l’idéal. Au cours de cet entretien, nous allons pratiquer ce que l’on appelle l’anamnèse, c’est-à-dire que je lui pose un certain nombre de questions pour avoir une vue d’ensemble sur sa situation, une sorte de photographie. Je vais évoquer les antécédents médicaux, je vais observer une ou plusieurs mises au sein, je vais potentiellement évaluer les structures orales du bébé, bien vérifier que le palais n’est pas trop haut, que la langue est suffisamment mobile, que le bébé a la capacité de bien placer sa langue sous le mamelon sans risquer de le léser, je vais observer également le frein de lèvre, le frein de langue. Je vais regarder comment la maman se positionne, si elle se sent à l’aise, si elle sait veiller à son propre confort pour amener un transfert de lait optimal.

allaitement

Donc ce sont tout un tas de petits indices que je vais collecter, que je vais observer, en général assez discrètement mais avec un œil relativement entraîné pour essayer de comprendre comment se passe le quotidien de cette maman, et comment répondre à ses préoccupations du moment pour l’aider à avoir un allaitement sur mesure et le plus serein possible.

professionnel naturopathe kiddizy

A lire aussi: Allaitement: pourquoi est-il recommandé par l’OMS 

Mis à jour le 9 janvier 2018.

L’ haptonomie utile pendant la grossesse pour l’accouchement ?

haptonomie grossesse

L’ haptonomie se définit comme étant la science de l’affectivité. Elle étudie les « phénomènes inhérents aux contacts dans les relations humaines » selon le dictionnaire Larousse. Elle vise à développer des facultés, comme le toucher, grâce auxquelles l’être humain peut atteindre l’épanouissement.

Toutefois, qu’en est-il de l’ haptonomie pendant la grossesse?

 

Le but de l’ haptonomie en prénatal est de préparer les parents à la naissance en établissant des relations affectives avec le bébé in utero. Cette pratique permet aussi de mieux appréhender la douleur de l’accouchement et sollicite la participation du père tout au long de la grossesse.

pro certifié consultant lactation

La place de l’ haptonomie avant et pendant l’accouchement

 

Aujourd’hui il existe de nombreuses méthodes alternatives de préparation à la naissance et de plus en plus de personnes y font appel.

L’ haptonomie prénatale part du principe que la relation entre l’enfant et ses parents peut se créer et s’approfondir avant la naissance. Le but est que l’enfant se sente en sécurité et se sente « bienvenu » avant même sa naissance. Cela peut paraître surprenant, mais des études ont montré que les fœtus répondaient aux signaux extérieurs qu’ils soient vocaux ou tactiles.

haptonomie femme enfant

Une étude française datant de 2012 s’est penchée sur le sujet (1) en se demandant si l’ haptonomie facilite l’accouchement, et quelle est sa place en salle de grossesse.

Un premier entretien eut lieu pendant la grossesse, autour du neuvième mois. Celui-ci établissait les attentes des couples ayant suivi un accompagnement haptonomique, leurs attentes ainsi que leurs projets de naissance. Un second entretien eut lieu un mois après l’accouchement afin d’établir le lien entre le projet de naissance du couple et la réalité de l’accouchement.

 

Des statistiques difficilement trouvables

 

La proportion de femmes enceintes pratiquant l’ haptonomie est difficilement chiffrable, cette pratique étant relativement nouvelle. En effet, la pratique fut développée par le néerlandais Frans Veldman (1921-2010), dans les années 80.

Aujourd’hui, même si elle gagne en popularité, les bienfaits de la pratique demeurent quasi-impossibles à chiffrer.

Les Hautes Autorités de la Santé ont classé l’ haptonomie parmi les approches dont l’efficacité n’avait pas été évaluée. Par conséquent, il convient de s’en remettre aux témoignages des personnes l’ayant pratiquée. C’est ce que l’étude citée ci-dessus fait.

haptonomie femme

Des témoignages encourageants

 

Tout d’abord, les témoignages de pères montrent que ces derniers se sentaient plus impliqués dans la grossesse de leur femme. Ceci était vrai notamment au niveau du rôle que devait être leur rôle pendant et après l’accouchement.

Ils déclarent être présents tant sur le plan physique que moral.

Cette présence du père et la préparation à la naissance à travers l’ haptonomie donne aussi confiance aux mères qui parviennent à se détendre en salle d’accouchement.  En effet, les mères se sentaient « plus sereines ». Certaines disaient redouter l’accouchement, l’ haptonomie les a aidées à contrôler leur appréhension et leur stress. De plus, une plus grande implication du père rassure aussi la mère, qui se sent soutenue et moins nerveuse.

 

Toutefois, même si l’ haptonomie était utile au bon déroulement de l’accouchement, elle ne permettait pas aux parents d’être autonomes en salle d’accouchement. En effet, la présence d’une sage-femme formé(e) en haptonomie était nécessaire à l’application des méthodes vues pendant la grossesse.

experts certifiés

 

Si vous attendez un bébé et que l’ haptonomie vous intéresse, vous pourrez trouver un professionnel sur Kidd’izy.

À lire aussi: Comment la femme perçoit son corps pendant et après la grossesse.

Retrouvez également sur notre site tous les conseils de qualité, puisant directement l’information dans des articles scientifiques publiées récemment.

Mis à jour le 9 janvier 2018.

 

Sources : 

(1) L’haptonomie, un projet pour une naissance. Elodie Adam.  Université de Lorraine. 2012.

Les troubles alimentaires du nourrisson et du jeune enfant

hamburger-alimentaation grossesse

25% à 50% des jeunes enfants souffrent de troubles alimentaires (1), dont 1,4% des nourrissons se trouvant en situation de malnutrition. D’après une étude suédoise, parmi 1% à 2% des nourrissons ayant montré des difficultés à manger et un retard de croissance durant leur première année, 70% ont gardé ces problèmes alimentaires et ce retard de croissance à l’école et à la maison.

Ce n’est qu’en 1994 que le DSM (Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux) a introduit cette pathologie sous le nom de « trouble alimentaire du nourrisson et du jeune enfant », malgré sa connaissance bien des années avant.

 

troubles alimentaires

Descriptions des différents troubles alimentaires

Il existe plusieurs troubles alimentaires des nourrissons et des jeunes enfants (3) :

  • Les coliques du nourrisson: ces périodes quotidiennes de pleurs très réguliers durent quelques semaines. Leur durée dépend de l’enfant et des parents. Elles apparaissent généralement après 8 à 10 jours de pleurs inconsolables, et concernent 15% à 30% des nourrissons (5) durant leurs 3 premiers mois. L’enfant durant cette période va téter plus fréquemment et plus goulument que d’habitude. Les médicaments sont inutiles. Il faut consulter un expert. Il n’y a pas d’antidote miracle, il faut essayer de calmer le plus possible son enfant. les coliques disparaîtront.
  • Les vomissements psychogènes: ils sont sans cause organique, c’est-à-dire que les causes sont psychiques. Ils arrivent généralement vers 6 mois et peuvent être liés à des relations conflictuelles, qui se répercutent dans l’alimentation. Ces vomissements s’estomperont avec l’âge.
  • Le mérycisme : ce sont des remontées volontaires ou automatiques. L’enfant au lieu de recracher la nourriture remontée, va la redéglutir, la ravaler. Le mérycisme est un symptôme rare qui peut être à l’origine de troubles du comportement plus tard (6).
  • L’anorexie : il est le premier trouble à être reconnu d’origine psychique pour le pédiatre. Il y a 3 sortes d’anorexies du nourrisson :
  • L’anorexie d’inertie : c’est la forme la plus rare, la plus grave et la plus précoce (avant ou à 3 mois). Il y a une certaine forme dépressive. Elle vient principalement à cause d’un manque d’attachement entre la mère et l’enfant.
  • L’anorexie anxio-phobique: l’enfant a peur de la nourriture. Ce trouble du comportement alimentaire peut survenir à n’importe quel moment de la vie de l’enfant : de sa petite enfance comme  l’adolescence.
  • L’anorexie d’opposition : c’est la forme la plus fréquente. Elle survient plus tard (vers 6 mois) lors d’un changement de régime alimentaire, lors d’une transition vers l’autonomie alimentaire. Ce n’est pas que l’enfant n’a pas faim, mais qu’il refuse de manger.

professionnel naturopathe kiddizy

Dans cette anorexie d’opposition vont se distinguer 3 formes : l’anorexie simple qui n’est que passagère, dans laquelle il n’y a pas de cassure de la courbe de poids, et où l’enfant est plus ou moins constipé, et qui peut être résolue avec l’aide du papa ou d’une puéricultrice ; l’anorexie complexe, qui persiste et qui amène en plus des troubles du sommeil ou des colères, et qui nécessite l’aide d’un expert pour se résoudre.

 troubles alimentaires

Les Causes

Une étude française (2) s’étendant sur 4 ans, étudia 103 enfants de moins de 3 ans pour comprendre d’où pouvaient venir ces troubles du comportement alimentaire (TCA). Dans ces 103 enfants, 57 avaient des troubles alimentaires et 46 autres enfants étaient considérés en bonne santé, comme étant des mangeurs normaux.

Les parents ont dû remplir une fiche descriptive détaillant l’accouchement, le statut néonatal, l’historique médical, l’alimentation au lait et les traitements médicaux.

Les analyses ont indiqué que la césarienne, naître prématurément, les maladies néonatales, des antécédents de troubles alimentaires dans la famille, la consommation de protéines hydrolysâtes et les traitements composés d’inhibiteurs de la pompe à protons sont des facteurs de risque très importants de troubles alimentaires.

professionnel

En effet, 40% à 70% des enfants nés prématurés ou atteints de pathologie chronique sont atteints de troubles alimentaires (3).

 

Selon d’autres experts, les troubles alimentaires des nourrissons seraient dus à des causes psychiques comme un manque de sensibilité maternel et à un manque d’interaction avec la mère au cours des repas (4).

 

Si vous avez des questions quant à votre alimentation et à celle de votre enfant, n’hésitez pas à contacter un professionnel (nutrionniste, diététicien etc.) spécialisé en périnatalité sur Kidd’izy.

A voir aussi: L’avocat, le premier meilleur aliment pour bébé ?

MIs à jour le 9 janvier 2018.

Sources :

(1) « Tu vas manger ! » Trouble alimentaire du nourrisson et du jeune enfant : du refus au forçage alimentaire, Thomas Cascales et Jean Pierre Olives

(2) « Feeding disorders in infants and toddlers: At-risk situations and predisposing factors »

(3) « Troubles du comportement alimentaire de 0 à 3 ans », Magdalena Edom pédopsychiatre

(4) « Les problèmes alimentaires chez les bébés et les jeunes enfants », Maria Ramsay

(5) « Coliques du nourrisson », Le Figaro

(6) « Vomissements de l’enfant », Pediatric Surgery

 

vegan Vitamine B12
Véganisme : la vitamine B12, indispensable au développement de l’enfant ?

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Comment se déroule un atelier massage type ? Par Florence Gourdin et Kidd’izy

massage type bébé

 

Kidd’izy : Bonjour Florence Gourdin, vous êtes puéricultrice et instructrice en massage bébé. Comment se déroule un atelier massage type ? Qu’apportez-vous aux parents qui participent à ces séances ?

 

ostéopathe pro

 

Florence Gourdin : Un atelier massage se déroule un peu toujours de la même façon, mais tout dépend aussi de s’il s’agit d’un atelier en groupe, ou un atelier en individuel. Les ateliers en groupe, c’est en général des petits groupes de 2-3 mamans pour permettre de garder un climat le plus serein, le plus posé possible et favoriser les échanges.

Le déroulement est sinon toujours à peu près le même : c’est les parents qui massent leur bébé, et moi qui masse sur mon compagnon poupon ! Donc je montre les nouveaux mouvements que les parents apprennent et eux en parallèle le reproduisent sur leur bébé. Alors bien sûr, on se crée toujours avant cette petite bulle de contact, d’échange, pour mieux se connaître dans le groupe, pour mieux se connaître avec le bébé. Et après on démarre, après que le bébé soit d’accord et que les parents soient prêts, on démarre le massage. Donc ils suivent les mouvements que je fais sur le poupon, sur leur nouveau-né.

Donc ça c’est les nouveaux mouvements. Souvent, on en profite, comme c’est souvent plusieurs séances (l’idéal c’est que le massage, on ne l’apprenne pas en une seule séance car c’est assez court pour en connaître tous les principes, tous les secrets), en général je conseille plutôt 5 séances ce qui permet de voir les mouvements sur tout l’ensemble du corps. Du coup, d’une séance sur l’autre, ça nous permet de réviser les mouvements vus précédemment. Ce qui fait qu’à la fin d’une session complète de 5 séances, les parents maîtrisent vraiment l’ensemble des mouvements et le bébé les connait parfaitement aussi et est tout à fait réceptif (surtout ceux sur lesquels il est le plus sensible).

 

massage pour nourrisson Florence Gourdin

 

Sur le temps de l’atelier, on en profite aussi quand on a fait les mouvements, pour échanger avec les parents sur le bébé. Donc sur les moments idéaux pour le masser, les façons d’adapter le mouvement au fur et à mesure que l’enfant grandira, s’adapter au mouvement que fera le bébé (un bébé nouveau-né et un bébé de 6-7 mois n’aura pas tout à fait le même comportement au court du massage). Les parents peuvent être surpris : il était attentif et sans bouger tout petit et il ne voyait que votre visage, alors qu’un enfant plus grand pourra tout à fait prêt à recevoir le massage en admirant un magnifique jouet qu’il aura attrapé dans ses mains. Donc tout ça c’est important, il faut échanger avec les parents et leur apporter une meilleure connaissance de leur enfant ! C’est le but des ateliers massage.

 

experts certifiés

Kidd’izy : Et une fois que les parents ont acquis les bons gestes, à quelle fréquence conseillez-vous de masser bébé ?

 

Florence Gourdin : Ça va être un peu individuel selon le rythme de chacun. Ce que je dis souvent aux parents à la fin des sessions, c’est que le massage n’est pas qu’une histoire de bébé lorsqu’il est petit, et c’est génial de pouvoir garder ce contact-là avec l’enfant qui grandit. Il y a des techniques un peu plus développées et poussées lorsque que l’enfant grandit mais déjà les mouvements qu’ils ont appris sur un enfant petit peuvent être tout à fait poursuivis au fur et à mesure que l’enfant grandit et même vraiment tardivement.

 

massage type pour bébé

 

Garder cette idée de contact de massage tout au long de la vie, c’est vraiment un des principes du massage. Alors après, à quelle fréquence ? On sait que la vie va très vite : on rentre du travail, prendre du temps pour le masser on sait que ce n’est pas toujours évident. Mais dans ces cas-là, ce que je dis souvent aux parents aussi, c’est de ne pas faire forcément une session complète de massage, mais peut-être juste un massage du visage au moment où l’enfant va chercher à s’endormir par exemple. Ou l’enfant un peu plus grand ou un peu plus énervé, qui a mal autour du ventre, on va se servir peut-être plus de ce massage vraiment ciblé. Et si bien sûr on peut se prendre un petit quart d’heure pour faire une séance complète, c’est top ! Et ça favorise l’échange, c’est du temps que qualité qui sera apporté, justement si on s’accorde cette petite bulle de 10-15 minutes après une journée de travail. En général, tout le monde se sent mieux après.

La fréquence, je ne dirais peut-être pas tous les jours car c’est difficilement réalisable mais c’est à volonté !

A voir aussi: Contact parent-bébé dès la naissance ? L’exemple des prématurés 

Mis à jour le 9 janvier 2018.

Techniques de portage
Quelles sont les différentes techniques de portage ?
Contact parent-bébé dès la naissance? L’exemple des prématurés

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Accessoires d’allaitement : les bouts de sein en silicone. Par Carole Hervé et Kidd’izy

accessoire lactation

 

Carole Hervé, consultante en lactation à Paris est interrogée sur l’utilité des accessoires, notamment des bouts de sein pour  l’allaitement.

 

Kidd’izy : Bonjour Carole, vous êtes consultante en lactation certifiée IBCLC sur Paris. Beaucoup de mamans demandent des accessoires à l’allaitement, aujourd’hui on parle beaucoup des bouts de sein en silicone. Dans quels cas sont-ils utiles ?

Carole Hervé : Merci pour cette question. Dans le trousseau de la jeune mère, beaucoup de personnes ont tendance à recommander d’utiliser, d’inclure, des bouts de sein en silicone. Le bout de sein en silicone c’est une espèce de petit écran, c’est comme ça qu’on l’appelle dans le jargon des consultantes en lactation.

C’est un petit accessoire qui vient se placer sur le mamelon pour éviter potentiellement qu’il y ait des frottements dus à l’allaitement. Ça c’est la belle image ! C’est l’aspect très vendeur et très marketing, si on peut dire, de l’objet, de l’accessoire.

allaitement-accessoire-maman

Au final, il y a un certain nombre de conditions et de circonstances dans lesquelles l’utilisation du sein en silicone est pertinente, mais c’est relativement peu. C’est-à-dire que si le bébé est né grand-prématuré et qu’il a besoin d’un fort stimulus oral pour enclencher la succion, peut-être que le silicone va l’aider. Si les mamelons de la maman sont tellement rétractés qu’il n’y a pas du tout de prise lorsqu’il tête (sachant que le bébé ne prend pas un mamelon mais il prend une bouchée de sein), si le mamelon est tellement ombiliqué qu’il n’arrive pas à saillir, à ce moment-là l’utilisation d’un bout de sein peut être pertinente.

Mais on ne va pas simplement poser l’écran sur le sein. On va essayer de l’ajuster, de faire en sorte qu’il adhère un minimum, de sorte à faire ressortir le mamelon. Même avec le sein en laine lorsque j’ajuste le bout de sein, le mamelon à tendance à ressortir.

Le bout de sein peut être utilisé dans un autre cas de figure, c’est-à-dire que la maman l’aura utilisé en début d’allaitement et puis elle se retrouve avec une lactation très très abondante qui submerge le bébé. Dans ce cas de figure, si on veille à l’utiliser convenablement, peut-être qu’on utilisera le bout de sein pour permettre au bébé de ne pas recevoir trop de lait d’un coup et de ne pas suffoquer au sein.

 

pro certifié consultant lactation

 

Donc c’est une situation qui mérite d’être accompagnée quoi qu’il arrive, ce n’est pas un outil que l’on va utiliser d’ambler dans ces cas de figures là.

Dans les autres situations, on a tendance à proposer un bout de sein parce que la maman a mal, mais lorsqu’elle a mal c’est souvent lié à un défaut de positionnement de la langue sur le sein ou du corps du bébé vis-à-vis du sein. Dans ce cas de figure, il est préférable de veiller à améliorer la position, de résoudre l’origine du problème plutôt que de mettre une sorte de rustine qui finalement ne va pas nous aider parce que lorsque le bébé tète, il a besoin de venir bien stimuler l’aréole et le mamelon de sorte qu’il prélève suffisamment de lait.

Il faut savoir que les canaux lactifères sont situés à trois centimètres à l’arrière de la base du mamelon. Lorsqu’on pose un bout de sein en silicone, de fait ça se comprend assez facilement : le bébé ne peut pas recevoir autant de lait. Donc il va le prélever selon les études entre 20 et 50% de lait en moins que s’il était en direct ! La conséquence est assez simple : s’il prélève moins de lait, le corps de la maman en produit moins, et d’autre part elle peut avoir des engorgements qui ne sont évidemment pas souhaitables.

En conclusion : on peut utiliser le bout de sein en silicone, mais on reste conscient des risques associés à son utilisation, et si on l’utilise on le fait avec l’aide d’une personne spécialisée qui va nous aider à juguler les risques associés à l’utilisation du bout de sein.

Voir aussi: Lait maternel: de nombreux arômes à découvrir

Mis à jour le 9 janvier 2018.

Véganisme : la vitamine B12, indispensable au développement de l’enfant ?

vegan Vitamine B12

Le véganisme peut être défini comme un mode d’alimentation excluant toute consommation d’origine animale. On compte aujourd’hui de plus en plus d’adeptes de ce régime alimentaire. Mais peu d’informations fiables circulent quant à son effet sur le corps humain.

Le véganisme exclut de facto la vitamine B12. Cette vitamine se retrouve exclusivement dans la production animale : viande rouge, poissons et fruits de mer, volaille, lait, œufs. Plusieurs questions se posent donc. Observe-t-on chez les vegans une carence en vitamine B12 ? Quels sont les effets d’un manque de cette vitamine ? Et particulièrement chez le jeune enfant ?

professionnel naturopathe kiddizy

Le véganisme entraîne une carence en vitamine B12

La vitamine B12 est une vitamine essentielle pour le corps pour la division des cellules, la formation de globules rouges et pour maintenir sain le système nerveux.

Une étude allemande (1) cherche à analyser l’impact d’un régime végan sur le niveau de fer et de vitamine B12. Pour cela, 113 personnes sont étudiées : 29 végans, 64 lacto-ovo-végétariens (des personnes ne consommant pas de viande mais des œufs et des produits laitiers) et 20 flexitariens (des personnes consommant de la viande occasionnellement).

Les chercheurs trouvent une carence en fer et en vitamine B12 pour les végans. En effet, plus le régime est restrictif, plus le niveau de lymphocytes et de plaquettes sanguines diminue.

Les lymphocytes sont des leucocytes qui jouent un rôle majeur dans le système immunitaire. Une baisse du nombre de lymphocytes fait que l’individu est plus exposé aux maladies.

Un des premiers résultats est donc que ne pas manger de chair animale entraîne de possibles carences, pouvant mettre en danger la protection immunitaire.

Un manque en vitamine B12 n’a cependant pas toujours de conséquences irréversibles sur l’adulte.

Mais qu’en est-il du jeune enfant ?

maman et bebe veganisme

Véganisme et vitamine B12 : quels effets sur l’enfant ?

Les premières années de l’enfant sont une période où son corps se forme. Une carence à ces âges-là peut donc avoir des conséquences graves sur le long-terme. Elle peut entraver son développement physique et psychique.

Une étude italienne s’intéresse aux jeunes enfants et aux nouveau-nés. La chercheuse montre en analysant le sang des enfants interrogés qu’un manque de vitamine B12 entraîne une anémie sévère et, si la carence est sévère, des dommages neurologiques irréparables sur l’enfant.

Le développement physique tout d’abord est entravé : un manque de fer entraîne des vertiges, des périodes de fatigue, une perte de cheveux etc. Ensuite, le développement neurologique est aussi touché.

La vitamine B12 est donc un minéral nécessaire au bon développement de l’enfant.

fruit bebe veganisme kiddizy

Où trouver la vitamine B12

Rassurez-vous, il existe des compléments alimentaires. Le véganisme est, au-delà d’une alimentation, un mode de vie qui, s’il exige des sacrifices, porte des idéaux qu’il peut être difficile de rejeter. Il est donc tout à fait possible pour l’enfant d’avoir un développement normal grâce à des compléments alimentaires en vitamine B12.

L’étude italienne déjà citée le confirme. Une injection de vitamines B12 suffit à rétablir le niveau nécessaire et éviter des carences qui pourraient avoir des conséquences à long-terme.

Le mode d’administration du complément alimentaire est important. C’est ce que cherche à analyser une autre étude allemande très récente (3). Les chercheurs mènent pour cela une expérience sur 12 semaines : ils donnent un dentifrice à 76 personnes vegans, l’un renforcé en vitamine B12, l’autre un simple placebo. La conclusion est que ce mode d’administration est très efficace. En effet, la vitamine B12 rentre rapidement dans le sang via les cavités orales.

pro kiddizy

Pas d’incompatibilité avec le jeune âge

Être vegan et avoir un enfant en bas âge n’est donc pas incompatible (cf article véganisme). Il faut cependant faire attention à son niveau de vitamines B12 et de fer pour détecter toute carence à temps et la traiter efficacement.

A voir aussi: Véganisme: est-ce compatible avec la grossesse ?

 

Si vous avez des questions quant à votre alimentation et à celle de votre enfant, n’hésitez pas à contacter un professionnel santé / bien-être certifié et spécialisé en périnatalité sur Kidd’izy.

Mis à jour le 9 janvier 2018

Sources :

(1) The impact of vegetarianism on some haematological parameters. Rima Obeid, Jürgen Geisel, Heike Schorr, Ulrich Hübner, Wolfgang HerrmannFirst published: November 2002Full publication history

(2) Effects of Vitamin B12 in Neonates and Young Infants. Gian Maria Pacifici

(3) Vitamin B-12–fortified toothpaste improves vitamin status in vegans: a 12-wk randomized placebo-controlled study. Anne-Kathrin Siebert3,7, Rima Obeid4,7, Stine Weder3, Hussain M Awwad5, Andreas Sputtek6, Juergen Geisel5, and Markus Keller

hamburger-alimentaation grossesse
Les troubles alimentaires du nourrisson et du jeune enfant
Lait de soja : à proscrire dans l’alimentation de bébé ?

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Véganisme : est-ce compatible avec la grossesse ?

veganisme

 

Le véganisme est un mode de vie qui séduit de plus en plus de personnes. Il consiste à omettre les produits de provenance animale de son alimentation, et plus généralement, de sa vie.

En France, on compte près de 2 millions de personnes qui bannissent tout produit d’origine animale et qui se nourrissent exclusivement de produits végétaux.

 

 

véganisme, légume, verdure, régime, grossesse

 

Peut-on souffrir de carences ?

Une récente étude anglaise (1), publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition, a montré que le régime végétarien (proche du véganisme mais moins radical parce que les végétariens consomment des produits dérivés des animaux comme les œufs par exemple) était bénéfique pour la santé.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont suivi 44 561 hommes et femmes parmi lesquels se trouvaient 34% de végétariens, sur une durée de 11 ans et 6 mois. Les scientifiques ont analysé la quantité de lipides et la pression sanguine des sujets. Le groupe qui ne consommait pas de viande avait beaucoup moins de risque d’être victime d’une maladie cardiaque que les omnivores. Au vu de ce résultat, on pourrait penser qu’une alimentation sans viande permettrait, donc, d’améliorer sa santé.  

experts certifiés

 

Le véganisme est-il dangereux pour la femme enceinte ?

Les futures mamans sont souvent carencées. Le plus souvent, elles manquent de fer car le bébé puise dans leurs réserves pour se développer. La grossesse provoque alors une anémie qui peut être un des facteurs d’un accouchement prématuré. Une étude (2) publiée par le Journal International d’Obstétrique et de Gynécologie suggère que le régime végétalien n’a pas d’incidence sur la grossesse.

Cependant, les chercheurs conseillent aux femmes enceintes de s’assurer d’un bon apport en vitamines et en oligo-éléments. Ces nutriments jouent un rôle important dans la bonne croissance du fœtus et dans la santé de la future mère. Cette conclusion a été établie après une étude et analyse narrative de 262 textes scientifiques.

 

 

véganisme, légumes, verdure, régime, grossesse

 

Combler les carences  par des compléments

La première façon de combler une carence est de se faire administrer des compléments alimentaires. En effet, c’est ce que suggère une étude finlandaise (3) publiée dans la revue Plos One. Les échantillons de sang de 22 végétaliens (dont 5 femmes enceintes) et 19 omnivores ont été analysés, avant et après les recherches.

Les chercheurs ont prescrit des compléments alimentaires aux sujets végans en plus de leurs habitudes alimentaires. Les 19 autres participants n’ont, quant à eux, rien changé dans leurs routines.  La conclusion montre qu’après la prise de compléments, les végétaliens n’étaient pas carencés. Leurs taux de vitamines, de calcium et de fer étaient semblables à ceux des 19 personnes consommant de la viande.

vidéos conseils

 

Aujourd’hui, les compléments alimentaires sont nombreux et  peuvent être sous forme de comprimés, de mélange d’huiles et de gélules. Il existe également des gélules qui sont spécialement conçues pour les végétaliennes.

Sans gélatine, l’enveloppe de ces compléments est produite à partir de farine de maïs. Elles sont composées :

  • de vitamines B, B6, C, D et E afin de diminuer la fatigue.
  • D’acide folique pour un bon développement des tissus utérins.
  • De magnésium et d’autres nutriments

 

Dans le cas du véganisme, l’utilisation de compléments alimentaires est à privilégier. Renseignez-vous auprès de votre gynécologue, car chaque grossesse est unique et nécessite un suivi particulier.

 

Compléter les carences de manière naturelle

En plus de ce moyen médical, il existe également des aliments naturels afin de ne manquer d’aucun nutriment indispensable au bon déroulement de la grossesse d’une mère végétalienne. Des chercheurs américains ont étudié (4) et analysé la composition de 43 fruits et légumes avant de conclure la présence plus ou moins importante de minéraux. En ce qui concerne les vitamines, les scientifiques assurent que les fruits en sont gorgés.

  • Fer : lentilles, haricots blancs, épinards, cressons, fruits secs et chocolat noir.
  • Vitamine B : légumes verts, céréales complètes, melon et fraises.
  • Vitamine C : légumes verts, crudités, persil, coriandre, kiwi et agrumes.
  • Calcium : lait de soja enrichi en calcium végétal, tofu, oranges, figues, abricots secs.

 

Les vitamines et minéraux sont importants pour la santé. Ils le sont encore plus pour la femme enceinte et son bébé. Afin d’être en parfaite santé, une alimentation bio, saine et variée est de rigueur.

experts certifiés

Vous êtes enceinte et vous vous posez des questions sur votre alimentation ?

Prenez conseil auprès d’un professionnel santé bien-être certifié, recommandé et spécialisé dans l’accompagnement maternel ici.

Sur Kiddizy, après un questionnaire d’orientation, vous êtes contactée en personne pour valider vos besoins et être accompagnée par les meilleurs experts en périnatalité, parentalité et petite enfance.

Mis à jour le 9 janvier 2018.

Sources :
(1) Risk of hospitalization or death from ischemic heart disease among British vegetarians and nonvegetarians: results from the EPIC-Oxford cohort study – UK – 2013
(2) Vegan–vegetarian diets in pregnancy: danger or panacea? A systematic narrative review – GB Piccoli – Avril 2016
(3) Food and Nutrient Intake and Nutritional Status of Finnish Vegans and Non-Vegetarians – Finlande – Anna-Liisa Elorinne – Février 2016
(4)Declining Fruit and Vegetable Nutrient Composition: What Is the Evidence? – Donald Davis – Etats-Unis – 2009

 

Lait calcium
Grossesse : 4 astuces pour assurer son apport en calcium si on n’aime pas le lait

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Déni de grossesse : tout ce qu’il faut savoir

femme deni de grossesse

Selon l’Association française pour la Reconnaissance du Déni de grossesse, 600 à 1800 femmes seraient concernées en France chaque année par le déni de grossesse. Pourtant, ce phénomène reste un tabou.

Pendant longtemps, il a été appelé « dissimulation volontaire » et ce n’est qu’en  1976 que le terme de « déni de grossesse » apparaît. Selon une étude allemande (1), le déni de grossesse concerne 1 femme sur 475.  Pourtant, peu est dit autour de cette situation.

Une étude britannique fait un résumé de la littérature scientifique antérieure concernant le déni de grossesse.

 

Définition du déni de grossesse

 

Le déni de grossesse est le fait qu’une femme soit enceinte sans qu’elle soit consciente de l’être. Dans certains cas, elle ne présente aucun signe de grossesse : elle ne grossit pas, n’a pas un ventre arrondi, ne déclare aucun maux de grossesse et ne se doute de rien, tout comme son entourage. On observe d’ailleurs que lorsque les femmes faisant un déni de grossesse découvrent leur grossesse, leur ventre grossit d’un coup.

 

On distingue plusieurs types de dénis de grossesse :

  • Les femmes n’ayant aucune connaissance de leur grossesse jusqu’au terme
  • Celles qui savent qu’elles sont enceintes, mais ne font pas ou peu de préparation en ce sens
  • Les futures mères découvrant leur grossesse au dernier trimestre et échouant à dispenser les soins prénataux de base.
  • Les femmes découvrant leur grossesse au premier trimestre

 deni de grossesse

 Portrait de la femme faisant un déni de grossesse

 

On pense souvent que les femmes faisant un déni de grossesse sont jeunes, plutôt pauvres, avec un faible niveau d’éducation, et toxicomanes, ce sont des idées reçues !

Les chercheurs sont clairs : il n’existe pas de femme-type sujette au déni de grossesse. Il existe des femmes très éduquées et aidées faisant un déni de grossesse.

De plus, 50% des femmes ayant fait un déni de grossesse étaient déjà mères. Selon une étude américaine, 29% des femmes ayant fait un déni de grossesse jusqu’à l’accouchement ont fait un déni total, et 9% ont nié leur grossesse, c’est-à-dire qu’elles en étaient conscientes mais faisaient comme si elles n’étaient pas enceintes.

 

Les femmes faisant un déni de grossesse forment donc un groupe hétérogène, sans caractéristique commune.

experts certifiés

Les causes possibles du déni de grossesse

 

La grossesse est une période de changements physiques et émotionnels énormes. Le corps change, le couple devient une famille etc. Pour certaines femmes, ces changements demandent une adaptation psychologique dont elles ne se sentent pas capables.

 

Le déni de grossesse vient de cette inadéquation entre leurs attentes et la réalité. C’est un phénomène qui nous rappelle la force du psychologique : le fait de ne pas être conscient de sa grossesse empêche le corps de se transformer pour bien accueillir le bébé.

 

Le stress peut également en être une cause. En effet, d’après une étude française, la totalité des femmes faisant un déni de grossesse ont des antécédents de stress, mais uniquement 52% d’entre elles ne présentaient pas de troubles psychologiques (3).

 

Les femmes faisant un déni de grossesse sont ainsi celles ayant le plus peur de la grossesse. L’étude en parle ainsi comme un « mécanisme de défense ». Ce sont des femmes soit jeunes, soit ayant une vie active ne leur permettant pas de penser à la possibilité de tomber enceinte. Les facteurs psychologiques de cette peur ne sont pas cités du fait de leur complexité.

médecin

 

Les conséquences du déni de grossesse

 

Du fait d’un manque d’assistance et de compréhension du problème, les femmes faisant un déni de grossesse sont confrontées à de lourdes conséquences après l’accouchement :

  • Accouchement précipité voire non assisté : effectivement, il peut arriver que la femme ne sache pas qu’elle accouche et donc accouche même dans les toilettes
  • Troubles émotionnels post partum (dépression post-partum, « baby blues  » …)
  • Rejet possible du bébé pouvant mener à un néonaticide
  • Nouveau rôle de parent à assumer en quelques jours

 

 Mauvaise connaissance du phénomène

Les nombreuses conséquences douloureuses existantes pour une femme faisant un déni de grossesse fait que l’accompagnement psychologique et médical est indispensable.

 

En effet, une fois que la grossesse est découverte, le risque d’infanticide est très élevé. Il est donc très important que la mère soit suivie de près. Il s’agit pour elle d’apprendre son rôle de mère en une vitesse record, ce qui n’est pas aisé.

 

Mais en amont, nous devons être mieux informés de ce phénomène car 38% des femmes interrogées dans une étude allemande (3) ont vu un médecin pendant leur grossesse sans qu’il la diagnostique enceinte.

 

Cette étude est donc un appel à reconnaître le déni de grossesse pour mieux le prévenir et le soigner.

 

Si vous vous posez des questions sur votre grossesse ou potentielle grossesse, nous vous conseillons de rencontrer des spécialistes de la maternité, psychologues, sages-femmes ou accompagnants en périnatalité.

psychologue

Article mis à jour le 9 janvier 2018

Sources : Denial of pregnancy – a literature review and discussion of ethical and legal issues. Angela Jenkins, Simon Millar, and James Robins
  • Wessel J, Endrikat J, Buscher U, Frequency of denial of pregnancy : results ans epidemiological signifiance of a 1-year prospective study in Berlin. Acta Obstet Gynecol Scand 2002 ;81 ;1021-1027.
  • Characteristics of women who deny or conceal pregnancy. Friedman SH, Heneghan A, Rosenthal M. Psychosomatics. 2007 Mar-Apr; 48(2):117-22.
  • “Psychopathologie de la périnatalité » Jacques Dayan, Gwénaëlle Andro, Michel Dugna – Masson 2003,
  • Denial of pregnancy as a reproductive dysfunction: a proposal for international classification systems.Beier KM, Wille R, Wessel J.J Psychosom Res. 2006 Nov; 61(5):723-30.
peau à peau
Contact peau à peau précoce: les bénéfices
Une bonne préparation à l’accouchement diminuerait-elle la douleur ?

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Écrans et bébé: quel apport? quel danger?

bebe ecran ordinateur passif

En janvier 2013, l’Académie des sciences, dans son rapport «L’enfant et les écrans», déconseillait une exposition passive aux écrans du type télévision, vidéo, DVD, pour les moins de 2 ans, tout en exprimant un avis favorable concernant l’utilisation des tablettes tactiles de part leur rôle interactif.

 

Mais plus de soixante chercheurs avaient alors vivement réagi.

Deux ans plus tard, un groupe de spécialistes de l’enfance (pédiatres, psychologues, enseignants, orthophonistes) signaient une tribune dans le journal le Monde pour alerter des effets négatifs provoqués par l’utilisation de tablettes chez les tout-petits.
Et au printemps dernier, c’est la vidéo postée sur le Net par le Dr Anne-Lise Ducanda, médecin de PMI de l’Essonne, qui a fait grand bruit. Elle y dénonce la surexposition des moins de 3 ans aux écrans de toutes sortes, avec des conséquences grave pour le développement de l’enfant.

jouet d'éveil bébé pour développer ses sens mais pas d' écrans

Au milieu de ces avis, quelle attitude adoptée ?

Parce que le cerveau d’un bébé a besoin de toucher, sentir, goûter et manipuler pour comprendre le monde qui l’entoure, un consensus voit le jour sur le fait que les écrans  induisant une attitude passive ne permettent pas cette nécessaire exploration de l’environnement et donc le développement sensori-moteur du tout-petit.

De même, si les chaînes spéciales bébé promettent des programmes adaptés, soi-disant ludiques et pédagogiques, ne nous  y trompons pas : le bébé n’apprend rien en dehors d’une relation privilégiée qui l’aide à reconnaître et nommer les choses, qui donne du sens aux images et aux objets pour l’introduire ainsi dans le  monde du langage. Or, face à la télé, pas d’interaction, donc pas de développement psycho-affectif et langagier.

professionnel

En 2008, le CSA a posé des règles pour encadrer ces chaînes basées à l’étranger ; il a demandé aux distributeurs français de « porter régulièrement à la connaissance de leurs abonnés, sous la forme de leur choix, de façon facilement lisible et accessible » un message d’avertissement sur l’écran : « Regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de chaînes qui s’adressent spécifiquement à eux ».

Le message est clair : il vaut mieux éviter la télévision pour les plus jeunes, sauf à être à côté d’eux pour décoder ce qu’ils voient, tout en limitant le temps passé devant car cela peut provoquer une fatigue nerveuse préjudiciable à la concentration et au sommeil de l’enfant.

Selon les études, un bébé de moins de 1 an ne doit pas rester plus de 5 minutes par jour devant la télé. Un enfant de moins de 2 ans, pas plus de 20 minutes, et un enfant de 2,5 à 3 ans ne doit pas dépasser une heure par jour devant l’écran.

enfant devant son écran

Et pour la tablette, que faire ?

On prétend que celle-ci serait source d’éveil. Mais quand on observe les tablettes bébé proposées à la vente, on y retrouve systématiquement des activités pour découvrir les lettres, les chiffres, les formes ou les couleurs, des sons à reconnaître, des chansons à apprendre, mais aussi des gadgets du type : touche tactile météo pour connaître le temps qu’il fait ou bouton appareil photo permettant de jouer à zoomer. Et ces tablettes sont vendues avec la mention dès « 12 mois », parfois même à partir de 6 ou 9 mois !

Mais en dehors de la reconnaissance des sons et des chansons, que va donc en retirer un enfant de moins de 3 ans ?

jeux d'éveil de bébé par le sens et le toucher pour oublier les écrans

Rien parce que les nombres et les lettres n’ont aucun sens pour lui ; parce que les formes ne s’appréhendent que par le toucher et la manipulation ; que la distinction et la nomination des couleurs implique un processus de comparaison dans un environnement riche de différences. On aura alors peut-être des résultats du type « perroquet savant » mais sans que cela permettent un réel apprentissage pour l’enfant avant 3 ans.

Il convient donc de raison garder et de ne pas se leurrer : si le descriptif est attrayant, c’est pour atteindre une cible toujours plus grande de consommateurs. L’éveil de votre bébé ne passe pas par la tablette : avant 3 ans, elle n’a pas grand choses à lui apporter.

pro certifiés

Article rédigé par Élisabeth Bru, psychologue petite enfance et spécialiste de la parentalité, exerçant à Sèvres et membre du réseau d’experts en périnatalité Kidd’izy. Vous pouvez en savoir plus sur l’expérience, les prestations, les tarifs d’Elisabeth Bru et réserver une consultation ici.

Article mis à jour le 9 janvier 2018

 

Grossesse au travail : comment lutter contre le stress?

Femme enceinte qui travaille et doit annoncer sa grossesse

VOTRE GROSSESSE

Vous venez d’apprendre que vous êtes enceinte ? Félicitations ! Entre excitation, joie et appréhension, vous voilà propulsée vers une nouvelle étape de votre vie… Et non des moindres ! En fonction de votre tempérament, de votre situation de vie et de vos expériences passées, vous vivrez cette expérience de façon unique. Mais dans la vie trépidante dans laquelle vous évoluez, vous êtes amenée à rechercher un environnement bienveillant, gage de sécurité pour votre bébé.
Or, votre lieu de travail n’est pas forcément cet environnement… Surcharge professionnelle, relations tendues avec un supérieur et/ou un collègue, temps de transport, annonce de la grossesse redoutée, fatigue, douleurs physiques… Le stress vous guette ! Alors comment concilier grossesse et rythme de travail ? Et quels conseils simples suivre pour gérer le stress et vivre ainsi une grossesse harmonieuse ?

 pro certifiés

Le stress, un état réactionnel naturel

Contrairement à ce qu’on a pu croire ces dernières années, il n’y a pas de bon et de mauvais stress.
Le stress est un état réactionnel de l’organisme à une agression brusque ou à un imprévu.
En d’autres termes, lorsque notre organisme est agressé par un agent physique, psychique ou émotionnel, cela engendre un déséquilibre qui doit nécessiter une intervention.
C’est une réaction totalement naturelle qui permet une alerte. Elle est, par conséquent, utile, voire même vitale. Mais c’est son maintien dans le temps qui est néfaste pour votre santé et celle de votre bébé. Et nous savons depuis plusieurs années maintenant que le stress peut avoir des incidences sur le nourrisson : accouchement prématuré, pathologies infectieuses, maladies des oreilles, difficultés respiratoires…
Cependant, qu’on se rassure ! La plupart des impacts sont réversibles. Tout peut être récupéré à la naissance.
Alors prenez en compte votre stress. Soyez à l’écoute de vos émotions et de votre corps pour améliorer votre bien-être et par conséquent, celui de votre bébé.

Pour mieux gérer cette période qui est vécue par 70% des jeunes femmes salariées, âgées de 25 à 34 ans*, comme un moment difficile, je vous donne quelques astuces simples…

Mes conseils grossesse ZEN :

annoncer sa grossesse au travail

1) N’attendez pas pour annoncer votre grossesse

Par peur de décevoir ou d’attirer le ressentiment de son hiérarchique, certaines femmes repoussent l’annonce jusqu’au 6e mois de grossesse !!

Je vous dirai que cela est inutile et même contre-productif car en agissant ainsi, vous restreignez le temps imparti à celui-ci pour organiser votre départ. Par conséquent, assumez pleinement votre grossesse et vers le 3e – 4e mois, prenez RDV avec lui afin de lui annoncer l’heureux événement. A cette occasion, soyez force de proposition quant à l’organisation pendant votre absence. Rassurez-le sur votre motivation et votre engagement au sein de l’entreprise.

2) Faites des pauses pendant votre journée

La gestion de votre énergie est primordiale. Il est donc important de s’octroyer des moments de détente dès que vous en ressentez le besoin. Par exemple, prenez 5 minutes pour vous étirer. Faites une micro-sieste (10 minutes, pas plus). Et pendant votre pause déjeuner, prenez l’air, allez marcher…

3) Intégrez dans votre quotidien des techniques de relaxation issues du yoga, de la sophrologie ou de la méditation

Mes méthodes de prédilections avec l’hypnose Ericksonienne !
Rien de tel pour se reconnecter à SOI, prendre du temps pour soi et son bébé, être à l’écoute de son corps et de ses émotions…

Ces méthodes vous soulageront des désagréments liés à votre état et vous aideront également à gérer vos émotions (qui seront bien mises à mal malgré vous !).

Le sport est également recommandé, avec certaines précautions.

se détendre enceinte pour être zen

4) Ralentissez votre rythme pendant la grossesse!

Certes, vous êtes enceinte et pas malade…

Cependant, vous ne pouvez continuer à poursuivre votre quotidien sans apporter quelques ajustements pour votre bien-être et celui de votre bébé. En effet, prises dans le rythme effréné, nombreuses sont les femmes qui ne changent rien à leurs habitudes. Or, il est indispensable de prendre des précautions, notamment si votre état nécessite un aménagement de votre poste de travail.

5) Aménagez et/ou réduisez votre temps de travail

Nombreux sont les accords d’entreprise ou conventions collectives qui offrent aux femmes enceintes la possibilité de réduire leur temps de travail au cours de leur grossesse. N’hésitez pas à en bénéficier.
Vous pouvez également voir si vous avez la possibilité de commencer plus tôt ou plus tard votre journée de travail afin d’éviter les heures de pointe aussi bien sur la route que dans les transports en commun.

6) Fixez-vous des limites durant la grossesse 

Une fois sortie du bureau, consacrez-vous à l’arrivée de votre bébé et à votre conjoint. Là aussi, rien n’est plus stressant que d’attendre le dernier moment pour préparer la chambre et s’équiper. Vous affirmez davantage en refusant des sollicitations extérieures vous permettra également de faire baisser la pression et d’être plus sereine.

7) Gérer efficacement la transition

Passer du statut de « working girl » à maman au foyer, même pour un temps relativement court, ne va pas de soi ! Même si cette échéance est vécue comme un soulagement afin de vraiment se préparer à l’arrivée de bébé, c’est une période stressante car vous abandonnez vos dossiers, vos clients, vos collègues, votre patron…

Alors pour gérer cette transition au mieux, préparez-la à l’avance. En effet, c’est bien l’inconnu qui est source de stress. Lorsque les choses sont organisées, planifiées, déléguées, vous êtes soulagée d’un poids certain.

Bien évidemment, si avant d’être enceinte, vous étiez déjà une femme sujette au stress au point d’être une malade imaginaire (oui, j’ai vécu cela avant !), d’avoir des insomnies, de faire de l’hypertension ou autres maladies, je ne peux que vous conseiller de faire appel à un hypno thérapeute pour travailler en profondeur à la réduction de l’impact de votre stress.

*Un sondage Fondation Premup/Odoxa de 2015 – Etude réalisée sur un échantillon de 1 477 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

psychologue label

 

Article rédigé par Vanessa Dabin Remignon, coach carrière et équilibre et membre du réseau d’experts en périnatalité Kidd’izy. Ancienne Responsable des Ressources Humaines au sein d’un grand groupe, certifiée coach professionnel (IFG), praticienne en hypnose Ericksonienne (DoJo), Certifiée à l’accompagnement HypnoNatal par Lise BARTOLI, elle a fondé son cabinet de conseil. Selon Vanessa, concilier carrière et famille est totalement possible. Vous pouvez en savoir plus sur l’expérience, les prestations, les tarifs de Vanessa Dabin Remignon et réserver une consultation ici.

Article mis à jour le 9 janvier 2018

Accouchement tardif ? Pas de stress !
ce que bébé retient- bébé qui dort
Que retient bébé dans le ventre de maman?

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Contact parent-bébé dès la naissance? L’exemple des prématurés

Contact parent bébé? Alors même que bébé ne les reconnait pas, un lien se crée entre lui et ses parents dès le premier contact parent-bébé. Ce lien peut sembler un peu mystique. Une étude scientifique publiée en 2016 démystifie ce lien en expliquant comment se crée ce contact à travers l’exemple des enfants prématurés.

 

Premier contact, tout vient de cette  proximité avec bébé qui se fait de manière naturelle. Même si l’on sait qu’il ne nous voit et ne nous entend parfaitement, il y a quelque chose. C’est ce quelque chose d’indicible que trois chercheurs suédois tentent de décrypter.

Ils partent d’une question anodine : d’où vient la proximité émotionnelle et physique entre l’enfant et les parents ? Cette question amène les chercheurs à s’intéresser au premier contact. En effet, le premier contact entre le bébé et ses parents est un épisode unique : une proximité se crée, sans conversation ou regard.

 

Pour cela, 23 couples originaires de Suède, Angleterre et Finlande et ayant donné naissance à des bébés prématurés, sont interrogés à la maternité, où le premier contact se fait.

Le présupposé est que ce premier contact est amplifié pour les enfants prématurés. Ils sont souvent mis en couveuse ou séparé des parents assez tôt. Et pourtant le lien se forge, d’autant plus fort qu’il ne se crée pas sur une base seulement physique.

Il leur a été demandé de décrire les moments où ils se sont sentis proches de leur bébé lors de ses premiers jours. Leurs entretiens sont ensuite recoupés et analysés par les chercheurs.

 

Alors, comment se crée ce premier contact ?

experts certifiés

 

1 – Avoir un contact physique

 

 

Beaucoup de parents parlent du premier contact physique. Le « peau contre peau », la méthode kangourou, crée de la proximité émotionnelle. Mais si le toucher reste le meilleur moyen de créer ce premier contact, celui-ci peut être parfois impossible. Ainsi, le contact n’est pas obligatoirement peau contre peau. Pour les enfants prématurés en couveuse, la vision de l’enfant suffit à créer ce contact physique. Beaucoup de parents parlent du « eye contact » : même si l’enfant ne voit pas sa mère ou son père, il y a une impression de communication par le regard.

 

Beaucoup de parents parlent du premier contact physique. Le « peau contre peau » ou« peau à peau »: la méthode kangourou, crée de la proximité émotionnelle. Mais si le toucher reste le meilleur moyen de créer ce premier contact, celui-ci peut être parfois impossible.

Ainsi, le contact n’est pas obligatoirement peau contre peau. Pour les enfants prématurés en couveuse, la vision de l’enfant suffit à créer ce contact physique. Beaucoup de parents parlent du « eye contact » : même si l’enfant ne voit pas sa mère ou son père, il y a une impression de communication par le regard.

 

Un autre sens sollicité lors de ce moment est également l’odorat. Par exemple, l’enfant se reposant sur le sein de la mère sent son odeur, et la mère sent l’odeur de son enfant. Une proximité se fait par ce contact physique.

 

2 – Allaiter

 

 

L’allaitement crée un contact entre la mère et l’enfant. C’est ce qu’assurent les mères finlandaises et anglaises. L’allaitement est vu comme un moment de responsabilité pour la mère. Mais c’est aussi un moment de proximité réciproque. En effet, la mère allaite et l’enfant prend le sein. Toutes les femmes interrogées qui allaitent assurent que l’allaitement crée un contact se passant de mot et de regard entre elles et leur enfant.

 

L’allaitement crée un contact entre la mère et l’enfant. C’est ce qu’assurent les mères finlandaises et anglaises. L’allaitement est vu comme un moment de responsabilité pour la mère.

Mais c’est aussi un moment de proximité réciproque. En effet, la mère allaite et l’enfant prend le sein. Toutes les femmes interrogées qui allaitent assurent que l’allaitement crée un contact se passant de mot et de regard entre elles et leur enfant.

L’allaitement est par ailleurs l’aliment idéal du nourrisson, recommandé par l’OMS et participe au bon développement du bébé, étant considéré comme le 1er vaccin de bébé.

pro certifié consultant lactation

 

3 – S’engager et passer du temps en tant que parents.

 

 

Beaucoup de parents parlent de moments à la maternité à trois. Ces moments sont décrits comme les premiers temps de la famille. Ce n’est plus juste toi et moi ; c’est toi, moi et notre bébé. Certaines mères parlent d’un sentiment de fierté de voir leur partenaire avec leur bébé. Fierté d’être mère.

 

Beaucoup de parents parlent de moments à la maternité à trois. Ces moments sont décrits comme les premiers temps de la famille. Ce n’est plus juste toi et moi ; c’est toi, moi et notre bébé. Certaines mères parlent d’un sentiment de fierté de voir leur partenaire avec leur bébé. Fierté d’être mère.

 

Cet engagement en tant que parent passe par des petites tâches à la maternité : changer la couche, mettre un body etc. Mais ces petits gestes ne sont pas anodins. Un lien se crée : petit bébé a besoin de ses parents.

 

Ce sentiment de responsabilité et de fierté se reporte aussi dans le couple. Se rapprocher de son enfant n’est pas s’éloigner de son partenaire, au contraire. Une proximité à trois se crée dans ces moments à la maternité.

L’harmonie parentale est très importante lors des premiers moments de bébé. En effet, les premières semaines voire les 1ers mois peuvent être difficiles émotionnellement et entrainent des changements émotionnels: y faire face à deux est plus simple que seul.

 massage bébé pro

 

4 – Voir son enfant en bonne santé

 

 

Voir son enfant crier lors de l’accouchement rassure tous les parents. C’est ce que les chercheurs suédois trouvent dans leurs entretiens avec les parents interrogés. Surtout dans le cas de prématurés, voir son bébé hors de sa couveuse sans fil et sans tube provoque une sensation de réconfort. Ce sentiment est un soulagement pour les parents qui sont heureux de retrouver leur bébé.

 

Voir son enfant crier lors de l’accouchement rassure tous les parents. C’est ce que les chercheurs suédois trouvent dans leurs entretiens avec les parents interrogés.

Surtout dans le cas de prématurés, voir son bébé hors de sa couveuse sans fil et sans tube provoque une sensation de réconfort. Ce sentiment est un soulagement pour les parents qui sont heureux de retrouver leur bébé.

Voir son bébé en bonne santé crée donc un sentiment de bien-être, qui participe au contact avec l’enfant.

 

Ainsi, tout connaître de ce qui se passe à la maternité aide les parents à se sentir plus proche de leur enfant. Une meilleure connaissance des professions de la périnatalité est ainsi bénéfique pour les parents.

 

 

Kiddizy vous permet aux parents de découvrir et rencontrer les professionnels santé bien-être spécialistes de la maternité.

Si vous ne savez pas vers quel professionnel vous tourner, complétez ce questionnaire d’orientation, nous vous contacterons individuellement et gratuitement pour vous orienter.

 

Article mis à jour le 9 janvier 2018.

 

Source : « Pathways to emotional closeness in neonatal units – a cross-national qualitative study » Renée Flacking, Gill Thomson, and Anna Axelin. School of Education, Health and Social Studies, Dalarna University, Sweden

 

massage type bébé
Comment se déroule un atelier massage type ? Par Florence Gourdin et Kidd’izy
bébé qui dort- siège auto
Siège auto : danger en voiture pour bébé

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Autorité et discipline : maîtres mots de l’éducation

discipline et autorité bienveillante pour des enfants heureux d'apprendre

Ces deux termes d’autorité et de discipline reviennent régulièrement dans la bouche des parents.

« Je n’ai pas assez d’autorité, il ne m’écoute pas »

« Mon enfant ne supporte pas la discipline »

Autorité et discipline ont été largement utilisés depuis de nombreuses années. Aujourd’hui il est important de poser sur eux un nouveau regard et une nouvelle définition.

 professionnel

Pour le premier : l’autorité.

Autorité n’est pas confondre avec l’autoritarisme.
« L’autorité c’est le pouvoir de commander, d’être obéi » peut on lire sur Wikipédia. C’est une vision qui pour moi traduit l’autoritarisme.

Pour définir l’autorité, je préfère largement celle ci :
« Crédit, influence, pouvoir dont jouit quelqu’un ou un groupe dans le domaine de la connaissance ou d’une activité quelconque, du fait de sa valeur, de son expérience, de sa position dans la société, etc. ; caractère de quelque chose dont la valeur, le sérieux, communément reconnus, lui permettent de servir de référence » que l’on trouve sur le site Larousse

Le parent et plus généralement l’adulte doit chercher à se rapprocher de la position de leader, d’une personne charismatique, qui dégage une énergie que l’on a envie d’avoir, que l’on a envie d’être.

Par cette posture particulière, l’enfant aura naturellement envie d’écouter et de faire ce qui lui est dit.

education et discipline bienveillante enfant

Maintenant abordons le terme de discipline.

Voici une définition sur le site Larousse :

« Ensemble de lois, d’obligations qui régissent une collectivité et destinées à y faire régner l’ordre ; règlement : Se plier à la discipline. »
Je ne sais pas ce qu’il en ait pour vous, mais moi personnellement, je n’aime pas trop (même pas du tout), ces termes « faire régner l’ordre » « se plier à la discipline ». Franchement avec une telle énergie qui cherche à brider, rabaisser (faire plier) il n’est pas étonnant que les enfants soient « indisciplinés ».

Je vous propose de voir la discipline par cette définition :
«Règle de conduite que l’on s’impose, maîtrise de soi, sens du devoir » que l’on trouve quelques lignes plus bas sur le site Larousse.
La discipline vient de l’intérieur, c’est ainsi qu’elle est acceptée et qu’elle est vécue de façon tout à fait naturelle.

Pour transformer vos relations avec vos enfants, je vous encourage vivement à basculer sur les définitions d’autorité et de discipline qui sont plus ouvertes et beaucoup plus respectueuses de l’autre. Ce changement de posture, de vision des termes vous apportera un autre regard sur la relation conflictuelle et donc d’autres résultats.

psychologue

Article « autorité et discipline » rédigé par Marie-Christine Eustache, coach parental, auteure, conférencière, membre du réseau de professionnels Kiddizy. Formée en psychologie, développement de l’enfant, communication non violente et aux métiers de l’accompagnement, Marie-Christine est spécialiste du burn out maternel et a écrit le livre « Le burn out maternel, comment j’en suis sortie ! ». Vous pouvez en savoir plus sur l’expérience, les prestations, les tarifs de Marie-Christine Eustache et réserver une consultation ici

Mis à jour le 3 décembre 2017

bebe ecran ordinateur passif
Écrans et bébé: quel apport? quel danger?
couple dans un champ parentalité positive
Place à la parentalité positive ! Adieu l’éducation traditionnelle…

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Allaitement – Quels signes montrent que bébé reçoit assez de lait? Carole Hervé, consultante en lactation

Les signes qui montrent que le bébé reçoit assez de lait

Il existe beaucoup de signes qui montrent que le bébé reçoit suffisament de lait.

Carole Hervé, consultante en lactation, certifiée IBCLC, nous apprends à les reconnaître.

pro certifié consultant lactation

Ostéopathie en Post-Partum

L’ostéopathie en post partum a de nombreux effets reconnus. Cette thérapie manuelle et douce est très bénéfique, même en prévention, chez la jeune maman.

Qu’est-ce que le post-partum ?

L’ostéopathie en post-partum dans le contexte médical est la période qui débute après l’accouchement, et se termine au retour de couches, avec l’apparition des règles.

Pour l’ostéopathe le post partum peut être considéré de façon plus large comme la « période de vie après accouchement » compte tenu de l’impact de la grossesse et de l’accouchement sur le corps de la femme.
On se préoccupe beaucoup de la femme enceinte et de sa préparation à l’accouchement, mais il ne faut pas négliger la femme qui vient d’accoucher.

Souvent submergée par leur nouveau statut de mère, elles négligent leur corps, mettent de côté leurs douleurs, gênes ou troubles fonctionnels pour se consacrer à leur bébé.

ostéopathe pro

Avant le post partum, l’état de grossesse

Pourtant il faut savoir que les 9 mois (ou moins) de grossesse, et l’accouchement laissent une empreinte sur le corps maternel. Le corps s’adapte pendant 9 mois à la présence fœtale puis en l’espace de quelques heures, le temps de l’accouchement, le corps se retrouve avec un « ventre vide », un phénomène d’hypopression au niveau abdominal avec la naissance du nouveau-né. Ce changement d’état est brutal comparé au 9 mois d’adaptation.

Il n’y aura pas de retour identique du corps à l’état d’avant grossesse, mais il est nécessaire d’aider le corps à se remettre, à retrouver une bonne posture et un bon fonctionnement.

ostéopathie kiddizy

Si cette étape est négligée, elle peut entraîner l’apparition :

– de douleurs immédiatement ou des années plus tard : du rachis, du bassin, des céphalées…

– ainsi que des troubles fonctionnels : difficulté à récupérer un périnée efficace, troubles urinaires ou gynécologique, lourdeurs dans le bas ventre… ect

La prise en charge ostéopathique du post-partum

Elle peut concerner de nombreux maux, par exemple :

les douleurs  installées pendant la grossesse persistantes après l’accouchement : sciatalgie, douleurs adaptatives, le syndrome de Lacomme (: douleurs associées de bassin, des lombaires, irradiant vers le périnée et les cuisses)

les douleurs en lien avec l’accouchement : dues à la position d’accouchement, aux efforts expulsifs, aux manœuvres obstétricales, à la péridurale, à la césarienne…

Les douleurs propres du post partum : difficulté à retrouver une bonne posture, les douleurs dues aux positions d’allaitement …

Mais elle peut aussi être indiquée en prévention, pour les années à venir, une consultation en post-partum même sans douleur est essentielle pour aider le corps à se rééquilibrer, à récupérer un bon fonctionnement pour ne pas développer des douleurs ou troubles fonctionnels par la suite.

ostéopathie en post partum

Mais quand consulter ?

La consultation ostéopathique peut avoir lieu dans les jours qui suivent l’accouchement, en présences de douleurs qui peuvent être très invalidantes ou de gênes fonctionnelles.

Si vous ne présentez pas de douleur, l’idéal est de prendre rendez-vous avant le début de votre rééducation périnéale afin d’optimiser celle-ci.Sachez qu’il n’est jamais trop tôt ou trop tard pour consulter, en cas de doute n’hésitez pas à poser des questions à votre ostéopathe, il/elle saura vous informer et réorienter si besoin.

pro certifiés

Mis à jour le 5 janvier 2018

Article rédigé par Emmanuelle Bourgeois, ostéopathe spécialisée en périnatalité, membre du réseau de professionnels Kiddizy. Formée auprès de Thierry Leboursier, Jean-marie Briand et Michèle Barrot chez OSTEONAT, vous pouvez en savoir plus sur l’expérience, les prestations, les tarifs d’Emmanuelle et réserver une consultation ici.

parent épanoui
Les outils pour être un parent épanoui
Maman sereine
Epuisement maternel : 10 règles d’or pour l’éviter

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Baby blues, burn out maternel, dépression du post partum, de quoi parle-t-on ?

Baby blues, burn out maternel, dépression du post partum : 3 termes qui sont couramment utilisés dans les articles de journaux, de blogs, dans les émissions télévisées et qui représentent 3 états différents.

 

Commençons par le baby blues.

Le baby blues arrive (ou pas) juste après la naissance, c’est un temps de perturbation créé par les hormones qui se réorganisent suite à la naissance du bébé.

Le bébé n’est plus in-utero, il est sorti, le corps a besoin d’une confirmation de sortie qui se fait par la mise au sein du nouveau né.

En têtant juste après la naissance « La sécrétion d’ocytocine induise par la tétée provoque des contractions qui évacuent le contenu utérin et provoquent ce qu’on appelle les ligatures vivantes de Pinard, c’est à dire que les fibres musculaires utérines clampent les vaisseaux sanguins en les enserrant et en provocant l’hémostase. » explique Zoubida Touimer Athelhadji, médecin consultante IBCLC. Ce sont les fameuses contractions appelées« tranchées .

baby blues kiddizy

Passé environ une dizaine de jours, le nouvel équilibre hormonal est trouvé, la maman se sent bien émotionnellement, moralement, peut-être un peu fatiguée physiquement ce qui est logique après une grossesse et un accouchement.

vidéos conseils

Si au-delà de 15 jours et jusqu’à 6-8 semaines, cet état de déséquilibre perdure avec de l’anxiété sur la capacité à s’occuper du bébé, des crises de larmes, des sauts d’humeur, une hypersensiblité, il est important de consulter rapidement car cela peut évoluer vers une dépression du post partum.

 baby blues kiddizy

Le burn out maternel quant à lui est totalement différent.

Il arrive plusieurs mois voir plusieurs années après la naissance. C’est un processus en 3 phases. La première est l’épuisement, puis la deuxième la distanciation et la troisième le reniement.

L’épuisement peut être physique (physiologique), émotionnel et mental. La phase d’épuisement peut s’étirer sur plusieurs mois avant que la seconde phase fasse son apparition.

Il en est de même entre la période de distanciation et celle de reniement. Cette dernière phase a également 3 états différents avec le reniement des actions présentes, passées et futures.

 experts certifiés

Dépression post Partum.

Au delà de cet état, et si rien n’est fait, la personne plonge dans un état de dépression plus ou moins profond.

Article rédigé par Marie-Christine Eustachecoach parental, auteure, conférencière, membre du réseau de professionnels Kiddizy. Formée en psychologie, développement de l’enfant, communication non violente et aux métiers de l’accompagnement, Marie-Christine est spécialiste du burn out maternel et a écrit le livre « Le burn out maternel, comment j’en suis sortie ! ». Vous pouvez en savoir plus sur l’expérience, les prestations, les tarifs de Marie-Christine Eustache et réserver une consultation ici.

 

Lire l’article: « Quels changements émotionnels après la naissance? »

Mis à jour le 5 janvier 2018

 

Comment se déroule une consultation ostéopathique avec un nouveau-né ?

sommeil-contre-obésité

Comment se déroule une consultation ostéopathique avec un nouveau-né ?
Il est important de rappeler que l’ostéopathie, en tant que médecine complémentaire, n’a pas pour but de se substituer à une prise en charge médicale déjà mise en place, mais de la compléter dans l’intérêt du patient.

Nourrisson et ostéopathie: quels motifs de consultation?

D’après un rapport de l’INSERM (1), les principaux motifs de consultation du nourrisson de 0 à 1 an (Chastenet 2009) seraient les troubles digestifs (coliques, régurgitations), les troubles posturaux (torticolis, plagiocéphalie), les troubles oro-faciaux (otites, imperméabilité du canal lacrymal, respiration buccale) et les troubles du sommeil.

ostéopathe pro

La séance ostéopathique : l’anamnèse

À chaque séance, l’ostéopathe débute par une anamnèse concernant le nourrisson et son parcours néonatal, ainsi que le déroulement de la grossesse, le déroulement de l’accouchement ou les modalités de la césarienne et enfin les antécédents obstétricaux et médicaux maternels.

Le bilan ostéopathique

Ensuite, la consultation se poursuit par un bilan ostéopathique incluant l’observation et la palpation des différentes structures du corps.

Avec ces informations l’ostéopathe fait une synthèse afin de poser son diagnostic ostéopathique et propose un traitement.

Le traitement ostéopathique

Le traitement ostéopathique, sur un ou plusieurs rendez-vous, a pour but de favoriser le mouvement au sein même du système corporel.

C’est par ce traitement composé de mobilisations très douces, très ciblées (rachis, bassin, thorax, crâne) et en fonction de chaque nouveau-né, que le corps accède à un nouvel état avec une meilleure élasticité qui est perceptible à la main entraînée et parfois visible par les parents.

 

osteopathie-nourrisson-bebe-traitement

Les bénéfices de l’ostéopathie chez les nourrissons

Théoriquement, cette meilleure plasticité des tissus permet une meilleure circulation des différents liquides corporels (sang, lymphe, le corps est constitué d’environ 75% d’eau !), ce qui entraîne un meilleur acheminement des éléments nutritifs au niveau de chaque cellule et par là, l’amélioration des fonctions physiologiques de l’organisme.

La posture de confort ou d’équilibre chez un nouveau-né, recherchée pendant l’examen, exprime bien souvent sa position in utero et les contraintes qu’elle impliquait pour lui : la tête toujours tournée d’un côté, le corps incliné de l’autre, dans une inclinaison particulière, etc.

Des éléments palpatoires précis peuvent alors être des clés pour le traitement d’un torticolis précoce ou d’une difficulté de succion pouvant compromettre la mise en place de l’allaitement (2).
Certains événements comme un déclenchement de l’accouchement, ou la poussée sur le ventre de la maman lors de la naissance (expression utérine) laissent un marquage tissulaire qu’il est possible de relever et d’identifier avec l’habitude, bien que cela reste le plus souvent invisible pour les parents… mais tout à fait compréhensible, y compris au niveau du vécu émotionnel que cela représente, pour le bébé.

 

Contact physique parents bebe peau a peau

 

La maman et le papa peuvent ainsi ressentir de nombreuses émotions en écho avec leur bébé dans les premiers mois (2).
L’haptonomie, le massage et le portage physiologique favorisent le contact des parents avec leur bébé.

Ces pratiques permettent une meilleure connaissance de son enfant et peuvent aider les parents dans l’échange avec l’ostéopathe.
Les pères peuvent participer activement à la séance en précisant des informations sur la naissance de leur enfant qui auront pu échapper à la mère à ce moment si intense que constitue souvent l’accouchement.

 

Article rédigé par Fabien Collombelle, ostéopathe spécialisé en périnatalité.

 pro certifiés
(1) Rapport INSERM U669 – Evaluation de l’efficacité de la pratique de l’ostéopathie – Avril 1012. Page internet consultée le 13/02/2017 : www.inserm.fr/content/download/75074/592913/file/Ostéopathie.pdf
(2) Collombelle F. L’ostéopathie, un langage du corps avec le bébé. Métiers de la petite enfance. 2016 ; 235 : 22-4

 

 

Article mis à jour le 5 janvier 2018

Le sommeil de bébé décrypté par Florence Gourdin, puéricultrice
osteopathie nourrisson
Ostéopathie et nouveau-né, quand consulter ?

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Ostéopathie et nouveau-né, quand consulter ?

osteopathie nourrisson

Pour le nouveau-né et le petit enfant, la consultation est souvent demandée dans le cadre d’un bilan ostéopathique et sur les conseils de professionnels de la petite enfance. Le praticien ostéopathe, par sa prise en compte globale de l’individu et une palpation spécifique, est amené à déceler des dysfonctions dans le corps qui n’ont peut-être pas, ou pas encore, de traduction visible chez l’enfant. Cette approche systémique de la santé contribue à repérer les éventuelles dysfonctions somatiques et les ressources présentes pour amener le bébé à un état d’équilibre, synonyme de santé.

La réalisation d’un contrôle de santé en ostéopathie peut être bénéfique à l’ensemble des nouveau-nés que ce soit en prévention, devant des signes de douleurs et d’inconforts et face à des troubles fonctionnels.

 

Approche diagnostique et thérapeutique

Selon le motif de consultation, l’ostéopathe accompagne l’enfant en utilisant ses perceptions, longuement éduquées par un apprentissage exigeant.

Lors du bilan ostéopathique, il analyse et synthétise les résultats obtenus aux différents critères de palpation et aux tests cliniques réalisés. Cela lui permet de définir un plan de traitement sur une ou plusieurs séances.

 

Consultation osteopathie nourrisson

Le traitement sera adapté en fonction de marqueurs objectifs de l’état de santé : terme, taille et poids de naissance, les conditions de celle-ci, précisions sur le vécu de la mère et du père, étapes du développement psychomoteur et résultats du bilan ostéopathique réalisé à chaque nouvelle visite.

 ostéopathe pro

Accompagnement ostéopathique de la première année

En prévention, il est conseillé d’effectuer une séance d’ostéopathie aux différentes étapes clefs de la première année de vie (1) :

–  à la naissance : dans les trois première semaines de vie ;

–  à 1,5 mois : pour évaluer certains critères indécelables plus tôt et impérativement en cas de déformation crânienne présente dès la naissance ou de naissance par ventouse / césarienne ;

–  dans le 3ème mois : pour évaluer la tenue de tête de l’enfant, une éventuelle plagiocéphalie apparue vers 2 ou 3 mois, etc. ;

–  à 6 mois : pour évaluer la tenue assise symétrique ainsi que divers aspects du système digestif, etc. ;

–  à 9 mois : pour évaluer le quatre pattes et la bonne mobilité des mains, des genoux et des pieds ;

–  à 12 mois : pour évaluer la marche et déceler d’éventuels blocages mécaniques qu’il est essentiel de déverrouiller…

–  puis tous les 6 mois jusqu’à l’entrée à l’école : venir deux fois par an permet de faire un bilan de la mobilité de tout le corps et ainsi de rétablir un bon alignement et une bonne souplesse des tissus en cas de traumatismes ou de troubles même bénins. Ensuite, comme chez le dentiste, une consultation par an est conseillée chez l’enfant et l’adulte.

 

ostéopathe pro

Principaux motifs de consultations en ostéopathie

Les principaux motifs de consultation pour les nourrissons sont (2) :

– les conséquences d’une naissance difficile (déclenchement, circulaire du cordon, longueur du travail, stagnation d’ouverture du col, ventouse, forceps, césarienne, etc.)

– les troubles digestifs, coliques, glaires, régurgitations, constipation

– les troubles du sommeil, difficultés d’endormissement, changements de rythmes, cauchemars, etc. ;

– les troubles posturaux, torticolis, asymétries crânio-faciales (yeux, nez, mâchoire, décalage des oreilles, etc.), plagiocéphalie positionnelle postérieure, brachycéphalie, etc. ;

– les troubles oro-faciaux (difficulté de succion, canal lacrymal bouché) et ORL (otites et rhinites à répétition, etc.) ;

– les suites de pathologies pulmonaires, réanimation néonatale, soins intensifs, gavage, piqures, etc. ;

– les retards d’acquisitions psychomotrices, tenue de tête, retournement dos-ventre, tenue assis, quatre pattes, acquisition de la marche ;

– les troubles du comportement, agitation, difficulté de concentration ;

– après une chute, un choc (physique ou émotionnel).

Principaux motifs de consultation ostéopathique

Relation mère-enfant et parents-enfant

D’après une étude pilote que nous avons réalisé, il semblerait que l’ostéopathie diminue le besoin de réconfort du nouveau-né et lui permette une meilleure relation à son entourage et à son environnement (3). Le nouveau-né se sentant bien dans son corps sera plus à même de répondre aux stimulations du monde qui l’entoure, d’abord à ses parents, et cela lui permet d’établir une bonne relation avec eux.

L’ostéopathe apparaît ainsi comme un médiateur de santé, que soignants et parents peuvent solliciter, pour favoriser le bien-être du bébé et l’harmonie dans la relation mère-enfant et parents-enfants.

La participation des parents à des groupes de pères ou de mères est à encourager. En accueillant l’enfant, chacun des partenaires du couple et même chaque protagoniste de la famille se trouve face à la question de sa juste place. Ces questions, entre autres, peuvent être abordées en séance d’ostéopathie pendant la grossesse et en post-partum avec l’enfant.

 

 

Article rédigé par Fabien Collombelle, ostéopathe spécialisé en périnatalité.

(1) Notes personnelles du Séminaire « Ostéo bébé 1 ». Dany Heinz & Eric Simon, Ostéopathes. http://www.osteo-bebe.com. 2013.
(2) Collombelle F., « L’ostéopathie, un langage du corps avec le bébé », Métier de la Petite Enfance, n°235, pp 22-24, Juillet 2016.
(3) – Guillet G., Collombelle F., « Les effets de l’ostéopathie sur les nouveau-nés prématurés », La Revue Sage-Femme, Vol 13/3, 28 Juin

 

 

Article mis à jour le 5 janvier 2018

Grossesse et mal de dos

grossesse et mal de dos

La grossesse est une période d’adaptation physique, émotionnelle et psychique importante pouvant entrainer des déséquilibres physiologiques gênant pour la femme. Ces changements peuvent entrainer des douleurs et des troubles fonctionnels pendant la grossesse.

Il n’y a pas de période optimale pour consulter en ostéopathie. Les femmes enceintes peuvent venir à titre préventif ou dès l’apparition des premiers symptômes.

Avec l’avancement de la grossesse et l’extension de l’utérus, les femmes vont naturellement modifier leur posture. Cela peut entrainer des troubles ostéo-articulaires comme des douleurs lombo-pelviennes, des douleurs ligamentaires du bassin, des dorsalgies, cervicalgies, coxalgies (douleur de hanche), des sciatalgies (douleur dans la fesse), un syndrome du canal carpien…

 

Grossesse et mal de dos. Bienfaits de l'ostéopathie.

Les douleurs de la ceinture pelvienne

Les douleurs de la ceinture pelvienne (bassin) sont environ quatre fois plus fréquentes que les douleurs lombaires (bas du dos).

Elles sont décrites comme profondes, lancinantes, récurrentes, unies ou bilatérales, entre la crête iliaque postérieure et le pli fessier, elles vont parfois irradier vers la face postéro-latérale de la cuisse, le genou ou le mollet mais pas vers le pied.

Ces douleurs, plus fréquentes pendant la grossesse que le post-partum, sont invalidantes et minimisent l’activité physique. Certains facteurs tels qu’un antécédent de traumatisme pelvien, une lombalgie chronique et la lombalgie au cours d’une grossesse précédente (85% des patientes souffrant de lombalgies lors d’une grossesse précédente développeront une lombalgie pendant la grossesse suivante), la prise de poids excessive au cours de la grossesse augmenteraient le risque de lombalgies et de douleurs pelviennes au cours de la grossesse. (1)

pro kiddizy

Les lombalgies

Les lombalgies (douleurs en bas du dos) pendant la grossesse sont fréquentes et ont un impact important sur la qualité de vie des femmes enceintes.

On estime que 50% des femmes vont souffrir de ces maux au cours de la grossesse ou pendant le post-partum. Ces lombalgies semblent être la résultante de facteurs mécaniques tels que la prise de poids, le déplacement du centre de gravité etc., et de facteurs hormonaux entrainant une hyperlaxité ligamentaire induite par la relaxine, mais aucune étude ne trouve de cause certaine à ces douleurs. (1)

L’aspect multifactoriel des différentes douleurs et symptômes est pris en compte en ostéopathie.

Efficacité de l’ostéopathie

D’après l’étude PROMOTE (2), l’ostéopathie pendant la grossesse se révèle être efficace pour atténuer les douleurs lombaires et les restrictions d’activités qu’elles entrainent notamment au cours du troisième trimestre. La clinique montre son efficacité également pour les douleurs de la ceinture pelvienne et ce tout au long de la grossesse.

L’ostéopathie soulagerait les douleurs musculo-squelettiques des femmes enceintes et réduirait leur besoin en médication avant (3) et pendant l’accouchement (4).
De plus, une étude rétrospective évoque la possibilité que le traitement ostéopathique ait également un effet bénéfique sur le futur nouveau-né en diminuant le risque d’accouchement avant terme et la présence de méconium dans le liquide amniotique (5).

pro accompagne

 

L’ostéopathie avant, pendant et après la grossesse

L’ostéopathe est à même de proposer une préparation physique à l’accouchement. L’ostéopathie s’inscrit dans une démarche à la fois préventive et curative. Que la femme consulte régulièrement en amont de sa grossesse et/ou pendant, il s’agit d’une prévention qui consiste à détecter et à régler les déséquilibres préexistants encore muets pouvant se déclarer avec l’avancement de la grossesse et lors de l’accouchement.

Les soins proposés lors d’une séance d’ostéopathie ont pour objectifs d’améliorer la posture dans son ensemble, la respiration et la mobilité de l’ensemble du corps.
Le projet thérapeutique est de permettre une grossesse la plus sereine possible, un accouchement le plus physiologique possible et une récupération post-partum la plus confortable possible.
L’ostéopathie pour le nouveau-né est également conseillée à titre préventif dans les premières semaines et premiers mois de vie.

 

Article rédigé par Fabien Collombelle, ostéopathe spécialisé en périnatalité, exerçant à Saint-Germain-en-Laye.

(1) Katonis P, Kampouroglou A, Aggelopoulos A, Kakavelakis K, Lykoudis S, Makrigiannakis A, et al. Pregnancy-related low back pain. Hippokratia. 2011;15(3):205‑10.
(2) Hensel KL, Buchanan S, Brown SK, Rodriguez M, Cruser des A. Pregnancy Research on Osteopathic Manipulation Optimizing Treatment Effects: the PROMOTE study. Am J Obstet Gynecol. janv 2015;212(1):108.e1‑9.
(3) Brady R.E., Rottman J., Kappler R.E., Veith E.K. « Osteopathic manipulation to treat musculoskeletal pain associated with pregnancy », J. Am. Osteopath. Assoc., 1997, 97, p. 479.
(4) Guthrie R.A., Martin R.H. « Effects of pressure applied to the upper thoracic (placebo) versus lumbar areas (OMT) for inhibition of lumbar myalgia during labor », J. Am. Osteopath. Assoc., 1982, 82, p. 247-251.
(5) King H.H., Tettambel M.A., Lockwood M.D., Johnson K.H., Arsenault D.A., Quist R. « Osteopathic manipulative treatment in prenatal care: a retrospective case control design study », J. Am. Osteopath. Assoc., décembre 2003, 103 (12), p. 577-582.

 

 

Article mis à jour le 5 janvier 2018

Sexualité pendant la grossesse : que faire ou ne pas faire ?

Des chercheurs répondent scientifiquement à l’inquiétude qu’ont de nombreuses futures mamans quant aux rapports sexuels pendant la grossesse : possibles ? si oui, quand faire attention ?

 

Près de 50% des femmes ont peur que leurs rapports sexuels pendant la grossesse soient dangereux pour le bébé. Des chercheurs de l’Université de Toronto se penchent sur la littérature concernant ce problème. Ils répondent ainsi scientifiquement aux questions que se posent toutes les femmes enceintes : avoir des relations sexuelles pendant la grossesse est-il possible ? est-ce risqué ? pour quelles femmes est-ce déconseillé ?

 

 

 

Des rapports sexuels pendant la grossesse provoquent-ils un accouchement prématuré ?

Les chercheurs assurent qu’avoir des rapports sexuels ne provoque pas d’accouchement prématuré. Et particulièrement pour les femmes n’étant pas sujettes à ce risque.

Ils tirent ces conclusions d’une étude menée sur 140 femmes enceintes présentant tout type de risque. Elles sont suivies pendant 28 semaines de grossesse.

En revanche, pour les femmes enceintes présentant un risque élevé d’accouchement prématuré, les rapports sexuels sont déconseillés par ces mêmes chercheurs. Ce risque d’accouchement prématuré peut venir de trois sources :

  • Avoir déjà eu un accouchement prématuré.

  • Etre enceinte de deux bébés ou plus.

  • Avoir un col de l’utérus béant.

ostéopathe pro

 

Avoir des rapports sexuels pendant la grossesse déclenche -t-il le début du travail ?

Même si la littérature à ce sujet est assez mince, les chercheurs affirment que la stimulation génitale est une manière naturelle de provoquer le début du travail.

Les rapports sexuels à terme ne sont cependant pas sans risque selon ces mêmes chercheurs, et à envisager avec plus de précaution.

 

 

Et pour les rapports sexuels après accouchement ?

Après l’accouchement, peu de femmes se sentent à l’aise pour reprendre leur vie sexuelle tant que le périnée n’est pas guéri.

90% des femmes ont leurs premiers rapports après accouchement à partir du troisième mois, selon une étude citée par les scientifiques (1).

Pour celles qui se plaignent de rapports douloureux, cela vient selon les mêmes chercheurs d’une sécheresse vaginale. Celle-ci est due à un niveau d’œstrogènes bas. Ce niveau peut être causé entre autres par l’allaitement. C’est un problème qui peut être facilement résolu avec l’utilisation d’un lubrifiant.

 

 

 

Pour résumer, avoir des rapports sexuels durant la grossesse est naturel et non risqué sauf exception. Les femmes enceintes ne présentant aucun risque doivent donc se rassurer.

Les scientifiques n’indiquent pas de règle à propos de la reprise des rapports sexuels après accouchement. Ainsi, le bon moment est quand le couple se sent à l’aise pour reprendre sa vie sexuelle.

pro kiddizy

 

Si vous êtes enceinte et que des questions subsistent à propos de la question de la sexualité pendant la grossesse, Kiddizy vous met en relation avec les meilleurs professionnels de la maternité.

Chez Kiddizy, après un questionnaire d’orientation, vous êtes contactée pour valider vos besoins et être accompagnée par les meilleurs experts en périnatalité, parentalité et petite enfance.

 

Source : « Sex in pregnancy », Claire Jones, MD, Crystal Chan, MD, and Dan Farine, MD, from the Department of Obstetrics and Gynecology, University of Toronto.

 

(1) Hicks TL, Goodall SF, Quattrone EM, et al. « Postpartum sexual functioning and method of delivery: summary of the evidence ». J Midwifery Womens Health (2004)

 

Article mis à jour le 5 janvier 2018

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Chanter une berceuse à votre enfant a plus d’effets positifs que vous ne le pensez

Chanter une berceuse à votre enfant semble être une recette de grand-mère pour l’aider à dormir, mais savez-vous tous les autres bénéfices de la berceuse ?

Des chercheurs italiens, dans une étude récente, s’intéressent à l’impact de la berceuse sur la mère et l’enfant.

pro certifiés

La berceuse est souvent utilisée pour calmer bébé, mais ses autres avantages sont peu connus. Dans l’étude citée, les chercheurs s’attachent particulièrement à deux aspects :

  • Le lien entre la mère et l’enfant, approximé par une mesure standardisée, le Mother-to-Infant Bonding Scale.
  • Le comportement du nouveau-né : pleurs, réveils pendant la nuit, coliques.

Pour cela, 175 femmes ont été étudiées. 88 d’entre elles chantent des berceuses à leurs enfants. Elles ont été suivies jusqu’à trois mois après leur accouchement, elles et leurs bébés.

 

 

Une autre étude colombienne (1) s’attache à l’impact de la musique sur les bébés prématurés. Le stress dans le groupe étudié diminue juste en chantant une berceuse aux enfants. Elle montre ainsi que les mères se sentent aidées dans leur charge. La berceuse peut être vue comme un outil aux parents pour mieux aborder bébé dans ses premiers mois.

 

Chanter des berceuses rapproche maman et bébé.

Chanter une berceuse à un enfant aide à créer des liens avec lui. Ce sont les résultats trouvés par les chercheurs : le MIBS (Mother-Infant Bonding Scale) est bien plus élevé pour les mamans chantant des berceuses.

 

Une autre étude colombienne (1) s’attache à l’impact de la musique sur les bébés prématurés. Le stress dans le groupe étudié diminue juste en chantant une berceuse aux enfants.

Elle montre ainsi que les mères se sentent aidées dans leur charge. La berceuse peut être vue comme un outil aux parents pour mieux aborder bébé dans ses premiers mois.

 

vidéos conseils

La vie est mieux en chanson pour bébé

De même, ils trouvent que les épisodes de pleurs intenses le premier mois sont moindres pour les femmes chantant des berceuses à leurs bébés : moins de 20% de mères fredonnant des comptines à leurs enfants connaissent ces épisodes contre presque 30% de femmes de l’autre groupe.

 

Si la berceuse aide à dormir, elle aide aussi à rester endormi la nuit. Les chiffres parlent encore ici : presque 5% des bébés s’endormant sans berceuse se réveillent la nuit les deux premiers mois contre 1,5% des bébés de l’autre groupe.

 

Enfin, dernier résultat surprenant : les bébés à qui on chante des berceuses ont moins de coliques que les autres dans les deux premiers mois. Ainsi, 23% environ de bébés à qui on fredonne des petites chansons ont des coliques sur cette période contre presque 37% de bébés de l’autre groupe.

 

L’étude colombienne montre également des effets bénéfiques sur les nouveau-nés prématurés : ceux-ci prennent du poids plus rapidement et restent moins longtemps hospitalisés.

 

 

Mais attention : il ne s’agit pas ici de faire écouter une berceuse au bébé avec un casque. L’Inpes alerte sur ce danger. En 2015, 1 enfants sur 10 s’endort dans son lit avec un casque sur les oreilles selon cet institut.

Mais attention : il ne s’agit pas ici de faire écouter une berceuse au bébé avec un casque. L’Inpes alerte sur ce danger. En 2015, 1 enfants sur 10 s’endort dans son lit avec un casque sur les oreilles selon cet institut.

Qu’importe la langue, qu’importe le style, chanter une berceuse à votre bébé est donc bénéfique sur plusieurs plans. Elle vous rapproche de votre enfant lors d’une période où le contact peut sembler parfois difficile. De plus, votre bébé se sent mieux à tout point de vue.

 

Enfin une recette de grand-mère qui marche !

 

 

Si cet article vous a aidés au quotidien avec votre nouveau-né, sachez que de nombreux accompagnants à la périnatalité sont là pour vous aider et vous apporter plus de conseils sur Kiddizy.

 

Chez Kiddizy, après un questionnaire d’orientation, vous êtes contactée en personne pour valider vos besoins. Vous êtes ainsi accompagnée par les meilleurs experts tous spécialisés en périnatalité, parentalité et petite enfance.

 

 

Source : « Maternal singing of lullabies during pregnancy and after birth: Effects on mother–infant bonding and on newborns’ behaviour. Concurrent Cohort Study » Giuseppina Persicoa, Laura Antolinib, Patrizia Vergania, Walter Costantinic, Maria Teresa Nardid, Lidia Bellottie. School of Medicine and Surgery, University of Milano Bicocca.
(1) « Music Therapy With Premature Infants and Their Caregivers in Colombia – A Mixed Methods Pilot Study Including a Randomized Trial » Mark Ettenberger, Helen Odell-Miller, Cátherine Rojas Cárdenas, Sergio Torres Serrano, Mike Parker, Sandra Milena Camargo Llanos. Universidad Nacional de Colombia.

Mis à jour le 5 janvier 2018

 

Mon enfant a un retard de langage. Dois-je m’inquiéter ?
Bébé sommeil
Troubles du sommeil: le baby blues guette

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Homosexualité et parentalité : que dit la science ?

Homosexualité et parentalité : Le 17 mai est une journée qui consacre la lutte contre l’homophobie et la transphobie à l’international. Pour beaucoup, c’est une lutte de principes.

Mais qu’en est-il de la science à ce propos ? Plusieurs études tentent d’analyser la parentalité chez des couples homosexuels et hétérosexuels pour en voir les différences et les similarités.

 

200 000 personnes en France en 2013 étaient en couple avec une personne du même sexe. Le fait qu’il y ait aujourd’hui des parents homosexuels ne fait pas l’unanimité d’un point de vue sociétal. Mais le but n’est pas de faire un article d’opinion.

guide des prénoms

Kiddizy, fidèle à son principe de fiabilité, démocratise plusieurs études scientifiques étudiant le lien entre parentalité et homosexualité. Association ou rivalité ? De quelle nature est-il ? Coparentalité ou spécialisation des tâches ?

 

 

parentalité Les résultats sont clairs. Les couples lesbiens et gays partagent plus les tâches relatives à l’éducation de l’enfant. Le concept de coparentalité est donc plus répandu dans les couples homosexuels que dans les couples hétérosexuels.

 

La co-parentalité mieux adoptée par les couples homosexuels.

Une étude américaine publiée en 2013 réalisée par des psychologues (1) s’intéresse à la manière dont les couples homosexuels et hétérosexuels se partagent les tâches de la vie familiale.
Pour cela, 104 familles ayant adopté un enfant sont étudiées en détail.

Les résultats sont clairs. Les couples lesbiens et gays partagent plus les tâches relatives à l’éducation de l’enfant. Le concept de coparentalité est donc plus répandu dans les couples homosexuels que dans les couples hétérosexuels.

psychologue label

Si l’on s’intéresse un peu à la sociologie, ce résultat paraît tout à fait explicable : les rôles attribués traditionnellement aux différents sexes s’appliquent moins ici.

Ainsi, les mots que l’on retrouve dans les données récoltées dans l’étude sont « spécialisation » pour les couples hétérosexuels et « partage » pour les couples homosexuels.

 

La parentalité chez les couples homosexuels: intériorisation d’un stigmate

Qu’en est-il de la pression sociale environnant les couples au niveau de la parentalité ?

Elle n’est pas la même pour les couples hétérosexuels et les couples homosexuels. Des chercheurs belges tentent d’évaluer l’impact de cette pression extérieure et intériorisée (2).

Dans une étude publiée en février 2017, ces chercheurs et psychologues étudient 115 couples hétérosexuels et homosexuels considérés comme stables et voulant un enfant. Leurs données sont issues de la population belge et italienne.

Ils montrent que les couples homosexuels ayant le plus haut niveau de bien-être dans leur couple sont aussi ceux qui ont le moins intériorisé l’homophobie et la pression sociale ambiante.

 

 

Il y a donc une part parentalité d’auto-conviction chez les couples homosexuels qu’ils ne sont pas capables d’élever un enfant comme un couple hétérosexuel. C’est un cercle vicieux : plus l’homophobie est intériorisée, plus le bien-être du couple se détériore, moins la perspective d’élever un enfant de manière stable est possible.

 

Il y a donc une part d’auto-conviction chez les couples homosexuels qu’ils ne sont pas capables d’élever un enfant comme un couple hétérosexuel. C’est un cercle vicieux : plus l’homophobie est intériorisée, plus le bien-être du couple se détériore, moins la perspective d’élever un enfant de manière stable est possible.

 

 

La littérature scientifique est donc convergente pour dire que la parentalité et l’homosexualité sont compatibles. Mais ce lien se trouve fragilisé par l’homophobie.

Les couples homosexuels sortent du cadre traditionnel de la famille. Idem pour la famille monoparentale. Mais sortir du cadre ne veut pas dire qu’élever un enfant est impossible. La parentalité est un apprentissage, et Kiddizy est là pour vous accompagner !

 

 

Pour mieux vivre votre parentalité au quotidien, Kiddizy vous conseille et vous met en lien avec des experts de la périnatalité, infirmières puéricultrices, coachs parentaux ou psychologues par exemple.

 

 

Sources :
(1) « Coparenting among lesbian, gay, and heterosexual couples : associations with adopted children’s outcomes. » Rachel H. Farr, Charlotte J. Patterson.
(2) « The Desire of Parenthood: Intuitive Co-parental Behaviors and Quality of Couple Relationship among Italian and Belgian Same-Sex and Opposite-Sex Couples ». Marina Miscioscia, Adelaide Blavier, Paolo R. Pagone and Alessandra Simonelli.

 

Article mis à jour le 5 janvier 2018

accouchement, effets, couple
Les effets de l’accouchement sur le couple
Papa et bébé
Rôle du père: avant et pendant l’accouchement

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Bébé non retourné, césarienne programmée? par Olivier Darmont

Bebe non retourné ostéopathie

Parfois pendant le troisième trimestre de grossesse le bébé n’est toujours pas retourné.

Dans cette nouvelle vidéo Olivier Darmont, ostéopathe à Paris, nous explique comment l’ostéopathie peut aider la maman et éviter le risque de césarienne.

 

 

Article mis à jour le 5 janvier 2018

Comment l’ostéopathie rend le bassin de la femme enceinte mobile ? Par Olivier Darmont, ostéopathe

Rendre bassin mobile Ostéopathie

Rendre le bassin de la femme enceinte mobile est trés important pour le processus d’accouchement.

Olivier Darmont, ostéopathe à Paris, nous explique dans cette vidéo le travail de l’ostéopathe pour y parvenir.

 

Article mis à jour le 5 janvier 2018

Bébé trop gros, bassin trop petit : césarienne ? Par Olivier Darmont

L'ostéopathie aide quand le bassin de la maman est petit

Quand on a un bébé trop gros et un bassin trop petit, est-ce qu’on doit forcément passer par une césarienne?

Olivier Darmont, ostéopathe à Paris, nous répond dans cette nouvelle vidéo.

Allaitement – Comment se passent les premier jours d’allaitement? Par Carole Hervé, consultante en lactation IBCLC

Les premiers jours d'allaitement

Aujourd’hui nous découvrons les premiers contacts entre maman et bébé.

Carole Hervé, consultante en lactation, certifiée IBCLC, nous explique comment se passent les premiers jours d’allaitement.

Allaitement maternel – Comment se déroule une consultation d’allaitement? Par Carole Hervé, consultante en lactation IBCLC

Le déroulement d'une consultation en lactation

L’allaitement maternel nécessite parfois un accompagnement spécifique. Il existe et est très utile aux mamans.

Aujourd’hui Carole Hervé, consultante en lactation, certifiée IBCLC, nous explique comment se déroule une consultation d’allaitement.

 

Allaitement – Le métier de consultante en lactation, par Carole Hervé.

Le métier de consultante en lactation

Carole Hervé, consultante en lactation et certifiée IBCLC, nous dévoile son métier et comment elle aide les mères à allaiter .

Une vidéo conseil bien utile aux futures et jeunes mamans.

 

Le déroulement d'une consultation en lactation
Allaitement maternel – Comment se déroule une consultation d’allaitement? Par Carole Hervé, consultante en lactation IBCLC

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Les bénéfices de l’ostéopathie au 1er trimestre de grossesse, par Olivier Darmont, ostéopathe.

Ostéopathie, premier trimetsre de grossesse

Découvrez le suivi et l’action de l’ostéopathe pendant la grossesse de la future maman. Focus sur le 1er trimestre!

Kiddizy a interviewé Olivier Darmont, Ostéopathe à Paris.

Infertilité : l’arrêt de la pilule entraîne un manque de vitamine D

pilule

Des chercheurs ont émis un lien entre l’infertilité et l’arrêt de la pilule. Dans leur études, ils expliquent que l’arrêt du contraceptif entraîne une déficience en vitamine D qui est essentielle pour tomber enceinte.

 ostéopathe pro

 

Des chercheurs américains auraient découvert l’une des raisons possibles pour laquelle certaines femmes ne tombent pas enceinte directement après l’arrêt de la pilule.

Dans leur récente étude publiée le 4 Août 2016 dans la revue Endoctrine Society (1), ils expliquent que cette infertilité serait due à une déficience en vitamine D. Et cette baisse de taux de vitamine D dans le corps serait liée à l’arrêt de la pilule.

Evidemment, ce n’est pas la seule cause. Dans les cas nécessitant souvent des traitements, l’infertilité peut causée par l’endométriose ou le syndrome des ovaires polykystes.

 

 

pilule

 

Un faible taux de vitamine D après l’arrêt de la pilule, facteur d’infertilité

Pour obtenir ces conclusions, les scientifiques se sont penchés sur le mode de vie de 1700 femmes afro-américaines. Toutes les participantes ont dû répondre à un questionnaire portant sur leur moyen de contraception ainsi que sur une estimation de leur temps passé à l’extérieur.

Leurs recherches ont démontré que la pilule contraceptive augmenterait le taux de vitamine D dans le sang des femmes.  En effet, au début de l’étude, les 600 sujets ayant recours à la pilule contraceptive avaient des taux de vitamine D 20% plus élevés que ceux des autres participantes.

Lorsque une femme décide d’arrêter la pilule afin d’avoir un enfant, les chercheurs démontrent que son taux de vitamine D chute fortement. Elle est donc en manque en vitamine D.

En s’appuyant sur d’autres études, ils expliquent qu’un bon taux en vitamine D (environ 30-100 ng/ml de sang) est nécessaire afin de tomber enceinte.

 

 

saumon omega 3

 

Infertilité après la pilule? Boostez votre apport en vitamine D

Une courte exposition au soleil permet un apport en vitamine D.

Cependant, pour les mois peu ensoleillés, il est possible d’assurer un apport en vitamine D à travers l’alimentation :

– compléments alimentaires riches en vitamine D

– produits laitiers ou céréaliés enrichis en vitamine D

– Du poisson gras (thon, saumon…) C’est du moins, ce que suggèrent une équipe de chercheurs européens et asiatique dans une étude publiée sur Pub Med (2).

psychologue

Pendant 3 mois, ils ont analysé les taux de vitamine D contenus dans plus de 75 poissons différents. Les types de poissons adéquats à une alimentation saine riche en vitamine D seraient des poissons gras.

Les scientifiques conseillent donc, de se nourrir de saumon, de thon ou d’anchois au moins 1 fois par semaine.

Ces types de poissons sont également riches en oméga 3. Consommée pendant la grossesse, cette protéine est connue pour booster le QI de votre bébé

Si vous souhaitez tomber enceinte après la prise d’un contraceptif tel que la pilule, il faudrait patienter quelques temps afin de ré-équilibrer votre taux de vitamine D. En attendant, une alimentation saine est primordiale, et permettra aussi de diminuer vos risques de dépression post partum.

 

Kiddizy vous met en relation avec les meilleurs professionnels de la maternité et l’infertilité.

Chez Kiddizy, après un questionnaire d’orientation, vous êtes contactée pour valider vos besoins et être accompagnée par les meilleurs experts en périnatalité, parentalité et petite enfance.

16/08/2016

 

Sources :
  • Vitamin D levels may drop when women stop using birth control, Women who are trying to conceive should take action to maintain adequate levels – Etats-Unis – 4 aout 2016
  • An Evaluation of the Vitamin D3 Content in Fish: Is the Vitamin D Content Adequate to Satisfy the Dietary Requirement for Vitamin D – Z. Lu, T.C. Chen, A. Zhang, K.S. Persons, N. Kohn, R. Berkowitz,* S. Martinello,* and M.F. Holick – 30 janvier 2007

Article mis à jour le 5 janvier 2018

Anti-inflammatoires
Anti-inflammatoires: nouvel espoir de grossesse après 40 ans ?

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Dépression post-partum chez papa: une réalité négligée

papa dépression port partum

Après la naissance de bébé, jusqu’à 80% des mamans sont touchées par le « baby blues ». Angoisse permanente en présence du bébé, perte d’appétit, troubles du sommeil, changements d’humeur drastiques sont les maîtres mots de cette courte dépression. Ainsi le « baby blues » ne durerait qu’une quinzaine de jours ; face à une dépression post-partum qui, elle, peut durer plusieurs mois. L’arrivée de bébé dans la vie de papa est très différente de celle de maman.

 

Une femme enceinte voit son corps changer au cours des 9 mois de grossesse, et se fait progressivement à l’idée d’une maternité certaine. Tandis que le père ne profite pas de ces signaux pour s’habituer à sa nouvelle vie, ses peurs de ne pas répondre aux besoins de son bébé s’agrandissent et l’arrivée de bébé peut se transformer en choc émotionnel, débouchant sur une dépression post-partum dans 5 à 10% des cas.

 

Comment cette dépression post partum affecte le comportement du père?

 

 

Lors d’une étude, des scientifiques américains ont distingué deux groupes de paternité, le premier relevait d’une parentalité positive, pères jouant avec leurs enfants, chants, lecture, etc. Le second comprenait la parentalité dite « négative » avec des pères qui donnaient la fessée à leur enfant.

 

pro kiddizy

Sur 1 746 pères d’enfant d’un an, 7% souffraient de dépression post-partum (1). 41% des pères en dépression seraient plus enclins à donner la fessée que les autres (13%) et ne liraient pas d’histoire à leur enfant, réduisant ainsi la communication et le relationnel père-enfant.

 

 

 

L’état d’esprit maternel peut jouer un rôle dans la dépression du père

 

Aux Etats-Unis sur 37 familles, 52% des pères ont avoué avoir eu des moments de déprimes, quelque temps après la naissance de leur enfant (groupe 1). Ainsi ces pères seraient moins communicatifs avec leur bébé, puisque leurs femmes montreraient beaucoup d’affection au nouveau-né.

 

professionnel

48% des pères ne souffrant pas de dépression post-partum (groupe 2), ont montré plus d’intérêts et sont plus engagés dans les tâches périnatales que leurs femmes. Après analyse, les pères des deux groupes ont été interviewés et de par leurs réponses, les scientifiques ont annoté que le comportement de la mère face à leur bébé influençait celui du père (2).

 

 

depression, post-partum, pourquoi, enfants, courent, courir

 

Cette dépression touche également le futur comportement de votre enfant

 

 

La dépression post-partum touche la mère, le père, mais aussi l’enfant ! Une récente étude américaine nous explique qu’un père en dépression post-partum, lors des premières années de vie de son enfant, jouerait un rôle important dans le développement de son comportement. Dans des situations de crise, l’enfant serait rapidement anxieux, prêt à mentir et à se battre (3).

 

 
De plus, un couple simultanément en dépression post-partum influence notamment le comportement d’un enfant. Ainsi, s’appuyant sur les résultats de 199 parents d’enfants de 4 mois et demi en moyenne, les chercheurs affirment que cette dépression de couple établit de futurs conflits parentaux qui détérioreront le lien familial.

guide des prénoms

 

Le père doit absolument être intégré à la vie de famille au même niveau que la mère, par ses proches et professionnels, et ce dès le désir l’enfant ! La dépression post-partum chez l’homme n’est en aucun cas signe de manque de virilité ! Le meilleur moyen de détecter cette dépression est d’en parler avec des professionnels, si ce n’est avec votre entourage.

 

 

Kiddizy vous met en relation avec les meilleurs professionnels, sophrologues, psychologues spécialistes de la maternité et parentalité, pour soulager vos maux !

 

 

En remplissant ce questionnaire d’orientation, vous serez contactés individuellement pour valider vos besoins et vous faire accompagner.

Article mis à jour le 5 janvier 2018

les relations fraternelles
Les relations fraternelles : entre complicité et rivalité ?
père et enfant devant la mer
Devenir père : quelles étapes clés ?

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Interview de Sandrine DUBOUCHET, Baby-Planner à Paris

Photo Sandrine DUBOUCHET

« On connaissait les « wedding planners », ces coachs qui vous ficellent votre mariage mais en quoi consiste précisément le métier de Baby-Planner ? »

C’est vrai qu’on a souvent tendance à comparer les métiers de Wedding planner et de Baby-Planner, mais ce sont des services qui sont tout à fait différents. 

D’un côté on parle de mariage et de l’autre on parle de bébé. Finalement il n’y a que le nom qui est à peu près similaire.
En général, le Wedding-Planner va organiser tout le mariage et faire à la place des mariés, alors que la Baby-Planner elle, va plutôt aider les parents à préparer la venue de leur enfant, mais ne va en aucun cas faire à leur place.

Le métier de Baby-Planner est un service qui est relativement récent en France, arrivé en 2009 et créé en Angleterre en 2006.
C’est un nouveau service à la parentalité qui consiste à aider au mieux les parents à préparer l’arrivée de leur bébé, ceci se déroulant bien-sûr en parallèle avec le suivi médical. Le travail d’une Baby-Planner va plutôt être axé sur les aspects logistiques, pratiques, organisationnels etc…

 

« Que recherchent les futurs parents ? »

 

Souvent, les parents sont en attente d’informations et de conseils sur la puériculture et c’est assez logique comme demande, parce que la puériculture est devenue un marché très vaste et très complexe.

Les parents ne sont pas objectivement conseillés dans les magasins de puériculture, ils recherchent donc auprès de la Baby-Planner, un conseil professionnel, à la fois objectif et sans jugement.

Cela va les aider dans la recherche du matériel dont ils ont besoin : on va leur proposer des produits qui correspondent vraiment à leurs attentes.
En effet, ce n’est pas parce qu’une poussette convient à un couple de parents qu’elle va forcément convenir à un autre car tout est question de budget, de type de logement, de modèles de voiture, de goûts, ou encore de convictions.

 

baby-planner-femme-enceinte-kiddizy

 

« En quoi l’accompagnement d’une Baby-Planner peut-il rassurer les mamans sur la venue de leur enfant  ? »

La Baby-Planner est là pour rassurer la maman mais aussi le papa.

Pendant la grossesse, il est souvent exclu et il ne vit la grossesse qu’à travers sa conjointe, il ne sait souvent pas comment trouver sa place.

Le père a un vrai rôle à jouer pendant la grossesse, le jour J, et après la naissance, il est donc aussi bénéfique pour le papa d’être présent dans l’accompagnement de Baby-Panning.

pro kiddizy

Evidemment, les services d’une Baby-Planner servent aussi et surtout aux mamans, pour une première grossesse où tout est encore inconnu mais aussi pour une deuxième grossesse ou plus.
Les parents se posent légitimement beaucoup de questions, car en neuf mois de grossesse, il y a énormément de choses à préparer.
On ne s’en rend pas compte parce qu’on est dans une bulle de bonheur et qu’on vit l’arrivée d’un heureux événement.

Lors d’une grossesse, il y a beaucoup de choix et de décisions à prendre, et la Baby-Planner est là pour les rassurer et les guider notamment sur le matériel de puériculture, le mode de garde, l’aménagement de la chambre du bébé, les pratiques de maternage ou encore éventuellement l’organisation d’une Baby-Shower…

Le rôle d’une Baby-Planner, c’est à la fois d’apporter de l’information aux parents et d’apporter du conseil personnalisé. En plus d’être un soutien objectif et bienveillant, je suis là pour les guider dans leur choix, mais aussi pour leur recommander des professionnels en périnatalité.

 

baby-planner-interview-kiddizy

 

« A quelles mamans en particulier le conseilleriez-vous ? »

 

 Pour tous les parents, les futurs et les jeunes parents, quel que soit le stade de grossesse, cela peut-être le premier trimestre, le deuxième trimestre, la fin de grossesse et même après, une fois que le bébé est né.

Les services d’une Baby-Planner sont aussi adaptés pour tout type de famille que ce soit pour un couple, pour une maman ou un papa solo, un couple homo parental ou encore pour une adoption.

De même pour n’importe quel type de grossesse : une grossesse unique ou une grossesse gémellaire.

Cela peut s’étendre aussi aux grands-parents qui voudraient par exemple offrir aux futurs ou jeunes parents un cours de portage, de massage ou encore un shooting photos, une séance de Belly Painting.

  •     Pour une perte de poids par exemple, ou pour un désir de reprendre le sporton va plutôt recommander à la maman, un(e) diététicien(ne), un(e) nutritionniste, un coach sportif, des professionnels médicaux ou paramédicaux.

 

  •     Pour ce qui est du baby-blues, du burn-out ou de la dépression maternelle,nous les orienterons vers des associations spécialisées ou des professionnels.

 

Le rôle de la Baby-Planner, c’est aussi d’avoir un réseau professionnel et de pouvoir faire de la recommandation rapide et fiable aux parents. Ceci leur évite des recherches parfois fastidieuses et ça leur fait gagner énormément de temps.

guide des prénoms

 

« Comment se passe une consultation et combien de visites faut-il prévoir? »

 

 Tout dépend des attentes des parents. Chez Un heureux événement® ce sont des accompagnements adaptés dans le but de répondre aux besoins de chaque parent.

Cela peut être un accompagnement très court, par exemple, les parents qui auraient besoin d’être rassurés sur la prévention des accidents domestiques et uniquement sur ce sujet-là, peuvent me consulter pour une heure d’entretien soit à leur domicile, soit à distance (par téléphone ou en visio).
Les parents qui auraient besoin d’un accompagnement plus soutenu et plus long, je leur propose un accompagnement qui peut aller d’1 mois à 9 mois du 3ème mois de grossesse jusqu’aux 3 mois du bébé.

 

« Pouvez vous nous donner une fourchette approximative de prix par séance ? »

 

 Les premiers tarifs sont de 10 € seulement pour la participation à un atelier de groupe en visio.
Pour un accompagnement plus personnalisé à domicile, les tarifs commencent à partir de 59 € et il faut compter 20 € de moins, soit 39 €, pour un entretien personnalisé à distance.

 

Article mis à jour le 5 janvier 2018

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Les bienfaits de l’ostéopathie au 3ème trimestre de grossesse. Par Olivier Darmont, ostéopathe.

Bienfaits Ostéopathie Troisieme Trimestre

Les bienfaits de l’ostéopathie chez la femme enceinte.

Le jour J approche… Comment le travail de l’ostéopathe prépare la maman pour l’accouchement. Par Olivier Darmont, ostéopathe a Paris.

Comment se déroule le suivi de grossesse au 2e trimestre, par Olivier Darmont, ostéopathe.

Deroulement d'une séance d'ostéopathie 2e Trimestre Grossesse

Comment se déroule le suivi de grossesse ostéopathique au 2ème trimestre?

Olivier Darmont, ostéopathe à Paris, vous présente le suivi et l’action de l’ostéopathe pendant la grossesse de la future maman.

Comment se déroule une consultation ostéopathique chez la femme enceinte? Par Olivier Darmont

Screen Olivier DARMONT première consultation ostéopathique

 

La consultation ostéopathique aide les futures mamans à réduire les maux de la grossesse et à se préparer sereinement à l’arrivée de bébé.

Olivier Darmont, ostéopathe à Paris, nous explique comment se déroule une consultation et nous informe des bienfaits de l’ostéopathie périnatale.

 

Article mis à jour le 5 janvier 2018

Deroulement d'une séance d'ostéopathie 2e Trimestre Grossesse
Comment se déroule le suivi de grossesse au 2e trimestre, par Olivier Darmont, ostéopathe.

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Coliques du nourrisson, l’acupuncture pour le soulager?

bébé regarde en l'air- coliques

Votre nourrisson a des coliques ?

Elles sont apparues quelques semaines après sa naissance… Vous aimeriez soulager ses pleurs ?

Les pleurs excessifs sont fréquents : ils touchent entre 10 et 20% des nourrissons.

Lorsqu’ils excèdent 3 heures/jour plus de 3 jours/semaine, on parle alors de colique infantile.

Pour atténuer voire résorber ces coliques du nourrisson, souvent, la protéine de lait de la vache est éliminée, de plus les compléments nutritionnels de Lactobacillus reuteri pourraient aussi être efficaces.

Pour autant, l’efficacité et la sécurité d’autres traitements restaient non prouvées.

Des chercheurs se sont alors intéressés aux effets de l’acupuncture sur les nourrissons…

experts certifiés

Anti-coliques? Deux méthodes d’acupuncture testées

L’étude suédoise de l’Université de Lund apporte un nouvel éclairage concernant les effets de l’acupuncture sur les coliques.

2 types de méthodes d’acupuncture ont été testées : l‘acupuncture minimale ancrée dans la neurophysiologie qui découle d’une approche occidentale ainsi que l’acupuncture fondée sur la médecine chinoise traditionnelle qui elle, dépend des points utilisés.

147 nouveau-nés ont été suivis, 144 ont pu aller au bout de l’expérience. 3 groupes de 49 bébés ont été suivis lors de cette étude :

– Le 1er groupe de nourrissons a reçu des soins d’acupuncture occidentale en plus des soins classiques

-Le 2è groupe des soins d’acupuncture traditionnelle chinoise en plus des soins classiques

-Le 3è groupe n’a reçu que les soins traditionnels, sans acupuncture.

 

 

acupuncture-colique-nourrisson

 

L’acupuncture est efficace contre les coliques du nourrisson

Les résultats de l’étude tendent à démontrer l’impact positif de l’acupuncture sur les coliques et pleurs des nourrissons.

Si parmi les 3 groupes testés, tous ont vu une amélioration de la situation des nourrissons. Les 2 groupes ayant suivi des soins en acupuncture montrent une réduction significativement supérieure de la durée des pleurs par rapport au groupe sans acupuncture d’environ 40 minutes par jour.

Cependant, lorsque l’on s’intéresse aux différences de résultats entre les 2 méthodes, leurs résultats sont similaires. Point de différence donc !

infirmière puéricultrice

La présence d’un professionnel en périnatalité, source de mieux-être

Cette étude a permis d’aller plus loin dans la compréhension de l’accompagnement périnatal.

Sur 426 bébés identifiés qui pourraient éventuellement participer à l’étude, seuls 157 présentaient des signes de coliques et pleurs excessifs après une période de 5 jours sans lait de vache.

Pendant ce temps, les parents étaient accompagnés et conseillés par un expert, au téléphone.

Cette intervention à la fois peu onéreuse et efficace de professionnels en périnatalité a permis aux parents stressés d’évaluer la situation de façon plus objective et ainsi d’éviter des traitements inutiles.

 

Ainsi, l’accompagnement d’un expert aura soulagé les parents.

Kiddizy l’a bien compris, et vous oriente uniquement vers des professionnels spécialisés en périnatalité pour vous accompagner dès la grossesse : acupuncteurs, massages bébé, ostéopathes, sophrologues, coachs en parentalité….

 

Alors, n’hésitez plus, rencontrez le professionnel idéal !

 

Article mis à jour le 5 janvier 2018

 

Sources :
Kajsa Landgren, Inger Hallström, Faculty of Medicine, Department of Health Science, Lund University, Lund, Sweden
osteopathie nourrisson
Ostéopathie et nouveau-né, quand consulter ?
bébé tient la main de papa-uvesterol
Uvestérol, vitamine D : pharmacovigilance chez les nourrissons 

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Uvestérol, vitamine D : pharmacovigilance chez les nourrissons 

bébé tient la main de papa-uvesterol

Uvestérol: le cas tragique du décès d’un nourrisson de 10 jours suite à l’administration d’Uvestérol D, un complément de vitamine D, a entraîné l’interdiction de celui-ci par Marisol Touraine, Ministre des Affaires Sociales, dans un communiqué de presse en date du 4 janvier 2017.

Cette affaire nous incite à remonter la piste des recherches scientifiques afin de vous éclairer sur les besoins en vitamine D chez les nourrissons et la pratique de la pharmacovigilance en France. 

D’autres médicaments, que nous citerons pour une meilleure information de tous, sont régulièrement sous contrôle renforcé, l’Uvestérol en faisait partie.

guide des prénoms

L’Uvestérol déjà surveillé pour son mode d’administration chez les nourrissons    

Dès 1996, les cas de malaises graves liés au mode d’administration de l’Uvestérol D et de l’Uvestérol ADEC chez les nourrissons étaient connus.

Ce n’est pas la vitamine D qui est en cause, mais bien son mode d’administration. D’ailleurs, les autres compléments en vitamine D ne sont par ailleurs pas incriminés.

En 2006, la prise en compte du phénomène Uvestérol a permis de retravailler la forme et le dosage de la pipette. Ce travail a entraîné la mise en place de précautions d’administration et d’utilisation de ce médicament.

Pourtant, entre 2006 et 2010, il y a encore eu 23 cas de malaises graves, dont 7 avec Uvestérol D, et 16 avec Uvestérol A,D,E,C .

Certes, les causes sont variées, mais la fausse route provoque ainsi l’arrêt temporaire de la respiration ou un malaise vagal.

 

médicament bébé

En 2010, l’AFFSAPS, en attendant une modification ultérieure du produit, met seulement à nouveau en garde sur l’utilisation de l’Uvestérol et demande une meilleure information du mode d’administration et d’utilisation. Des nouvelles consignes ont donc été émises.

Cette mesure déjà prise quelques années plus tôt n’avait pourtant pas fait diminuer les malaises. C’est bien le couple formule-mode d’administration qui pose problème. On a critiqué une formule trop liquide dont l’épaisseur devrait être retravaillée. La rapidité avec laquelle elle coule dans la pipette a aussi été mise en cause de même que l’odeur….

La Revue Pescrire, en mai 2011, signalait déjà que les mesures prises par l’AFFSAPS étaient insuffisantes et les appelait des « demi-mesures ».

D’autres médicaments existent pour supplémenter le bébé en vitamine D, car son rôle est essentiel pour le nourrisson.

professionnel

La pharmacovigilance en question

La pharmacovigilance des médicaments pour enfants prend en compte la fréquence des prescriptions, la croissance des enfants et les conséquences sur le long terme.

Cette méthodologie a pour but de gérer la balance bénéfices-risques.

Elle est basée sur des études épidémiologiques ainsi que sur les remontées spontanées sur le médicament.

Suite à ce scandale chez les nourrissons, nous avons retrouvé la liste des substances sous contrôle en France, et utilisées en pédiatrie, dont la commercialisation est autorisée.

Certains médicaments n’étant pas indispensables, le principe de précaution s’impose :

  • la Desmopressine, antidiurétique
  • la Metoclopramide, un anti-nausées et vomissements
  • les mucolytiques, fluidifiants des bronches
  • les anti-H1(antistaminiques) de la première génération
  • les vaccins contre le rotavirus, responsable de la gastro-entérite
  • les hormones de croissance
  • la cisapride, utilisée pour traiter le reflux gastro-oesophagien des nourrissons

L’Uvestérol D et ADEC faisait partie de cette liste de médicaments sous surveillance. Seul l’Uvestérol ADEC reste autorisé dans le cadre hospitalier uniquement.

En cas de doute, demandez toujours l’avis à un professionnel de santé.

Kiddizy, ainsi, vous met en relation avec les meilleurs professionnels de la maternité (sage-femme, infirmière puéricultrice, consultante en lactation…).

Sources :
Autret-Leca E, Marchand MS, Cissokho H, Beau-Salinas F, Jonville-Béra A, Service de pharmacologie clinique, centre régional de pharmacovigilance et d’information sur le médicament, CHRU de Tours.

 

Article mis à jour le 5 janvier 2018

bébé regarde en l'air- coliques
Coliques du nourrisson, l’acupuncture pour le soulager?
bébé dort avec Doudou-sommeil remède
Sommeil: le meilleur remède contre l’obésité infantile ?

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Diabète gestationnel : le sport, une arme pour les femmes obèses

femme enceinte tient son ventre dans l'herbe

Diabète gestationnel: les chercheurs norvégiens ont prouvé que la pratique régulière d’un sport permettait aux femmes souffrant d’obésité d’éviter le diabète gestationnel pendant leur grossesse. 

 

Diabète gestationnel : facteurs de risques et conséquences

Le diabète gestationnel, une complication que redoutent beaucoup de femmes enceintes et qui touche 2 à 6% d’entre elles selon l’AFD (l’Association française du diabète).

L’ADF rappelle les causes et les risques du diabète gestationnel. Plusieurs facteurs de risque peuvent mener à un diabète gestationnel : hérédité de diabètes de type 2, alimentation riche en sucre et en graisse, faible activité physique.

Un diabète gestationnel, notamment à répétition, peut se transformer en diabète de type 2 quelques années plus tard. D’où la nécessité de le traiter, mais surtout de le prévenir.

professionnel

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, le diabète gestationnel peut perturber la grossesse des femmes surtout lorsqu’elles sont atteintes d’obésité. Selon l’AFD, les femmes obèses (IMC supérieur à 25) sont plus susceptibles de développer un diabète gestationnel durant leur grossesse.

Cela peut entrainer une naissance prématurée, une hypoglycémie à la naissance du bébé, des œdèmes, une hypertention artérielle et des problèmes rénaux chez la maman.

 

 

diabète gestationnel et sport

60 minutes de sport à faible intensité pour lutter contre le diabète gestationnel.

L’OMS conseille de pratiquer un sport, à raison de 30 minutes d’exercice minimum par jour. 

Cette recommandation est approuvée et précisée par une récente étude norvégienne. Etude, publiée en juillet 2016 et réalisée sur 91 femmes obèses et enceintes. Les chercheurs ont suivi leur taux de glycémie dans le sang, afin d’identifier les signes du diabète gestationnel

Les scientifiques ont invité ces dernières à pratiquer un sport, après les avoir réparties en trois groupes: 

– 30 d’entre elles devaient pratiquer un sport 3 fois 60 minutes par semaine, à faible allure 

– 30 autres étaient soumises à un entraînement de trois séances, d’intensité modérée, de 35 minutes par semaine

– 31 autres s’entrainaient 25 minutes à forte intensité, trois fois par semaine.

Les chercheurs ont noté que la fréquence idéale d’exercice est de 60 minutes par séance de sport. Ces séances sportives doivent être réalisées trois fois par semaine. Afin de minimiser les risques de diabète gestationnel chez une femme enceinte et obèse.Les enchaînements doivent aussi être de faible allure, afin de ne pas trop fatiguer la femme enceinte.
 

Le sport a un effet limitant la glycémie, responsable du diabète gestationnel

Quelques semaines après avoir commencé les entraînements, les résultats le démontrent que le taux de glycémie sont inférieurs chez les femmes du premier groupe. Ces femmes ont pratiqué 60 minutes de sport 3 fois par semaine.

Une activité sportive aide aussi à éviter la dépression post partum de la maman, qui touche de plus en plus de jeunes mères.

diabète gestationnel et femme

Enfin, le diabète gestationnel survient aussi chez les mamans à l’alimentation peu saine.

Le facteur externe rentre ainsi fortement en compte. Cet environnement a également des conséquences sur les risques de diabète chez le père à moyen terme.

Optez donc dès le début pour un régime alimentaire équilibre et une pratique sportive pour le bien-être de toute la famille.

Kiddizy vous met en relation où que vous soyez,  avec les meilleurs professionnels de la maternité(sage-femme, nutritionniste, coach sportif …)

Après un questionnaire d’orientation, nous vous contactons individuellement pour valider vos besoins et vous accompagner.

03/08/2016

 

Sources : Exercise cuts gestational diabetes in obese pregnant women – Kirsti Krohn Garnæs – Norvège – Juillet 2016

Article mis à jour le 5 janvier 2018

grossesse et mal de dos
Grossesse et mal de dos
femme regarde sa montre -stress
Le stress : un danger pour la femme enceinte ?

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Place à la parentalité positive ! Adieu l’éducation traditionnelle…

couple dans un champ parentalité positive

Parentalité: à l’occasion de sa lutte contre les châtiments corporels infligés aux enfants, le Conseil de l’Europe a publié un rapport basé sur des travaux d’experts qui fait la promotion de la parentalité positive.

La parentalité positive, c’est l’idée d’une parentalité sans recours à la violence. Depuis quelques années, elle fait parler d’elle auprès de l’opinion publique.

Mais finalement, qu’est-ce que la parentalité positive?

Comment éduquer son enfant de façon non violente?

Pourquoi le recours aux méthodes punitives est-il dépassé?

 

massage bébé pro

 

Qu’est-ce que la parentalité positive?

 

L’idée maîtresse de la parentalité positive est d’éduquer de façon à répondre aux besoins de l’enfant. Cela implique:

– d’être conscient de son rôle de parent dans le développement de l’enfant : rester authentique et montrer un intérêt constant.

– de savoir interpréter les signaux et les intentions de l’enfant. Cela lui permet de sentir qu’il est important, et qu’il est libre de décider de ses expériences.

– de développer des interactions solides basées sur le concept de contingence opérante répétée : utilisation fréquente de stimuli adaptés au comportement (jouets, caresses, sourires…) pour provoquer une réponse chez l’enfant.

– une qualité affective des échanges. Certains types d’échanges parents/enfants y sont favorables : l’expression de sentiments clairs à l’enfant (interrogation, satisfaction, doute…), une joie ressentie et clairement exprimée auprès de l’enfant, une chaleur affective par des gestes et expressions, et des attitudes affectives de protection (consolation, contrôle des peurs…)

 

 

parentalité positive

 

Pourquoi adopter une éducation parentale non violente?

Tous simplement parce que l’utilisation de la violence dans l’éducation a un impact sur le développement personnel de l’enfant. Le but d’une punition est de corriger le comportement de l’enfant et de décourager une certaine attitude. Mais une telle pratique cache des éléments psychologiques visant à faire honte, à humilier voire à susciter la crainte.

 

Selon D. Glaser, du Great Ormond Street Hospital for Children de Londres, spécialisé dans la médecine psychologique, il y a des preuves manifestes que la maltraitance et la négligence altèrent le développement des liaisons cérébrales. Selon E. Gereshoff, psychologiste spécialiste de la parentalité et de l’éducation, le châtiment assure une obéissance à court terme, mais n’améliore pas les contrôles internes de l’enfant.

 

L’assimilation des principes moraux passe au contraire par des stratégies impliquant un pouvoir minimal des parents, qui favorisent le choix et l’autonomie. Le châtiment corporel n’explique pas les raisons d’une conduite correcte ni les risques d’une mauvaise attitude sur autrui. Il va simplement éveiller chez l’enfant le désir de ne pas se faire attraper.

 

 

éducation positive

 

Quelles solutions pour éduquer son enfant selon la parentalité positive?

 

Le rapport propose également des stratégies pour favoriser les attitudes positives de l’enfant:

– Accorder une attention régulière à l’enfant

– Etre à l’écoute et aider l’enfant à exprimer ses sentiments

– Lui apprendre comment évaluer les conséquences de ses choix

– Encourager les comportements positifs naissants par des compliments

Montrer l’exemple d’une attitude ordonnée et prévisible, d’une communication respectueuse et de stratégie de résolution de conflits coopératives.

 

Mais il s’agit avant tout de prendre conscience de sa propre expérience de l’enfance et de se demander quels sont les besoins de notre enfant et par quels moyens on peut les satisfaire.

experts certifiés

Si vous voulez en savoir plus sur la parentalité positive, Kiddizy vous recommande les ouvrages d’Isabelle Filiozat, psychothérapeute et auteure de nombreux livres spécialisés dans la parentalité positive.

 

Pour aller plus loin dans l’éducation, la méthode Montessori place l’épanouissement de l’enfant au centre de ses préoccupations.

Article mis à jour le 5 janvier 2018

discipline et autorité bienveillante pour des enfants heureux d'apprendre
Autorité et discipline : maîtres mots de l’éducation
bébé au tel-silence
Le silence : un meilleur apprentissage du langage par l’enfant?

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Vrais jumeaux: que sait la recherche ?

jumeaux asiatiques

 

En France, les naissances de jumeaux représentent 1,7% des naissances, soit 13 000  naissances par an.(1)
Les études sur les jumeaux sont moins nombreuses que celles sur les naissances ordinaires.
Et pourtant, être enceinte de jumeaux suscite encore plus de questionnement.
Alors, que savons-nous sur ces petits êtres ?

 pro certifié consultant lactation

Les jumeaux se développent de deux façons

Les fœtus de jumeaux se développent de deux façons différentes :

– Les jumeaux dizygotes, ou « faux » jumeaux : deux ovules sont fécondés par deux spermatozoïdes différents. Les fœtus sont alors alimentés par deux placentas. Les jumeaux peuvent alors avoir deux sexes différents.

– Les jumeaux monozygotes ou « vrais » jumeaux : l’ovule est fécondé par un seul spermatozoïde, mais la cellule se sépare en deux et formes deux embryons alimentés par le même placenta.

Ils montrent alors beaucoup de similarités, notamment au niveau du patrimoine génétique.

 

 vrais-jumeaux-enceinte-bébé

 

Des jumeaux pas si identiques

Les jumeaux monozygotes ont toujours été considérés comme similaires sur le plan génétique. Plusieurs études ont suggéré qu’en cas de maladie ou de malformation, ils étaient atteints de la même manière.

Une étude a été récemment conduite par l’Université d’Amsterdam aux Pays-Bas et vient à l’encontre de ces idées reçues.

Les scientifiques ont recensé 439 rapports montrant des jumeaux monozygotes pas si identiques que ça : dans certains cas, leur patrimoine génétique se différencie. Ils ne partagent alors pas la totalité de leurs gènes, de la même manière que les jumeaux dizygotes.(2)

Ces différences de gènes, à la fois chez les « faux » et les « vrais » jumeaux, ont un impact sur leur physique, mais aussi sur leur comportement…

 

 jumelles-enfants

Les gènes et l’environnement ont une influence forte sur leur personnalité

Les gènes ont une influence prouvée sur la personnalité d’un individu.

Mais en plus du patrimoine génétique, un autre facteur est à prendre en compte : l’environnement dans lequel ils évoluent.

Ce qui explique pourquoi les deux enfants n’ont pas le même comportement !

Une étude allemande avait révélé l’influence des gènes et de l’environnement sur la personnalité des jumeaux :

– Selon eux, les gènes jouaient à hauteur de 40% sur le développement de leur personnalité

– Les faire évoluer dans un environnement commun les influençait de 25%

– Et les faire évoluer dans un environnement non partagé les influençait de 35%(3)

jumeaux-enfants

 

Cependant, selon une seconde enquête allemande, l’environnement commun aurait une plus grande influence sur le développement de leur personnalité, notamment de l’intellect.

Il influencerait de 39% la différence d’intellect entre les jumeaux, particulièrement lorsqu’ils sont enfants.

Ces études viennent à l’encontre des idées reçues sur les vrais jumeaux. Ils seraient donc bien différents selon les cas.

Mais peu importe à quel point vos jumeaux seront similaires ou non, vous serez tout aussi heureuse de les élever !

professionnel naturopathe kiddizy

Sources :
(1) Plus de 800 000 bébés par an depuis 2015Vanessa Bellamy, division Enquêtes et études démographiques, INSEE
(2) Identical But Not the Same: The Value of Discordant Monozygotic Twins in Genetic ResearchP. J.G. Zwijnenburg, H. Meijers-Heijboer, D. I. BoomsmaDepartment of Clinical Genetics, VU University Medical Center, Amsterdam, the NetherlandsDepartment of Biological Psychology, VU University, Amsterdam, the Netherlands
(3) Genetic and Environmental Influences on Observed Personality: Evidence From the German Observational Study of Adult TwinsP. Borkenau, R. Riemann, A. Angleitner, F. M. SpinathUniversitat Bielefed, Marthin-Luther-Universitat Friedrich-Schiller Universitat

Article msi à jour le 5 janvier 2018

Comment l’ostéopathie accompagne les mamans qui souhaitent avoir un bébé?
bébé à 40 ans
Un bébé a 40 ans ? Quels sont les risques ?

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Devenir père : quelles étapes clés ?

père et enfant devant la mer

« On n’est (ou ne naît) pas père ou mère naturellement : on le devient . »

C’est ce qu’affirment la psychanalyste Genevieve Delaisi de Perseval et l’ethnologue Suzanne Lallemand dans leur ouvrage « L’art d’accommoder les bébés »(1), qui répertorie les constats faits en puériculture pendant un siècle.

 

Devenir père n’est pas aussi simple et naturel qu’il n’y parait. La paternité n’arrive pas automatiquement avec la naissance. On devient père au cours d’un long processus rempli d’obstacles qui peuvent laisser place à des moments de désarrois, à des crises au sein du couple ou même à une rupture.

 

 

devenir père
 
 

Quelles sont les étapes clés de la paternité ?

Jean Le Camus, professeur de psychologie à l’Université Toulouse-II et spécialiste de la psychologie du jeune enfant nous propose sa conception de la paternité(2):

 

• L’attente

L’attente d’un nouveau-né est le premier pas vers la paternité. Les étapes qui précèdent la naissance du bébé, comme les visites d’échographies et les séances de préparation à la naissance impliquent de plus en plus le père. Cette attente est d’autant plus intéressante qu’il lui est possible d’entrer en communication affective avec le bébé grâce à l’haptonomie.

Il peut aussi rejoindre des groupes de paroles de futurs pères et exprimer ses inquiétudes, ses émotions. Cela permet au père de se préparer à assumer ses nouvelles responsabilités. Mais cette attente peut être difficile à vivre. Les transformations du corps et du caractère de la mère, et son indifférence au contact corporel peuvent provoquer des tensions au sein du couple.

infirmière puéricultrice

• L’accueil

La présence du père lors des derniers moments de la gestation et lors de l’accouchement est importante . De plus , la proximité physique et affective du père contribue significativement à la sérénité et au bien-être de la mère.

Cependant, ces derniers moments de la grossesse sont parfois sources de traumatismes. Pendant la période de travail notamment et l’« expulsion » du bébé. Ces traumatismes sont généralement associés à la douleur et à la vue du sang.

 

 

papa et fille
 

 

La création du lien paternel

 

• Relation père-bébé

Lorsque le bébé est physiquement présent, que l’on peut le voir, le toucher… c’est à ce moment que la paternité entre dans la phase active. Le bébé devient partenaire de communication pour le père. Il peut alors se positionner comme troisième membre de la relation parent-bébé. Mais certains pères se sentent parfois exclus de la relation qui lie la mère et le bébé. Une relation souvent fusionnelle, notamment lorsque la mère a décidé d’allaiter.

guide des prénoms

• Le « maternage » au masculin

Les soins prodigués au nouveau-né étaient avant exclusivement réservées aux mères. Aujourd’hui, la mixité des tâches est plus affirmée : les pères s’occupent plus volontiers des tâches ingrates. Mais elles peuvent sembler trop lourdes pour le père, qui ne se sent pas capable de les assumer. Celui -ci peut avoir tendance à les délaisser, voire même à abandonner l’éducation de l’enfant.

 

• Interaction père-enfant

L’attachement père-enfant reste moins fort que l’attachement mère-enfant. Il reste néanmoins très important. Plusieurs études empiriques ont été réalisées par des spécialistes en psychologie de l’enfant dans les années 80 (3). Ces recherches ont montré que les pères ont tendance à s’engager dans des interactions physiques et stimulantes avec l’enfant.

 

Alors que les mères s’engagent davantage à le contenir. Mais l’enfant a tout autant besoin d’impulsions, d’incitations et de stimulations que de sécurité et stabilité. Le père joue ainsi un rôle important dans l’autonomisation et l’ouverture au monde de l’enfant(4).

 

Le père est partie intégrante de la parentalité, et donne à l’enfant, au même titre que la mère, les moyens de vivre sa vie, et de vivre avec celle des autres.

 

 

Si le sujet vous passionne, Kiddizy vous propose un article sur l’haptonomie et la conscience du père pour bien préparer le bébé.

 

 

Kiddizy vous met également en relation avec les meilleurs professionnels de la maternité et parentalité !

 

 

Ainsi en remplissant ce questionnaire d’orientation, vous serez contactés individuellement pour valider vos besoins et vous faire accompagner.

 

31/05/2016
 
Sources:
(1) L’art d’accommoder les bébés, G. Delaisi de Parseval, S. Lallemand
(2) Jean Le Camus, « Le devenir père. Merveilles et déconvenues », Informations sociales 2006/4 (n° 132), p. 26-35
(3) Danielle Paquette, « La relation père-enfant et l’ouverture au monde », Enfance 2004/2 (Vol. 56), p. 205-225.

Article mis à jour le 5 janvier 2018

papa dépression port partum
Dépression post-partum chez papa: une réalité négligée
pere enfant couché de soleil
Les relations parents-enfants, une influence sur le long terme

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Les relations parents-enfants, une influence sur le long terme

pere enfant couché de soleil

La relation entre mère et enfant est différente au sein de chaque famille. Elle varie en fonction de la personnalité, de l’objectif du parent mais aussi du type d’éducation adopté.

Quels sont ces différents types de liens que peuvent créer les parents et leur enfant ? Quel impact sur son futur ?

 

Théorie de l’attachement et expérience de l’enfant

 

La théorie de l’attachement de J. Bowlby montre que l’enfant développe sa propre représentation des relations et de son environnement à l’image des relations qu’il a eues avec ses parents. Les enfants s’étant senti en sécurité avec leurs parents ont tendance à rechercher et à entretenir des relations similaires.

 

À l’inverse, les enfants moins encouragés et protégés sont moins proches de leurs parents et montrent même des signes d’anxiété lorsqu’ils sont en contact avec eux. L’enfant a besoin de sécurité et d’affection, et pas forcément d’éléments matériels. Une étude américaine réalisée auprès de 80 filles adultes a montré que les éléments matériels n’ont pas d’impact sur la nature de leur attachement à leurs parents (1).

relation parent enfant

 

Plusieurs types de relations parents-enfant

On distingue différentes natures de relations mère-enfant au sein des familles.

infirmière puéricultrice

Meilleurs amis

Cette relation se caractérise par une grande complicité entre la mère et l’enfant, à la manière d’un frère et d’une sœur. Elle se caractérise cependant par un manque d’autorité du parent, qui accorde une grande liberté à l’enfant.

Au fil du temps, les relations mères-enfant changent, notamment lorsque l’enfant passe par la case adolescence et par la suite dans la vie adulte. Certains enfants s’éloignent de leur mère et voient l’entretien de leur relation de ce fait comme un fardeau.

Or, l’attachement d’un enfant à sa mère est dépendant de la façon dont il a vécu son enfance. Avec une mère très complice et affectueuse, l’enfant adulte verra moins sa relation actuelle avec sa mère comme une contrainte.

 

Parents autoritaires

Avec des parents froids, peu attentionnés et autoritaires, l’enfant ressent beaucoup d’anxiété. Les valeurs que les parents mettent en relief dans ce type de relation sont le respect pour l’autorité et l’obéissance (2).

 

 

parent enfant

 

 

psychologue label

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

père et enfant devant la mer
Devenir père : quelles étapes clés ?
paternité humeur du père-père et fils
Paternité : l’humeur du père influerait sur le développement du bébé

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Anti-inflammatoires: nouvel espoir de grossesse après 40 ans ?

Anti-inflammatoires

Les anti-inflammatoires pourraient devenir le nouveau traitement contre l’infertilité due à l’âge. Selon des chercheurs américains, ces médicaments pourraient aider les femmes de plus de 40 ans à vivre une grossesse tardive.

Les anti-inflammatoires pourraient bien révolutionner les envies de grossesse tardive.

Une étude américaine, publiée le 5 août 2016 dans le journal Reproduction, suggère que ces médicaments pourraient aider les femmes de plus de 40 à avoir un bébé.

Une excellente nouvelle ! Cependant, les grossesses tardives sont accompagnées de risques pour la mère et pour l’enfant à ne pas négliger.

Les scientifiques américains ont procédé à une recherche en deux étapes. La première consistait à observer, sous un microscope, les cellules ovariennes de mammifères afin de connaître le processus de la perte de fertilité liée à l’âge.

Leur découverte est une première dans le domaine scientifique.

 

 

pilules-médicaments-anti-inflammatoire

L’inflammation des ovaires due à l’âge rendrait les grossesses tardives plus difficiles

En comparant des cellules ovariennes jeunes et matures, les chercheurs ont établi deux constats :

– une apparence identique

– un environnement différent

Ils concluent que l’environnement dans laquelle les cellules ovariennes se développent n’a aucun impact sur leurs croissances mais détériore leur qualité.

Les ovaires jeunes n’auraient pas vécu tous les déséquilibres hormonaux, tandis que les ovaires plus âgés auraient développé une inflammation due aux successions de ces déséquilibres.

Selon eux, cette perte de qualité pourrait bien être la cause de l’infertilité due à l’âge.

 guide des prénoms

Ce constat a été confirmé par l’analyse de tissus ovariens provenant de souris selon deux critères :

– les jeunes souris qui représentent l’équivalent d’une femme âgée de 20 à 30 ans

– les souris âgées qui représentent l’équivalent d’une femme âgée de 40 et plus

Chez toutes les souris âgées, les cellules reproductives étaient accompagnées d’une forte présence d’inflammations.

Aucune des jeunes souris n’a présenté cette caractéristique. De plus, les chercheurs se sont aperçus d’un fort taux de globule blanc dans les tissus ovariens des plus vieux rongeurs. Ils expliquent que la présence de globule blanc indique que le corps combat une inflammation locale.

 

anti-inflammatoire-grossesse-tardive-femme-enceinte

 

 

Les anti-inflammatoires : la clé pour une grossesse tardive ?

Selon les scientifiques américains, la perte de qualité des ovaires, due à l’inflammation, pourrait bien être la cause de l’infertilité due à l’âge. Et cette inflammation pourrait être traitée par des anti-inflammatoires.

Cependant, ils soulignent devoir entreprendre d’autres recherches afin d’élaborer un traitement efficace contre ces inflammations. Ces médicaments devraient reproduire le même principe que les anti-inflammatoires courants. En attendant, la fécondation in-vitro reste beaucoup utilisée.

ostéopathe pro

De nombreux accompagnants à la périnatalité sont là pour vous aider et vous apporter les soins et la préparation nécessaires à la conception et la naissance (thérapeutes spécialisés en infertilité, bien-être prénatal grâce à des médecines douces pratiquées par des ostéopathes, sophrologues, coachs en fitness pendant la grossesse…).

Kiddizy vous met en relation avec les meilleurs professionnels de la maternité et l’infertilité.

Après un questionnaire d’orientation, nous vous contactons individuellement pour valider vos besoins et vous faire accompagner.

16/08/2016

Sources :
AGE-RELATED INFERTILITY MAY BE CAUSED BY SCARRED OVARIES – Northwestern University – Etats-Unis – 5 Aout 2016-08-11

Article mis à jour le 5 janvier 2018

pilule
Infertilité : l’arrêt de la pilule entraîne un manque de vitamine D
paracétamol- fertilité
Le paracétamol peut nuire à votre fertilité

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Sport : pratiquer une activité favorise la réussite scolaire de l’enfant

enfant dans l'eau - sport - réussite scolaire

Tout le monde le sait, l’activité physique est bénéfique pour la santé mais également pour la réussite.

C’est du moins ce que concluent des chercheurs venant de huit pays différents. Selon leur étude publiée dans le British Journal of Sports Medicine en juin 2016, pratiquer une activité sportive favorise les compétences scolaires des enfants.

Pour en arriver à cette conclusion, l’équipe de scientifiques a analysé et comparé les activités extra-scolaires et les résultats de près de 2000 enfants âgés de 6 à 18 ans.

Les sportifs ou les sujets qui se dépensaient un minimum (marche, vélo ou récréation) obtenaient de meilleurs résultats à l’école mais comment ?

 

pro certifiés

Le développement des fonctions cognitives

Le sport permet d’oxygéner le cerveau grâce aux exercices cardiovasculaires.

C’est ce qui participe, d’après l’étude, à une amélioration des fonctions de l’organe. L’enfant sera plus réactif et plus apte à assimiler ses leçons.

De plus, le mécanisme des mouvements produit lors de l’activité favorise le bon développement des fonctions cognitives. Selon les chercheurs, l’activité sportive fait travailler le cerveau de la même façon que les muscles.

 

 

 football enfant

S’organiser pour réussir à l’école

L’étude prouve que le sport permet aux enfants d’apprendre à être autonome et à s’organiser. Lors d’un cours sportif, l’enfant doit souvent exécuter des tâches (aménagement du terrain … ) avant de se dépenser.

Au bout d’un certain temps, ces missions développent chez l’enfant une réflexion qui lui permet de les hiérarchiser. Par exemple : avant de placer un filet, il faut installer une structure.

Les chercheurs affirment que cette organisation du cours aide à accroître la logique d’un petit.

De plus, ce travail collectif amène l’enfant à créer des liens sociaux et donc, à mieux comprendre l’environnement qui l’entoure.

 

Le sport, un moyen de se motiver

Les plus grands sportifs sont très compétiteurs. Cet esprit de compétition est acquis lors des séances de sport mais aussi des tournois spécialement conçus pour les petits.

Selon l’étude, gagner un match ou un tournois donne à l’enfant une sorte de satisfaction. Il se sent gratifié, ce qui le pousse à déployer tous les moyens pour réussir. Les chercheurs expliquent que ce processus est calqué sur sa scolarité.

 

 

sport

Les autres bienfaits du sport

Chez les enfants, comme chez les adultes, le sport permet de combattre plusieurs maladies et troubles du comportement alimentaire.

Une étude américaine démontre que la sédentarité développe l’obésité (qui peut conduire à des maladies cardiovasculaires) et qu’au contraire, lorsqu’un enfant a des activités extérieures, son obésité diminue.

Ce constat a été établi après que les chercheurs aient observé, pendant 2 ans, 90 familles dont un des enfants (de 8 à 12 ans) était obèse. De manière aléatoire, les familles ont dû changer leurs habitudes physiques et alimentaires.

Une fois que votre petit aura atteint l’âge de pratiquer un sport, inscrivez-le à un cours ou faites des ballades à pied ou à vélo avec lui. Les risques de problèmes de santé seront atténués et cela aura un impact bénéfique sur sa scolarité.

 

Et n’oubliez pas qu’une bonne hygiène de vie nécessite aussi une alimentation adaptée, complémentaire à l’activité physique.

Vous pouvez demander l’accompagnement d’un coach en fitness ou d’un diététicien ici.

Chez Kiddizy, après un questionnaire d’orientation, vous êtes contactée en personne pour valider vos besoins et être accompagnée par les meilleurs experts tous spécialisés en périnatalité, parentalité et petite enfance.

 

Article mis à jour le 5 janvier 2018

Sources :
The Copenhagen Consensus Conference 2016: children, youth, and physical activity in schools and during leisure time – Professor Peter Krustrup, Department of Nutrition, Exercise and Sports, University of Copenhagen, Copenhagen – Denmark – Juin 2016
Decreasing Sedentary Behaviors in Treating Pediatric Obesity – Leonard H. Epstein, PhD; Rocco A. Paluch, MA; Constance C. Gordy, MS; Joan Dorn, PhD – USA – 2000
Yoga enceinte : la pratique qui facilite l’accouchement
Maman natation activité physique
Activité physique: soyez active, même avec un ventre rond !

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Le paracétamol peut nuire à votre fertilité

paracétamol- fertilité

80 millions de couples sont concernés par l’infertilité. Ce problème est causé par une multitude de facteurs tels que :

– l’endométriose qui touche 1 femme 10.

– le syndrome des ovaires polykystiques qui touche entre 5 à 13% des femmes en âge de procréer.

– L’âge. Au delà de 40 ans, les chances de tomber enceinte s’affaiblissent.

Cependant, un autre facteur entre en cause : les chercheurs américains ont démontré qu’une consommation excessive de paracétamol impacterait négativement la procréation.

 

professionnel naturopathe kiddizy

Paracétamol, désir d’enfant et grossesse liés ?

La molécule, retrouvée dans plusieurs médicaments contre la fièvre et les douleurs, pourrait nuire à la fertilité.

Selon eux, le paracétamol agit sur plusieurs parties du cerveau qui sont responsables de la sensibilité à la douleur. Cette action peut déstabiliser la production des hormones dont certaines sont indispensables à la procréation.

 

 

paracetamol-main-grossesse-pilule

 

Le taux de paracétamol à ne pas franchir pour éviter l’infertilité

5,4 ng/ml de paracétamol, dans le sang et dans les urines, est la valeur à ne pas dépasser afin de préserver au maximum sa fertilité.

C’est ce que les scientifiques ont conclu après avoir analysé des échantillons d’urines de 501 couples âgés entre 18 et 44 ans. Les participants ont également répondu à un questionnaire sur leurs habitudes et sur leur sexualité. La moitié d’entre eux consultait pour des problèmes de fertilité.

Tout au long de l’étude, les chercheurs se sont aperçus que les couples ayant un taux de paracétamol inférieur à 5,4 ng/ml dans les urines :

– Etaient parents d’un ou plusieurs enfants, par procréation naturelle. Ils étaient 220 couples dans ce cas.

– Vivaient une grossesse. 50 participantes à l’étude étaient dans ce cas-là.

 

Infertilité : une consommation de paracétamol régulière

Pour être victime d’infertilité due à la molécule, il faudrait en consommer une grande quantité.

100 couples dont l’urine contenait plus de 73,5 ng/ml avaient révélé aux auteurs de l’étude avoir certaines difficultés à procréer. Cette donnée a permis aux chercheurs d’affirmer le paracétamol peut nuire à la fertilité des couples.

Les 81 autres couples, quant à eux, n’avaient pas essayé d’avoir un enfant. Leur taux de paracétamol n’était pas alarmant : il se situait entre 5 et 20 ng/ml.

 

 

paracétamol-pilule-infertilité

 

Les hommes, plus sensibles à cette cause d’infertilité

Les chercheurs ont également noté que les femmes avaient un taux de paracétamol bien plus élevé que les hommes.

Pour autant, l’infertilité ne vient pas forcément de celles-ci. Sans donner plus de précisions, les scientifiques expliquent que cela pourrait être dû aux hormones. Selon eux, le paracétamol affaiblirait effectivement la testostérone.

L’infertilité des hommes peut également être due à leur mère. En effet, une étude montre qu’une femme fumant lors de sa grossesse a plus de chance de rendre son fils infertile. L’inpes a d’ailleurs réalisé une campagne de communication pour sensibiliser les femmes enceintes à ce sujet.

 experts certifiés

Le paracétamol est le produit le plus utilisé pour faire baisser la fièvre ou contre les douleurs. Cependant, comme tous les médicaments en libre service, il doit être consommé de manière ponctuelle.

Si les symptômes d’infertilité persistent, il est important de consulter un spécialiste pour faire le point.

Aujourd’hui, il est possible de contrer l’infertilité grâce à la fécondation In-vitro et qui nécessite finalement beaucoup de patience (5 ans en moyenne pour augmenter ses chances).

La PMA (procréation médicale assistée) est prise en charge à 100 % jusqu’au 43ème anniversaire de la mère, dans certaines limites :

• 1 insémination artificielle par cycle, dans la limite de 6,

• 4 fécondations in vitro.

Certaines médecines douces, comme l’ostéopathie ou la sophrologie, pratiquées par des spécialistes en périnatalité et infertilité, peuvent vous aider à débloquer les pressions et présentent de bons résultats chez les femmes suivies désirant un enfant.

 

Les accompagnants à la périnatalité sont là pour vous aider. De plus, ils vous apportent les soins et la préparation nécessaires à la conception et la naissance (thérapeutes spécialisés en infertilité, bien-être prénatal grâce à des médecines douces pratiquées par des ostéopathes, sophrologues).

Kiddizy vous met en relation avec les meilleurs professionnels de la maternité et l’infertilité. Ainsi après un questionnaire d’orientation, nous vous contactons individuellement pour valider vos besoins et vous accompagner.

21/07/2016

Source : High levels of urinary paracetamol may impair male fertility, – Melissa Smarr, Ph.D. – Etats-Unis – Juillet 2016

Article mis à jour le 5 janvier 2018

Le stress : un danger pour la femme enceinte ?

femme regarde sa montre -stress

Le stress touche environ 38% des Français et n’épargne pas les femmes enceintes.

Ces dernières le ressentent pour de multiples raisons : première grossesse, personnalité anxieuse…

Alors que chez la plupart des individus, l’anxiété n’a pas d’impact concret, le stress peut développer quelques complications, parfois graves, lors d’une grossesse. C’est ce que démontre une étude irlandaise.

ostéopathe pro

Cette conclusion a été établie après avoir suivi 100 femmes enceintes, pendant et après leur grossesse.La moitié d’entre elles subissait un stress léger à intense et l’autre moitié ne révélait aucun problème lié à l’anxiété.

 

complication-stress-femme-enceinte

Des complications différentes

 D’après le rapport des scientifiques, le stress peut entraîner des conséquences dangereuses pour la mère et le fœtus :

15% ont développé une grossesse extra-utérine

27% d’entre elles ont été victime d’une thrombose de l’artère utérine qui peut être fatale

35% ont indiqué aux chercheurs vivre un baby blues également appelé dépression post-partum

Cependant, le baby blues peut toucher toutes les jeunes mamans. Il existe plusieurs moyens de l’éviter ou d’atténuer ses effets.

 

 

Stress-impact-bebe

Les complications chez le fœtus

– un risque de transmission du stress pendant la croissance du nouveau né

un faible rythme cardiaque 

– une faible activité, c’est à dire que le fœtus est très peu en mouvement. 

Ces deux derniers problèmes ont été découverts puis analysés par échographie. Cet examen a été pratiqué entre la 18ème et la 36ème semaine de gestation. Les chercheurs ont comparé les battements de cœur des fœtus et les a comparés à ceux des fœtus de mères non anxieuses. 

Le stress prénatal est, sous certains aspects, mauvais pour votre futur bébé, avec des risques deux fois plus important de prématurité. L’asthme toucherait 0,6 fois plus d’enfants nés d’une mère anxieuse, mais lui apprendrait aussi à être plus résistant !

 

stress-enceinte-grossesse-bebe

Se relaxer contribue à votre bien-être

En effet, la relaxation et le repos devraient être des règles d’or pour le bien-être de la future maman.

Une étude turque publiée dans le Journal of Midwifery & Women’s Health approuve ce point. Les chercheurs se sont basés sur les informations de près de 500 femmes enceintes. Ils ont comparé les habitudes, le mode de vie et les activités de ces dernières afin d’affirmer que celles qui arrivaient à se détendre étaient beaucoup plus épanouies lors de leur grossesse. Elles étaient 300 à vivre une grossesse sans problème et avaient un mode de vie sain et beaucoup de temps personnel.

 

 

femme-sport-stress-enceinte

L’exercice : meilleur allié

Le sport est bénéfique pour la santé : il permet de décompresser, de se défouler et de réduire le stress.

D’après une récente étude, publiée sur Science Daily, cela concerne également les femmes enceintes. Les scientifiques américains ont suivi la grossesse de 1022 femmes sportives, s’entraînant trois à quatre fois par semaine entre 35 et 90 min, et de 1037 femmes dont l’activité physique est faible ou inexistante. 

Selon les chercheurs, faire un peu d’exercice permet d’améliorer le bien-être de la future maman et de réduire son stress, surtout lors de l’accouchement. Elle aurait plus de facilité à donner la vie, car les douleurs seraient moins intenses. 

Pour diminuer la douleur lors de l’accouchement, nous vous conseillons de peser le pour et le contre des différentes méthodes anti douleurs, pour choisir celle qui vous correspond le mieux. 

Vous savez ce qu’il vous reste à faire : bougez même avec un ventre rond. 

vidéos conseils

De nombreux accompagnants à la périnatalité sont là pour vous aider et vous apporter les soins et la préparation nécessaires à la conception et la naissance (thérapeutes spécialisés en infertilité, bien-être prénatal grâce à des médecines douces pratiquées par des ostéopathes, sophrologues, coachs en fitness pendant la grossesse…). 

Chez Kiddizy, après un questionnaire d’orientation, vous êtes contactée en personne pour valider vos besoins et être accompagnée par les meilleurs experts tous spécialisés en périnatalité, parentalité et petite enfance.

Article mis à jour le 5 janvier 2018

femme enceinte tient son ventre dans l'herbe
Diabète gestationnel : le sport, une arme pour les femmes obèses
ménopause précoce- mère qui lit
Ménopause précoce: comment la retarder?

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Plus vous partagez, plus vous gagnez de cadeaux !

Alimentation pendant la grossesse et déficit de l’attention de l’enfant ?

hamburger-alimentaation grossesse

Des chercheurs anglais ont trouvé une cause possible au trouble du déficit de l’attention chez l’enfant. Selon eux, il s’agirait d’une alimentation déséquilibrée adoptée par la mère pendant la grossesse. 

Les femmes enceintes devraient prêter attention à leur alimentation, pour leur santé, mais aussi pour le bien être de leur enfant.

pro certifiés

Selon une étude, publiée dans le journal of Child Psychology and Psychiatry le 17 août 2016, une alimentation riche en gras et en sucre durant la grossesse favoriserait le trouble du déficit de l’attention chez l’enfant.

114 enfants âgés de 7 à 13 ans ont été réunis afin d’établir ce constat. Parmi eux, 83 présentaient des troubles du déficit de l’attention (TDA). Parallèlement, les chercheurs anglais ont interrogé les mamans concernant leur alimentation durant la grossesse. Des tests sanguins ont été pratiqués sur l’ensemble des participants.

 

enfant-mère-alimentation-grossesse-tda

Quel lien entre l’alimentation enceinte et le trouble du déficit de l’attention de l’enfant (TDA)? 

Les mères des 83 enfants atteints de trouble du déficit de l’attention (TDA) se nourrissaient toutes d’aliments peu sains tels que des sucreries ou des burgers pendant la grossesse.

En ce qui concerne les 81 autres enfants, leur mère se nourrissait de manière assez équilibrée. Ils sont seulement 4 à avoir été diagnostiqués du trouble du déficit de l’attention.

Les chercheurs expliquent que ce trouble du déficit de l’attention serait dû au gène IGF2. Gène qui a été retrouvé dans les analyses sanguines des mères adeptes de la malbouffe et des enfants ayant le trouble du déficit de l’attention (TDA).

Ce gène serait crée par la croissance des taux d’insuline et de preptine (des protéines crées par le corps). Il serait ensuite transmis de la mère à l’enfant par la grossesse

S’il n’a aucun effet néfaste chez la femme enceinte, ce gène perturberait le développement du cerveau de l’enfant. Le gène s’attaque notamment à l’hippocampe (zone du cerveau qui gère la mémoire et de la concentration) et le cervelet (zone du cerveau responsable des mouvements).

 

 

poisson-riche-omega3-grossesse

Une alimentation riche en omega 3, l’arme contre le trouble du déficit de l’attention (TDA)? 

Afin de conclure l’étude, le Dr Baker suggère aux femmes enceintes d’adopter une alimentation saine et équilibrée. Il conseille d’ajouter, dans les repas, des aliments riches en omega-3, comme le poisson ou l’avocat. 

Savez-vous si vous consommez assez d’oméga 3? Consommé pendant la grossesse, le poisson, riche en oméga 3, permettrait de booster le QI de bébéDe plus, une alimentation saine et variée permet d’éviter la dépression postpartum.

L’alimentation joue un grand rôle dans votre santé surtout lorsque vous attendez un heureux événement. Le Guide Nutrition de la Grossesse, édité par l’Inpes, est donc une excellente base pour toutes les femmes enceintes. Si jamais des doutes subsistent après la lecture de ce guide, prenez conseil auprès d’un professionnel.

pro kiddizy

Les diététiciens et nutritionnistes spécialisés dans l’accompagnement des femmes enceintes et jeunes mamans vous conseilleront.

Chez Kiddizy, après un questionnaire d’orientation, vous êtes contactée pour valider vos besoins et être accompagnée par les meilleurs experts en périnatalité, parentalité et petite enfance.

 

Source : Unhealthy diet during pregnancy could be linked to ADHD – KING’S COLLEGE LONDON, Dr Baker – Angleterre – 17 aout 2016