Les pleurs de bébé décryptés par Florence gourdin, puéricultrice

PLEURS DE BÉBÉ

Dans cet interview, Florence Gourdin, puéricultrice et instructice en massage bébé à l’AFMB, décrypte les pleurs de bébé.

 

 

KIDD’IZY : Bonjour Florence, vous êtes puéricultrice et  instructrice en massage bébé. Pouvez-vous nous aider à comprendre les pleurs de bébé ?

 

Florence Gourdinles pleurs des bébés est un vaste sujet et préoccupation chez les jeunes parents. Pour pouvoir comprendre les pleurs de bébé, il faut déjà partir sur les rythmes d’éveil du nouveau-né. Le nouveau-né quand il est éveillé se situe dans deux états: l’éveil agité et l’éveil calme.

L’éveil calme est le moment où il est en communication, très attentif dans l’échange. Je dis souvent dans la découverte du monde.

L’éveil agité est le moment où il va être être un peu ronchon et le montrer bien sûr avec des pleurs. À partir de là, quand il est en éveil agité avec pleurs, le rôle des parents va être de les comprendre puisque le nouveau-né va pleurer, mais quelque part dans les premiers mois ne va pas forcément savoir pourquoi il pleure. Donc au tour des parents de jouer, à eux de comprendre pourquoi le bébé pleure.

 

Si vous souhaitez regarder directement la vidéo de l’interview :

 

Les signes de distinction :

 

Les pleurs peuvent être parfois accompagnés de petits signes autour de la faim, des petits signes d’activité buccale qui peuvent montrer qu’il a faim.  Parfois même ces signes apparaissent avant les pleurs. C’est toujours intéressant que les parents les repèrent et répondent au besoin de s’alimenter du bébé.

Parfois ça peut être les signes de sommeil qui vont être greffés avec les pleurs. Le pleur peut être différent quand l’enfant est fatigué: un pleur plus lancinant, plus monocorde et en même temps un enfant qui va avoir les yeux rouges, qui va se frotter les yeux, qui va peut-être aller chercher à se frotter contre quelque chose.

Quand les parents sont attentifs, ils les repèrent très rapidement. Par expérience les parents savent en général à un mois quand on leur pose la question: « quand est-ce qu’il est fatigué? Quand est-ce qu’il a faim ? » Quasiment tous sont capables de répondre. C’est important de repérer ces petits signaux .

Après bien sûr il peut pleurer parce que la couche est sale, parce qu’il y a des petits désordres intestinaux, parce qu’il y a des petites remontées. Beaucoup de choses se passent au niveau de la zone abdominale chez les bébés. On parle des coliques du nouveau-né; que tous les bébés ne sont pas obligés d’avoir mais il peut y avoir en tout cas des petits désordres intestinaux qui les gênent.

Les pleurs de gêne vont être souvent accompagnés de crispation du visage, de position de repli. C’est assez facile par la suite pour les parents de les repérer. En observant son bébé, celui-ci guide vraiment les parents et du coup il guide les parents dans la réponse qu’ils vont apporter: est-ce qu’il a faim ?est-ce qu’il est fatigué ? Est-ce qu’il a envie d’un câlin aussi ?

 

Accompagnement professionnel grossesse

 

Sans oublier le besoin de câlins …

C’est un énorme besoin que je mets au même niveau que le besoin de s’alimenter, le besoin d’être porté, le besoin d’être cocooné, câliné est très présent les premiers mois et donc peut être responsable de pleurs qui vont s’arrêter forcément quand l’enfant va être pris dans les bras. On aura répondu à un besoin et non à un caprice ou à de mauvaises habitudes.

 

Pour plus de renseignements, nous vous invitons à consulter la page professionnelle de , Florence Gourdin, infirmière puéricultrice diplômée depuis plus de 15 ans exerçant dans les services de néonatologie et de maternité, membre de l’AFMB et du réseau certifié d’experts en maternité Kidd’izy, vous pouvez en savoir plus l’expérience, les prestations, les tarifs de Florence et demander une consultation ici.

 

Infirmière puéricultrice certifiée Kidd'izy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *