Comment se déroule une consultation ostéopathique avec un nouveau-né ?

sommeil-contre-obésité
Trouver un professionel

Comment se déroule une consultation ostéopathique avec un nouveau-né ?
Il est important de rappeler que l’ostéopathie, en tant que médecine complémentaire, n’a pas pour but de se substituer à une prise en charge médicale déjà mise en place, mais de la compléter dans l’intérêt du patient.

 

Nourrisson et ostéopathie: quels motifs de consultation?

D’après un rapport de l’INSERM (1), les principaux motifs de consultation du nourrisson de 0 à 1 an (Chastenet 2009) seraient les troubles digestifs (coliques, régurgitations), les troubles posturaux (torticolis, plagiocéphalie), les troubles oro-faciaux (otites, imperméabilité du canal lacrymal, respiration buccale) et les troubles du sommeil.

 

La séance ostéopathique : l’anamnèse

À chaque séance, l’ostéopathe débute par une anamnèse concernant le nourrisson et son parcours néonatal, ainsi que le déroulement de la grossesse, le déroulement de l’accouchement ou les modalités de la césarienne et enfin les antécédents obstétricaux et médicaux maternels.

 

Le bilan ostéopathique

Ensuite, la consultation se poursuit par un bilan ostéopathique incluant l’observation et la palpation des différentes structures du corps.

Avec ces informations l’ostéopathe fait une synthèse afin de poser son diagnostic ostéopathique et propose un traitement.

 

Le traitement ostéopathique

Le traitement ostéopathique, sur un ou plusieurs rendez-vous, a pour but de favoriser le mouvement au sein même du système corporel.

C’est par ce traitement composé de mobilisations très douces, très ciblées (rachis, bassin, thorax, crâne) et en fonction de chaque nouveau-né, que le corps accède à un nouvel état avec une meilleure élasticité qui est perceptible à la main entraînée et parfois visible par les parents.

 

osteopathie-nourrisson-bebe-traitement

 

Les bénéfices de l’ostéopathie chez les nourrissons

Théoriquement, cette meilleure plasticité des tissus permet une meilleure circulation des différents liquides corporels (sang, lymphe, le corps est constitué d’environ 75% d’eau !), ce qui entraîne un meilleur acheminement des éléments nutritifs au niveau de chaque cellule et par là, l’amélioration des fonctions physiologiques de l’organisme.

La posture de confort ou d’équilibre chez un nouveau-né, recherchée pendant l’examen, exprime bien souvent sa position in utero et les contraintes qu’elle impliquait pour lui : la tête toujours tournée d’un côté, le corps incliné de l’autre, dans une inclinaison particulière, etc.

Des éléments palpatoires précis peuvent alors être des clés pour le traitement d’un torticolis précoce ou d’une difficulté de succion pouvant compromettre la mise en place de l’allaitement (2).
Certains événements comme un déclenchement de l’accouchement, ou la poussée sur le ventre de la maman lors de la naissance (expression utérine) laissent un marquage tissulaire qu’il est possible de relever et d’identifier avec l’habitude, bien que cela reste le plus souvent invisible pour les parents… mais tout à fait compréhensible, y compris au niveau du vécu émotionnel que cela représente, pour le bébé.

 

Contact physique parents bebe peau a peau

 

La maman et le papa peuvent ainsi ressentir de nombreuses émotions en écho avec leur bébé dans les premiers mois (2).
L’haptonomie, le massage et le portage physiologique favorisent le contact des parents avec leur bébé.

Ces pratiques permettent une meilleure connaissance de son enfant et peuvent aider les parents dans l’échange avec l’ostéopathe.
Les pères peuvent participer activement à la séance en précisant des informations sur la naissance de leur enfant qui auront pu échapper à la mère à ce moment si intense que constitue souvent l’accouchement.

 

Article rédigé par Fabien Collombelle, ostéopathe spécialisé en périnatalité, exerçant à Saint-Germain-en-Laye et membre du réseau de professionnels Kidd’izy. Vous pouvez en savoir plus sur l’expérience, les prestations, les tarifs de Fabien Collombelle et réserver une consultation ici.

 
(1) Rapport INSERM U669 – Evaluation de l’efficacité de la pratique de l’ostéopathie – Avril 1012. Page internet consultée le 13/02/2017 : www.inserm.fr/content/download/75074/592913/file/Ostéopathie.pdf
(2) Collombelle F. L’ostéopathie, un langage du corps avec le bébé. Métiers de la petite enfance. 2016 ; 235 : 22-4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pas le temps de tout lire ?
VOUS ALLEZ ADORER LES "ONE MINUTE NEWS"

1 fois par semaine, dans votre boite mail,
1 actualité d'expert à lire en moins d’1 minute