«CONFINEMENT, UNE APPROCHE PSYCHOLOGIQUE»

COVID 19 & confinement

Aline Nativel Id Hammou, psychologue clinicienne explique l’ensemble des conséquences psychologiques que peut avoir le confinement sur la population, suite à la pandémie de COVID 19.

Qu’est-ce que le confinement ? A quoi sert-il ?  Comment est-il vécu par la population ? Pourquoi est-il si difficile à respecter pour certains ? Quelles réactions la population a eu après cette annonce de confinement de la part du gouvernement ?

Il faut partir de ses réponses pour comprendre ce que peuvent être les conséquences psychologiques sur les personnes en situation de confinement. Il n’existe donc pas de profil standardisé de personne vivant un confinement.

Il est essentiel de prendre en compte certains facteurs et ses conditions de confinement pour dresser une sorte de tableau psychologique reflétant le plus la réalité vécue du confiné. Il existe différentes études comme celles de : l’inserm, The Lancet, une équipe de chercheurs du King’s College (Royaume-Uni), chinoise avec un auto questionnaire, General Psychiatry (en anglais).

Globalement, le confinement provoque une perte des repères sur l’ensemble de sa vie quotidienne, bousculent des rituels et une organisation de vie, un ressenti d’injustice, d’interdits, et de pertes de liberté, une sorte de vide sans l’accès à l’extérieur, un manque de ses proches et/ou de simples contacts sociaux, ou des peurs pour soi et pour ses proches concernant la santé, de la frustration généralisée ; encore plus de questions sur le COVID 19 donc quelques fois, un comportement de recherche d’informations exagéré provoquant une montée en puissance de son anxiété.

Ce qui touche profondément l’être humain, ce sont les distances sociales qui s’imposent, le manque de contacts physiques/verbaux et la réduction des liens sociaux. Nous sommes des êtres sociaux et nous apprécions cette reconnaissance de soi par autrui, plus qu’apprécier, elle est vitale à notre bien-être général.

De plus, l’impression de perdre en maitrise/de contrôle des événements ne fait très souvent que renforcer un mal être sous-jacent, c’est exactement, ce que le COVID 19 nous fait vivre au niveau mondial.

Ce qui nous intéresse, c’est : la notion de psychotraumatisme. Il peut se définir comme l’ensemble des troubles psychiques immédiats, post-immédiats puis chroniques se développant chez une personne après un événement traumatique ayant menacé son intégrité physique et/ou psychique.

confinement femme seule

Confinement :les conséquences psychologiques / les impacts psychologiques / le rendu psychologique / l’effet boomerang psychologique

Le mot clé et déclencheur éventuel des conséquences psychologiques est le stress post traumatique vécu par la personne.

La définition à prendre en compte et qui correspond à la situation du COVID 19 en France et au niveau mondial : DSM IV américain (catalogue des affections mentales), troubles présentés par une personne ayant vécu un ou plusieurs événements traumatiques ayant menacé leur intégrité physique et psychique ou celle d’autres personnes présentes, ayant provoqué une peur intense, un sentiment d’impuissance ou d’horreur, et ayant développé des troubles psychiques lié à ce(s) traumatisme(s).

Les plus vraisemsables pour un bon nombre de personne pourraient se lister de cette façon avec l’apparition :

·       D’un trouble anxieux soit généralisé ou axé sur la santé : peurs qui s’intensifient sur l’ensemble des aspects de la vie d’une personne ou uniquement sur son corps et ses ressentis physiologiques

·       D’un trouble dépressif réactionnel au confinement ou une simple thymie d’allure dépressive

·       Un trouble obsessionnel sur plusieurs thématiques de la vie courante comme l’hygiène, l’alimentation, l’occupationnel, la contamination

·       La psychosomatisation = expression d’un mal être psychologique par le biais de son corps

·       Les troubles du sommeil en lien avec de l’angoisse + le manque d’activités générales : trouble de l’endormissement, insomnies, réveils nocturnes et précoces, ruminations mentales et cauchemars

·       Des idées noires et/ou suicidaires/ruminatoires

·       Des troubles émotionnels avec un envahissement d’émotions négatives avec l’apparition de troubles du comportement comme l’irritabilité, l’agressivité, instabilité de l’humeur, l’apathie

·       Troubles alimentaires d’allure boulimique

Les facteurs pouvant être responsables de ses conséquences psychologiques :

·       Votre âge (+ de 60 ans et les 18-30 ans)

·       Votre sexe (femme)

·       Votre lieu d’habitation (zones les plus touchées géographiquement) + l’ergonomie de mon domicile

·       Votre état de santé global (pathologies chroniques, polypathologies/comorbidités)

·       Attendre un enfant

·       Avoir des enfants (peur de la contamination et difficulté à respecter les gestes barrières de prévention)

·       Avoir un proche en institution, avoir un proche âgé en institution

·       Avoir des proches atteints par le COVID 19 (impossibilité de les accompagner si hospitalisation et si au domicile difficultés à mettre en place les gestes barrières pour soi)

·       Avoir des proches isolés géographiquement de soi

·       Un profil hypocondriaque de base

·       Votre capacité d’adaptation plus ou moins extensive et Votre ressenti d’isolement social

·       Avoir de peur de manquer des premiers biens de nécessité

·       Votre niveau d’ennui et votre ressenti de frustration

·       Votre fragilité psychique (pathologies psychiatriques/évènements récents comme deuils, perte d’un emploi)

·       Votre situation économique et votre statut/fonction professionnel

·       Si vous devez continuer à travailler en présentiel et donc vous déplacez (surtout en transports en commun)

  • L’agressivité verbale et physique auprès des enfants/ au sein d’un couple/d’une fratrie

·       Pertes des liens familiaux ou sociaux

·       Augmenter le nombre de personnes souffrant du syndrome de l’aidant (accompagnement d’un proche malade comme les démences)

·       Epuisement des personnels de soins en institution et à domicile

·       Des pensées suicidaires

·       Consommation de médicaments et/ou de drogues accentuées

·       Stigmatisation envers certains groupes sociaux/culturels = recherche d’un responsable à blâmer

Qu’est ce qui peut être aidant au quotidien en période de confinement ?

·       Se recentrer sur soi et oser l’introspection

·       Communication sur la situation sanitaire claire, adaptée et transparente de la part des acteurs de notre société

·       Ressenti d’empathie / de conscience sociale / altruisme

·       Redécouvrir sa famille et tous les membres qui la compose même à distance

·       Créer une nouvelle routine moins normée et conventionnelle

·       Rester en contact avec l’ensemble de ses proches et de ses collègues

·       Encourager les soignants : action collective ou groupe de soutien

·       Ne pas rechercher toute la journée des informations sur le COVID 19

·       Consulter un psychologue / des professionnels du soin en téléconsultation

confinement homme

A la fin de ce confinement, les français seront-ils différents, et, à l’échelle mondiale, « le citoyen du monde » sera-t-il différent ?

Il semble facile et intuitif de répondre par l’affirmative car l’ensemble de la population a vécu une situation nouvelle et extrêmement anxiogène.

L’interrogation se penche sur les impacts positifs et/ou négatifs sur notre rapport à soi et à l’autre. Nous avons dû mettre de côté, notre individualité au profit du collectif, ce qui n’est pas chose aisée pour tout le monde, d’où la nécessité obligatoire du confinement.

Certaines conséquences psychologiques énoncées pourraient devenir éventuellement chroniques, si la personne ne se fait pas accompagner par des professionnels. Il faut une vigilance accrue face à ses conséquences dans le domaine du soin psychique, médical et paramédical.

Le gouvernement devra y faire face et apporte des solutions concrètes pour l’accès au soin psychique pour tous. Il sera aussi indispensable d’accompagner les personnes ayant perdu un proche à cause du COVID 19. Le mot clé sera pour TOUS, la résilience.

Les impacts économiques que chacun va vivre à différentes échelles malgré les différentes aides gouvernementales, pourront éventuellement modifier son rapport à l’argent et/ou installer sur le long terme un inconfort financier, grande source d’anxiété dans sa vie quotidienne.

Prendre conscience que ce confinement à permis de sauver de nombreuses vies. La solidarité nationale aura porté ses victoires sur un virus si agressif. Une fierté, une réussite du collectif.

Revalorisation des soignants et des paramédicaux en institutions et en libéral dans leurs statuts social, professionnel et sociétal et mise à l’honneur de tous les travailleurs en présentiel dans différents corps de métiers car sans eux, aucune victoire aura été envisageable.

Nous serons tous différents, marqués de façon multiples, et avec, certainement, une prise de conscience de l’importance des liens sociaux, de la liberté de mouvement, de notre santé et l’humilité nécessaire de notre statut d’HOMME.

Prenez bien soin de vous et de vos proches.

Courtoisement votre.

Aline Nativel Id Hammou, Psychologue clinicienne,

Téléconsultation via Skype et Doctolib en temps de confinement national

Jennifer Muller Ostéopathe

A. Nativel Id Hammou

  Psychologue

à partir de 60€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *