Masque : ce qu’il faut savoir pour être protégé

masque coronavirus famille

Article mis à jour le 12 juin 2020

A ce jour, la question du masque est au centre des préoccupations. En effet, il est obligatoire dans les transports en commun, dans les collèges, dans certains magasins. Il en est même devenu un accessoire de mode. Cependant, les Français se posent encore de nombreuses questions : Quel masque acheter ? Où ? A quelle fréquence le changer ? Comment le laver ?

Le masque, plus efficace que le confinement ?

Edwy Plenel, journaliste chez Mediapart, souligne que sans cette pénurie de masque dissimulée par les autorités, le confinement n’aurait pas forcément été nécessaire. En effet, les masques ont une double utilité : se protéger et protéger son entourage. Ainsi, une étude réalisée par l’université de Hong-Kong a prouvé son efficacité. Les chercheurs ont placé une cage de hamsters infectés par le coronavirus à côté d’une cage de hamsters non infectés. Ils les ont ensuite séparées par des masques chirurgicaux. En deuxième lieu, ils les ont retirées. Résultats :

·       Avec les masques, la propagation du virus était réduite de 60%.

·       Sans masques, les 2/3 des hamsters sains ont été contaminés.

Également, une étude menée par différentes universités et écoles a démontré que le port du masque peut avoir un « impact significatif » s’il est porté par 80% de la population, et un « impact minimal » si 50% en porte. Ils ont aussi comparé l’impact du confinement à celui du port du masque. Si 80% avait porté le masque, 60 000 personnes seraient décédées contre 180 000 dans le cadre du confinement.

Pour ces raisons, les masques restent obligatoires dans les transports jusqu’à la découverte d’un traitement. Ils sont également fortement recommandés dans tous lieux publics.


masques visage

Masque : quelle norme pour quelle efficacité ?

En mai, la secrétaire d’Etat au ministère de l’Economie et des Finances Agnès Pannier-Runacher a lancé une opération de contrôle de la qualité des masques vendus en pharmacie, supermarchés ou par les fabricants. Il en résulte que 96% des masques étaient conformes aux normes. La présence de ce logo sur l’emballage permet de garantir cette qualité.

logo masque filtration

Avant le Covid-19, seuls les masques FFP, et chirurgicaux existaient. Ils étaient principalement destinés au personnel soignant. Pour faire face à la pénurie de masque, l’Etat a créé deux nouvelles catégories de masques dits « grand public » : UNS 1 et UNS 2. Il a également garanti la qualité des masques fabriqués par le guide AFNOR-Specs.

Les masques chirurgicaux

Réservés tout d’abord au personnel soignant, ils sont désormais disponibles à la vente au public en pharmacie et grandes surfaces. Ils permettent de filtrer à la fois l’air inspiré et l’air expiré. Ils répondent à la norme EN 14683 et se classent selon 3 types :

·       Ceux de type I : filtrent plus de 95% des bactéries.

·       Type II : filtration de plus de 98%.

·       Les masques de type III : filtration supérieure à 98% et résistant aux éclaboussures.

Le côté bleu du masque doit être à l’extérieur, et le blanc, qui constitue la face absorbante, à l’intérieur.

Les masques FFP

Selon l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS), il s’agit d’un appareil de protection respiratoire. C’est pourquoi il protège le porteur des gouttelettes et des particules qui peuvent se propager dans l’air. Répondant à la norme NF EN 149, ils sont destinés aux professionnels de santé autres que le personnel d’hôpital (pompiers, médecins libéraux). Ils se distinguent selon leur efficacité :

·      Les FFP1 : filtrent au moins 80% des aérosols de taille moyenne 0,6 µm ;

·       FFP2 : filtration des aérosols de taille moyenne 0,6 µm supérieure à 94% ;

·      Les masques FFP3 : filtrent plus de 99% des aérosols de taille moyenne 0,6 µm.

En raison de la gêne qu’ils peuvent occasionner (inconfort thermique, résistance respiratoire), les masques FFP ne sont pas destinés au grand public.

Les masques barrière anti-projections, qui suivent les recommandations Afnor

L’Association française de normalisation (Afnor) a réalisé un « Guide d’exigences minimales, de méthodes d’essais, de confection et d’usage », constituant un cahier des charges pour la confection de masques barrières.

Écrit en collaboration par 150 experts, il garantit une qualité de protection. Les autorités l’approuvent. Le référentiel Afnor s’adresse aux fabricants de masque. Il est également pour les particuliers, qui peuvent réaliser leur propre masque à partir d’un patron.

Sa taille correspond aux mesures moyennes du visage de la population française. Le guide précise aussi les matériaux recommandés pour confectionner les masques, selon leur degré de filtration, de projection et de respirabilité. Conformément au guide, il faut préférer des tissus en coton pour la couche extérieure et en viscose pour celle intérieure. Il faut éviter les tissus trop chauds ou irritants.

Ces masques ne sont pas destinés aux personnes présentant des symptômes ou à celles susceptibles d’être en contact avec d’autres dans le cadre de leur travail.

Pour améliorer l’efficacité protectrice de ces masques, il existe des filtres amovibles en polypropylène (le matériau du masque chirurgical). Ces derniers permettent d’attraper les particules et bactéries. Ainsi, vous aurez un masque tendance ET filtrant.


masques afnor fantaisie stylés filtrants

Découvrez les masques stylés et filtrants

Les masques grand public en tissu lavables

Face à la pénurie de masques, la Direction Générale de l’Armement (DGA) a été sollicitée pour trouver des masques filtrants efficaces. Ainsi, les industriels textile ont rapidement transmis des prototypes de masques afin qu’ils soient testés par la DGA.

Comment se déroulent les tests ? La DGA dispose des têtes de mannequins qui simulent une respiration humaine dans des caissons où se trouvent des particules de sel. Ils mettent un masque sur chacune des têtes.

Pour calculer le pourcentage d’arrêt des particules, la DGA compare la densité de particules présente dans la bouche du mannequin à celle existante dans le caisson. La taille des virus étant connue, la DGA peut alors identifier le degré de filtration de chaque masque.

Ce sont des masques anti-projection, dont la filtration varie suivant l’appellation:

  • UNS 1 : filtration des particules supérieure à 90% ;
  • UNS 2 : filtration de minimum 70%.

Les masques aux normes présentent un logo officiel, qui précise le nombre de lavages maximum. Il faut toutefois noter que dans la majorité des cas, au fil des lavages, le masque perd en filtration.

Ce n’est pas le cas du modèle MILA de Un Masque Pour Tous ! Il est en polypropylène 3 couches (matériau du masque chirurgical) qui atteint des performances exceptionnelles, et ne perd pas son taux de filtration!

masques mila dga uns 1

Il a été homologué par la Direction Générale de l’Armement (DGA) UNS 1 et testé 10 lavages! Niveau de filtration exceptionnel à 98% pour les particules de 3 microns ET les particules de 1 micron. Performance de 98% de filtration conservée même APRÈS 10 LAVAGES à 1 micron, ce qui est assez rare. C’est donc véritablement le 1er masque chirurgical lavable.

Acheter le masque mila

Mettre correctement son masque

Pour que le masque soit efficace, certaines dispositions sont à respecter. Tout d’abord, avoir les mains propres : se les laver à l’eau et au savon, ou avec une solution hydro-alcoolique.

Il faut que le masque recouvre le menton, la bouche et le nez. Le régler parfaitement sur le visage, pour ne pas laisser passer d’air sur les côtés ou par le bas.  Préférez donc des masques qui comportent une barrette nasale, et permettent un bien meilleur ajustement du masque au visage. N’hésitez pas aussi à faire un nœud au niveau des élastiques, ou à bien resserrer les liens, surtout si vous avez le visage fin.

Il ne faut jamais toucher la partie filtrante. Ensuite, pincez l’arête sur le nez avec les indexes. Les cheveux et la barbe peuvent réduire l’efficacité.

Une fois posé, il ne faut plus bouger le masque, au risque de le contaminer. Au bout de 4 heures de port, il est préférable de le changer (masque jetable ou lavable). S’il est humide ou déformé, il faut également le remplacer.

Pour retirer le masque, il faut l’ôter par les brides. Une fois retiré, le jeter dans une poubelle ou dans un contenant. Laver régulièrement le contenant où le masque réutilisable a été déposé.

Ne surtout pas mettre le masque lavable dans son sac à main ou une poche une fois utilisé. Utiliser un sac à part.

pochette masque

Transporter son masque partout

Laver son masque en tissu

L’Afnor préconise de laver son masque en machine à 60°C, minimum 30 minutes, ce qui permettra d’éliminer le virus. Possible de le laver avec d’autres vêtements, serviettes, draps. Etant donné que les bactéries se développent davantage dans un milieu humide, il est préférable de faire sécher son masque dans les deux heures suivant son lavage, à l’air libre ou au sèche-linge. Si le tissu le supporte (indication sur l’étiquette), il est possible de le repasser ensuite, à 120 °C.

Le fabricant indique le nombre de lavages que peut supporter le masque. S’il s’agit d’un masque que vous avez réalisé vous-même, il faut vérifier l’usure du tissu et des élastiques après le lavage.

masque lavage

Où trouver son masque et à quel prix ?

En pharmacie : il existe une recommandation de prix pour les masques en tissu lavables, qui varient en fonction du nombre de lavages. Le prix des masques chirurgicaux à usage unique ne peut dépasser 0,90 € l’unité.

Un masque Pour Tous propose ses masques dans différentes pharmacies que vous pouvez trouver ici.

masques new maska pharmacie

En supermarché : vente de masques grand public en tissu (entre 2 et 3€) et de masques à usage unique (moins d’1 €).

Sur Internet : tous les modèles ne sont pas efficaces. C’est pourquoi il faut privilégier ceux répondant à la norme NF EN 14683:2019, qui garantit une qualité de filtration.

La Direction générale des entreprises a publié une liste de vendeurs et de producteurs correspondant à cette norme. Le prix des masques varient suivant les modèles et les producteurs, pouvant aller de 4 à 20 €.

En bureau de tabac : autour de 5€ pour un masque en tissu

Afin de mieux vous informer, Kiddi’zy vous aide à trouver les praticiens adaptés : ostéopathes, sophrologues, coach parental, consultant en allaitement… Trouver le professionnel idéal ici.

Sources :

OMS

Afnor

Légifrance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *