La naturopathie avant et après grossesse. Interview de Nadia Christensen, naturopathe à Paris

nadia christensen; naturologue

Dans cette interview, Nadia Christensen, naturopathe à Paris, nous éclaire sur sa discipline : la naturopathie. Elle a accepté de répondre à nos questions.

 

 

Bonjour Nadia, vous êtes naturopathe à Paris et spécialisée en périnatalité. La naturopathie est encore peu connue en France. En quoi consiste-t-elle ?

Nadia Christensen : La naturopathie est une médecine traditionnelle reconnue par l’OMS ( Organisation mondiale de la santé ). Cette discipline est connue et reconnue depuis des millénaires. C’est une médecine ancestrale, au même titre que la médecine traditionnelle chinoise en Chine ou l’ayurveda en Inde que l’on connait mieux. En Europe, on a la même chose que l’on appelle naturopathie. Sur chaque continent on retrouve les mêmes bases.

La naturopathie consiste à renforcer le système immunitaire en l’encourageant à travailler de façon optimale. On va constater par exemple une inflammation et on va travailler dessus pour réguler le corps et faire en sorte que ces raisons soient résolues. À ce moment là, on constatera que l’inflammation diminuera.

Les symptômes nous servent de baromètre. Cet indicateur est très important pour savoir si le problème est résolu. Si on gomme les symptômes, on ne sait plus où en est la personne.

On est à l’écoute du corps, on travaille avec lui. On peut également travailler sur : comment limiter son stress, sa fatigue nerveuse pour rééquilibrer les systèmes nerveux, étant divisés en deux catégories : le système nerveux non sympathique et le sympathique. Le sympathique est le plus sollicité dans notre mode de vie car il nous permet d’être en action, d’être réactif. On va donc plutôt accentuer le travail du système nerveux sympathique afin de mieux se détendre.

 

naturopathe;naturopathie;enzymes;plantes;pilules

 

Le naturopathe est-il considéré comme un médecin ?

Non, c’est une médecine traditionnelle. En France, on parle plutôt de thérapeute, d’éducateur de santé.

 

Comment se déroule une séance de naturopathie ? 

Les consultations durent en général 1h30. Une majeure partie de la séance est consacrée à poser des questions. C’est ce que l’on appelle une anamnèse. On réalise un bilan sur la vie quotidienne du patient, afin de comprendre son mode de vie, son environnement.

Tout ça nous permet de faire une feuille d’hygiène de vie sur laquelle on va mettre des préconisations. Ce que l’on cherche principalement en naturopathie, c’est l’équilibre.

Le but étant de trouver une solution pour rééquilibrer le système. Sinon certaines glandes de certains organes s’épuisent. Il est primordial d’expliquer le fonctionnement du système au patient. Le naturopathe ne peut pas diagnostiquer, le patient doit aller chez son médecin, faire des analyses et c’est à ce moment-là que le naturopathe peut travailler.

Dans la feuille d’hygiène de vie, on reprend les grands piliers de la naturopathie : l’alimentation, le sommeil, les éliminations par les selles et l’urine, la transpiration, le sport. En fonction des problématiques plus particulières ( anémie, grande fatigue, dysfonctionnement thyroïdien ), on accompagne au cas par cas.

 

 

Quelles sont vos principales actions ?

Dans un premier temps, le naturopathe explique au patient ce qu’il a, comment fonctionne le corps. On essaie de faire de la prévention et d’agir en amont.

Dans un deuxième temps, souvent, les gens ont déjà une maladie. Ils viennent donc nous voir et ne savent pas pourquoi ils prennent tel traitement ( les effets secondaires, comment le médicament agit-il etc…). Il y a beaucoup d’éducation à ce niveau-là.

Enfin, étant hygiéniste, je travaille sur l’hygiène de vie. J’explique par exemple à une femme enceinte souffrant d’anémie, qu’elle doit prendre des compléments alimentaires pour sa carence en fer. Mais si elle veut rééquilibrer sa vie de manière générale ou pour une prochaine grossesse ou même six mois après, il faut changer certaines choses dans son hygiène de vie pour mieux correspondre à ses besoins.

 

À partir de quand faut-il vous consulter ?  

En naturopathie, on est en amont de tout ce qui peut se passer. J’ai mis en place trois programmes : pré conception, suivi de grossesse, post partum. L’idéal est de faire les trois pour avoir un vrai suivi afin d’être à l’aise avec son corps et son bébé.

On peut rencontrer des femmes qui veulent préparer au mieux leur corps pour accueillir un enfant. Elles se posent souvent ce genre de questions : Qu’est-ce que je peux faire pour être en forme et pour préparer mon corps ? On travaille également sur le cycle de la fécondation, quand est-ce que je vais concevoir ?  Quand est-ce que j’ovule ?

Et puis il y a celles qui arrivent au dernier trimestre, qui ont pris 20 Kg, qui sont anémiées et fatiguées ou qui ont peur de l’accouchement.

 

naturopathe;naturopathie;bébé;conseils;plantes

 

Vous êtes spécialisée dans l’accompagnement en pré conception, comment aidez-vous les couples désireux d’avoir un enfant ? 

J’ai des couples qui viennent pour des problèmes de fertilité. En amont d’une PMA : en cas de difficulté chez l’homme, on essaie de régler cela par des micronutriments sous forme de gélules que l’on prescrit à l’homme car on ne peut pas changer son hygiène de vie en quelques mois.

Il y a également du stress, de l’attente et de l’impatience. Donc apporter des compléments alimentaires est bénéfique. Il peut également y avoir un travail énergétique comme l’hypnose.

Je suis généraliste dans le domaine de la périnatalité. Cela signifie que je ne manipule pas mais je peux orienter vers un confrère en fonction des couples pour qu’il y ait un accompagnement énergétique.

Pour l’accompagnement de la PMA, on travaille principalement sur la fatigue, souvent entre les séances d’insémination ou pendant le temps de récupération. Le coaching est également important pour accompagner à tous les niveaux : physiquement et mentalement. En fonction des problématiques plus spécifiques, on s’adapte aux patients et on fait du cas par cas.

 

 

À quels types de problématiques chez la femme enceinte pouvez-vous répondre ?

Il y en a de nombreuses :  les nausées, la fatigue, les vertiges etc. On a énormément de plantes pour lutter contre cela. Par exemple, le gingembre est un détoxifiant pour le foie. On ne fait pas de grosse détox enceinte, mais on peut quand même alléger la circulation des hormones, très importantes, qui créent des désagréments. On peut donner des plantes comme le radis noir, l’artichaut pour fluidifier.

Au deuxième trimestre, il peut y avoir de l’anémie, de la fatigue, une envie de faire du sport. Niveau alimentaire, quand les mamans n’ont pas eu la toxoplasmose, je les accompagne pour maintenir une hygiène de vie la plus complète possible et prendre le moins de compléments.

Au dernier trimestre, on s’axe sur : préparer l’accouchement, recommander des huiles pour que la peu soit bien hydratée ainsi que des huiles essentielles avant et pendant pour préparer le travail, visualiser l’accouchement et orienter éventuellement vers une sophrologue.

De plus, il est important d’expliquer l’importance de l’accouchement par voie basse pour la flore intestinale de l’enfant à naître. En naissant par césarienne, il faudra lui donner des probiotiques pour qu’il ait les défenses immunitaires nécessaires.

Le programme d’accompagnement de suivi de grossesse est une séance de deux heures, en plus des fascicules que j’offre. C’est donc un programme complet et spécifique pour la grossesse.

 

Comment accompagnez-vous les mamans en post partum, après l’accouchement ?

Mon programme s’organise en deux fois deux heures, consacré d’abord à la maman puis au bébé. Souvent, la maman ne vient que pour son nouveau-né et elle a tendance à s’oublier. Il faut d’abord commencer par son bien-être car elle trouve peu souvent sur le marché des conseils pour elle. Elle trouve plus facilement de l’aide pour la lactation ou pour trouver un pédiatre. Si la maman s’est bien préparée ça va, sinon on va y remédier avec des compléments alimentaires afin qu’elle soit en forme par la suite.

La priorité est de récupérer le plus vite possible. Pour le bébé, je propose de mieux comprendre comment fonctionne son corps. Par exemple pour la fièvre, un enfant se défend, il rencontre un virus et son système immunitaire lutte contre. Il ne faut pas en avoir peur, et il faut vraiment expliquer au maman que son corps réagit. Il faut se faire confiance et analyser le comportement de son enfant.

Pour que son système immunitaire se fasse, il faut qu’il rencontre des virus, qu’il se muscle. Si on coupe tout de suite ce travail, il va mettre plus longtemps à récupérer et être moins fort lors de la prochaine rencontre.

On va privilégier de la phytothérapie par des tisanes et des huiles essentielles pour la peau adaptées aux enfants. Je suis spécialisée en aromathérapie donc je peux faire des recommandations et expliquer en détail le fonctionnement de l’organisme.

 

 

Pour plus de renseignements, nous vous invitons à consulter la page professionnelle de Nadia Christensen, naturopathe et spécialisée en périnatalité, membre du réseau certifié Kidd’izy, vous pouvez en savoir plus sur l’expérience, les prestations, les tarifs de Nadia et réserver une consultation ici.

 

Prenez contact avec Nadia ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *