Grossesses tardives et rapprochées, quelles conséquences ?

femme enceinte allongée

Les grossesses tardives et rapprochées seraient en vogue ?

Les grossesses aujourd’hui sont de plus en plus tardives, avec toujours plus d’espoir de réussite, grâce notamment aux anti-inflammatoires, mais non sans risque. Pour rappel, avoir un bébé après 40 ans n’est pas exempt de tout risque.

Au fil des années, l’âge de la première grossesse ne cesse de reculer. Les femmes enceintes de leur premier enfant à plus de 35 ans ne sont plus rares.

Cette évolution s’associe à un autre phénomène : la réduction de l’intervalle entre deux grossesses successives. Quelles sont les conséquences de ces grossesses tardives et rapprochées ? Des chercheurs américains se sont penchés sur cette question.

 

Un premier enfant de plus en plus tard

Le recul de l’âge de la première grossesse rime souvent avec une réduction de l’écart entre deux grossesses. Les femmes qui ont leur premier enfant après 35 ans n’ont pas le choix. Si elles veulent plusieurs enfants, elles doivent ne pas laisser trop de temps passer entre deux grossesses.

Des études scientifiques ont mis en évidence qu’un temps réduit entre deux grossesses a des répercussions sur l’enfant.  Peu de données sont disponibles sur les grossesses à la fois tardives et rapprochées.

Pour combler cette lacune, des chercheurs américains ont analysé des données de 2016, portant sur 46 684 femmes. Leurs caractéristiques étaient les suivantes :
– Des femmes âgées de 35 ans ou plus au moment de leur premier accouchement ;
– L’accouchement d’un deuxième enfant.

fratrie proche et grossesses rapprocheees

 

Des intervalles de temps variables entre deux grossesses

Les écarts de temps entre les deux grossesses successives étaient les suivants :
– 6 % entre 0 et 5 mois ;
– 16,9 % entre 6 et 11 mois ;
– 23,8 % entre 12 et 17 mois ;
– 17 % entre 18 et 23 mois ;
– 36,2 % plus de 24 mois.

Ainsi, près de la moitié des femmes avaient enchaîné deux grossesses à moins de 18 mois d’intervalle. Néanmoins, plus d’un tiers d’entre elles avaient dû attendre plus de 2 ans avant de retomber enceinte, potentiellement en raison d’une baisse de leur fertilité.

Parallèlement, l’âge moyen des femmes était de 37 ans pour la première grossesse et 39 ans pour la seconde.

naissances et grossesses rapprochees freres

Un risque de prématurité et de faible poids de naissance

Concernant les conséquences de l’intervalle entre deux grossesses, les chercheurs ont mis en évidence qu’un intervalle de 6 à 11 mois multipliait par 2,2 le risque de très grande prématurité (naissance avant 28 semaines d’aménorrhée, soit avant 6 mois de grossesse).

Un chiffre qui atteignait 2,4 lorsque l’écart entre les grossesses était inférieur à 6 mois.

Le risque de grande prématurité (accouchement entre 6 et 7 mois de grossesse) était augmenté de 63 % chez les femmes ayant débuté une grossesse moins de 6 mois après leur première grossesse, par rapport aux femmes ayant attendu au moins 18 mois.

Parallèlement, un faible écart entre les grossesses (moins de 6 mois) était associé à une augmentation du risque de faible poids de naissance (risque multiplié par 2,4). En revanche, aucune association significative n’a été observée entre l’intervalle entre deux grossesses et la macrosomie (poids de naissance supérieur à 4 kg).

Les femmes mettant au monde leur premier enfant après 35 ans se retrouvent face à une problématique complexe pour concevoir leur deuxième enfant : ne pas attendre trop longtemps au risque de voir baisser leur fertilité, mais ne pas trop se dépêcher non plus pour réduire les risques d’une grossesse rapprochée sur la santé de leur enfant.

Dans tous les cas, la prise en charge est bien meilleure aujourd’hui, alors ne stressez pas trop pour votre accouchement tardif.

 

Kidd’izy vous met en relation avec les meilleurs professionnels de la maternité, parentalité: coachs parentaux, conseillères en lactation, ostéopathes, sophrologues, naturopathes…

Vous avez la possibilité de poser vos questions simples en ligne, une réponse y sera apportée sous 24 heures.

Source

Ihongbe, T.O. et al. 2018. Short interpregnancy interval and adverse birth outcomes in women of advanced age: a population-based study. Ann Epidemiol. 28(9):605-611. doi: 10.1016/j.annepidem.2018.06.007.

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Votre fidélité récompensée!


Plus vous partagez les articles sur vos réseaux, plus vous gagnez de cadeaux!

promotion 20 euros offerts sur la box de produits recommandés par les professionnels