Homosexualité et parentalité : que dit la science ?

Trouver un professionel

Homosexualité et parentalité : Le 17 mai est une journée qui consacre la lutte contre l’homophobie et la transphobie à l’international. Pour beaucoup, c’est une lutte de principes.

Mais qu’en est-il de la science à ce propos ? Plusieurs études tentent d’analyser la parentalité chez des couples homosexuels et hétérosexuels pour en voir les différences et les similarités.

 

200 000 personnes en France en 2013 étaient en couple avec une personne du même sexe. Le fait qu’il y ait aujourd’hui des parents homosexuels ne fait pas l’unanimité d’un point de vue sociétal. Mais le but n’est pas de faire un article d’opinion.

Kiddizy, fidèle à son principe de fiabilité, démocratise plusieurs études scientifiques étudiant le lien entre parentalité et homosexualité. Association ou rivalité ? De quelle nature est-il ? Coparentalité ou spécialisation des tâches ?

 

 

parentalité Les résultats sont clairs. Les couples lesbiens et gays partagent plus les tâches relatives à l’éducation de l’enfant. Le concept de coparentalité est donc plus répandu dans les couples homosexuels que dans les couples hétérosexuels.

 

La co-parentalité mieux adoptée par les couples homosexuels.

Une étude américaine publiée en 2013 réalisée par des psychologues (1) s’intéresse à la manière dont les couples homosexuels et hétérosexuels se partagent les tâches de la vie familiale.
Pour cela, 104 familles ayant adopté un enfant sont étudiées en détail.

Les résultats sont clairs. Les couples lesbiens et gays partagent plus les tâches relatives à l’éducation de l’enfant. Le concept de coparentalité est donc plus répandu dans les couples homosexuels que dans les couples hétérosexuels.

 

Si l’on s’intéresse un peu à la sociologie, ce résultat paraît tout à fait explicable : les rôles attribués traditionnellement aux différents sexes s’appliquent moins ici.

Ainsi, les mots que l’on retrouve dans les données récoltées dans l’étude sont « spécialisation » pour les couples hétérosexuels et « partage » pour les couples homosexuels.

 

La parentalité chez les couples homosexuels: intériorisation d’un stigmate

Qu’en est-il de la pression sociale environnant les couples au niveau de la parentalité ?

Elle n’est pas la même pour les couples hétérosexuels et les couples homosexuels. Des chercheurs belges tentent d’évaluer l’impact de cette pression extérieure et intériorisée (2).

Dans une étude publiée en février 2017, ces chercheurs et psychologues étudient 115 couples hétérosexuels et homosexuels considérés comme stables et voulant un enfant. Leurs données sont issues de la population belge et italienne.

Ils montrent que les couples homosexuels ayant le plus haut niveau de bien-être dans leur couple sont aussi ceux qui ont le moins intériorisé l’homophobie et la pression sociale ambiante.

 

 

Il y a donc une part parentalité d’auto-conviction chez les couples homosexuels qu’ils ne sont pas capables d’élever un enfant comme un couple hétérosexuel. C’est un cercle vicieux : plus l’homophobie est intériorisée, plus le bien-être du couple se détériore, moins la perspective d’élever un enfant de manière stable est possible.

 

Il y a donc une part d’auto-conviction chez les couples homosexuels qu’ils ne sont pas capables d’élever un enfant comme un couple hétérosexuel. C’est un cercle vicieux : plus l’homophobie est intériorisée, plus le bien-être du couple se détériore, moins la perspective d’élever un enfant de manière stable est possible.

 

 

La littérature scientifique est donc convergente pour dire que la parentalité et l’homosexualité sont compatibles. Mais ce lien se trouve fragilisé par l’homophobie.

Les couples homosexuels sortent du cadre traditionnel de la famille. Idem pour la famille monoparentale. Mais sortir du cadre ne veut pas dire qu’élever un enfant est impossible. La parentalité est un apprentissage, et Kiddizy est là pour vous accompagner !

 

 

Pour mieux vivre votre parentalité au quotidien, Kiddizy vous conseille et vous met en lien avec des experts de la périnatalité, infirmières puéricultrices, coachs parentaux ou psychologues par exemple.

 

 

Sources :
(1) « Coparenting among lesbian, gay, and heterosexual couples : associations with adopted children’s outcomes. » Rachel H. Farr, Charlotte J. Patterson.
(2) « The Desire of Parenthood: Intuitive Co-parental Behaviors and Quality of Couple Relationship among Italian and Belgian Same-Sex and Opposite-Sex Couples ». Marina Miscioscia, Adelaide Blavier, Paolo R. Pagone and Alessandra Simonelli.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pas le temps de tout lire ?
VOUS ALLEZ ADORER LES "ONE MINUTE NEWS"

1 fois par semaine, dans votre boite mail,
1 actualité d'expert à lire en moins d’1 minute