Parents : et si les devoirs ne rimaient plus avec cauchemar ?

faire ses devoirs

Les devoirs, ce cauchemar !! Dès que nos enfants entrent en primaire, et malgré leur interdiction depuis 1956 (non, ce n’est pas un fake! http://www.education.gouv.fr/cid50506/les-parents-a-l-ecole.html)
La galère des devoirs arrive!

Et quand on inscrit nos enfants à l’école, il y a plusieurs choses qui peuvent se passer en nous, car tout notre vécu d’élève se réveille ! Et alors que d’anciennes angoisses ressurgissent, on peut vite se retrouver avec la boule au ventre…
En effet, peuvent refaire surface :

  • de la colère, due à notre vécu d’enfant, qui risque de compliquer nos relations avec les enseignants.
  • de l’appréhension, due à ce sentiment de retour en position d’élève dès qu’on entre dans l’enceinte de l’école.

C’est de toute façon très désagréable.

 

Faire faire les devoirs à son enfant : quelques pistes

 

Pas de solution miracle, mais quelques pistes intéressantes : se poser des questions simples, se souvenir que l’intelligence existe sous plusieurs formes, et enfin respecter des temps de pause dans les apprentissages.

Pendant que vous accompagnez votre enfant sur ses devoirs, si vous ressentez de l’énervement, perdez vite patience pendant les devoirs : se poser quelques questions introspectives simples apporte souvent des clefs de compréhension:
Comment se passaient pour moi, enfant, ces devoirs ?
Etais-je en difficulté ?
Etais-je aidé ? Par qui ? Et quelle était l’ambiance ? Stressante ou plutôt détendue ?
Avais-je droit à des réflexions désagréables lorsque j’étais en difficulté ? Punitions, gifles, fessées ?

Ces questions sont importantes, parce qu’elles vont vous permettre de faire un lien entre votre vécu enfant et vos réactions aujourd’hui avec vos enfants.

Reproduisez-vous, malgré vous, les mêmes choses ?

 

 

 

Le stress bloque les apprentissages : les devoirs deviennent compliqués

Par ailleurs, il faut savoir aussi que le stress bloque les apprentissages.
Sous stress, le cerveau libère de l’adrénaline et l’hormone du stress : le cortisol.
Sous l’action du cortisol, le cerveau se bloque et bloque donc les apprentissages.

On en déduit facilement qu’une ambiance détendue est bien plus propice pour apprendre en général, et faire ses devoirs en particulier.

A cet effet, il existe un outil simple et efficace : le jeu, qui aide grandement pour détendre tout le monde !

JE PREND CONTACTE AVEC UN PROFESSIONNEL

 

Le jeu pour faire ses devoirs !

 

Il est tout à fait possible de faire apprendre les tables de multiplications ou une poésie en chantant par exemple, ou en la dessinant, au travers de mises en situation ludiques.

Si toutefois, vous sentez quand-même le stress vous envahir, quittez la pièce en expliquant à votre enfant que vous avez besoin de prendre l’air et que vous lui faîtes confiance pour gérer ses devoirs.

Cela lui permettra par la même occasion de prendre confiance et de gagner en autonomie, tandis que vous vous contentez de rester disponible pour lui en cas de difficulté.

Il est tout à fait possible de lui expliquer comment cela se passait pour vous (en général pas très bien si vous lisez cet article) et pourquoi vous ne souhaitez pas reproduire la même chose, même si cela peut prendre du temps à se concrétiser.

 

Si devoirs = panique chez l’enfant…

Si votre enfant s’énerve et panique :

  • Lui proposer un verre d’eau ;
  • Le rassurer par votre présence aimante et rassurante, par exemple en lui proposant un câlin, ce qui favorisera la sécrétion d’ocytocine , l’hormone du bien-être, de l’amour. Cela permettra de le détendre et de bloquer la sécrétion du cortisol ;
  • Accueillir sa colère et nommer ce qu’il ressent ; il se sentira compris et cela lui permettra de prendre du recul.

les devoirs

 

9 intelligences multiples : trouvez la bonne pour faire les devoirs

 

En cas de blocage, rappelez vous le principe d’Howard Gardner : il y a 9 intelligences multiples.
Cela peut vous aider pour les apprentissages en réfléchissant avec votre enfant : avec laquelle ou lesquelles a-t-il le plus de facilité et/ou est-il le plus réceptif ? Car tout le monde a ces 9 intelligences, mais avec des affinités diverses.

  • L’intelligence Spatiale/visuelle : en lien avec les images, capacité à percevoir le monde.
  • L’intelligence Corporelle/kinesthésique : en lien avec le corps, capacité à utiliser son corps.
  • L’intelligence Naturaliste/Ecologiste : en lien avec la nature, capacité à reconnaître les plantes, les animaux.
  • L’intelligence Interpersonnelle : en lien avec les autres, capacité à aider et comprendre les autres.
  • L’intelligence Interpersonnelle : en lien avec soi-même, capacité à se connaître, suivre ses intuitions.
  • L’intelligence Existentielle/spirituelle : capacité à se questionner sur le monde
  • L’intelligence Logique/mathématique : en lien aux nombres, capacité à compter, résoudre des problèmes mathématique.
  • L’intelligence Verbale/linguistique : en lien avec les mots, capacité à exprimer ses idées, penser.
  • L’intelligence Musicale/Rythmique : en lien avec la musique, capacité à reconnaitre et interpréter les sons, à créer.
J’EN PARLE À UN PROFESSIONNEL

 

Devoirs: pensez aux pauses et au bon sommeil de votre enfant!

Enfin, respectez des temps de pause. Comme celui de l’adulte, le cerveau de l’enfant ne peut pas apprendre non-stop.

Comme le rappelle le pédiatre américain Bob Murray (http://ceed.umn.edu/) : « Les enfants apprennent mieux après des pauses au cours desquelles ils ont pu bouger et jouer. Si vous voulez qu’ils retiennent une information, vous devez leur fournir des pauses régulières »

Le sommeil est un facteur déterminant dans le processus d’apprentissage, puisqu’il favorise l’enregistrement des informations. Il permet également au cerveau de récupérer.

 

Pour conclure :
Un entourage bienveillant, emphatique et confiant.
Une ambiance détendue.
Les intelligences multiples stimulées.
Des pauses.
Et évidemment… de l’amour !

Et les devoirs se passeront mieux pour tout le monde ! Car si comme le rappelle Catherine Gueguen dans « Heureux d’apprendre à l’Ecole » : « Les relations emphatiques , soutenantes et aimantes sont la condition nécessaire au développement du cerveau de l’enfant et de l’adolescent » il est surtout primordial de se rappeler que c’est le lien avec votre enfant qui est le plus important. Pas les devoirs.

Si vous avez besoin d’une aide concernant votre ressenti, le stress que les devoirs et l’école vous procurent, n’hésitez pas à venir m’en parler.
Je serais ravie de pouvoir vous aider à l’occasion d’un accompagnement tel que ceux que je vous propose sur Kiddiz’y.

À bientôt !
Marianne de Miribel
Consultante en Parentalité

 

Article écrit par Marianne de Miribel, consultante en parentalité, membre du réseau de professionnels certifiés Kidd’izy! Après avoir été infirmière, Marianne est devenue animatrice  Faber et Mazlish, puis consultante en parentalité certifiée.

 

Marianne de MIRIBEL

  Consultant en parentalité

à partir de 60€

Livres intéressants sur le sujet des apprentissages :
Céline Alvarez : « Les lois naturelles de l’enfant. » Les arènes
Catherine Guéguen : « Heureux d’apprendre à l’école. » Les arènes. Robert Laffont

les professionnels certifiés Kidd'izy répondent en 24h aux questions des parents gratuitement

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Votre fidélité récompensée!


Plus vous partagez les articles sur vos réseaux, plus vous gagnez de cadeaux!

promotion 20 euros offerts sur la box de produits recommandés par les professionnels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *