Dépression post-partum chez papa: une réalité négligée

papa dépression port partum
Trouver un professionel

Après la naissance de bébé, jusqu’à 80% des mamans sont touchées par le « baby blues ». Angoisse permanente en présence du bébé, perte d’appétit, troubles du sommeil, changements d’humeur drastiques sont les maîtres mots de cette courte dépression. Ainsi le « baby blues » ne durerait qu’une quinzaine de jours ; face à une dépression post-partum qui, elle, peut durer plusieurs mois. L’arrivée de bébé dans la vie de papa est très différente de celle de maman.

 

Une femme enceinte voit son corps changer au cours des 9 mois de grossesse, et se fait progressivement à l’idée d’une maternité certaine. Tandis que le père ne profite pas de ces signaux pour s’habituer à sa nouvelle vie, ses peurs de ne pas répondre aux besoins de son bébé s’agrandissent et l’arrivée de bébé peut se transformer en choc émotionnel, débouchant sur une dépression post-partum dans 5 à 10% des cas.

 

Comment cette dépression post partum affecte le comportement du père?

 

Lors d’une étude, des scientifiques américains ont distingué deux groupes de paternité, le premier relevait d’une parentalité positive, pères jouant avec leurs enfants, chants, lecture, etc. Le second comprenait la parentalité dite « négative » avec des pères qui donnaient la fessée à leur enfant.

 

 

Sur 1 746 pères d’enfant d’un an, 7% souffraient de dépression post-partum (1). 41% des pères en dépression seraient plus enclins à donner la fessée que les autres (13%) et ne liraient pas d’histoire à leur enfant, réduisant ainsi la communication et le relationnel père-enfant.

 

 

 

L’état d’esprit maternel peut jouer un rôle dans la dépression du père

 

Aux Etats-Unis sur 37 familles, 52% des pères ont avoué avoir eu des moments de déprimes, quelque temps après la naissance de leur enfant (groupe 1). Ainsi ces pères seraient moins communicatifs avec leur bébé, puisque leurs femmes montreraient beaucoup d’affection au nouveau-né.

 

 

48% des pères ne souffrant pas de dépression post-partum (groupe 2), ont montré plus d’intérêts et sont plus engagés dans les tâches périnatales que leurs femmes. Après analyse, les pères des deux groupes ont été interviewés et de par leurs réponses, les scientifiques ont annoté que le comportement de la mère face à leur bébé influençait celui du père (2).

 

 

depression, post-partum, pourquoi, enfants, courent, courir

 

Cette dépression touche également le futur comportement de votre enfant

 

La dépression post-partum touche la mère, le père, mais aussi l’enfant ! Une récente étude américaine nous explique qu’un père en dépression post-partum, lors des premières années de vie de son enfant, jouerait un rôle important dans le développement de son comportement. Dans des situations de crise, l’enfant serait rapidement anxieux, prêt à mentir et à se battre (3).

 

 

De plus, un couple simultanément en dépression post-partum influence notamment le comportement d’un enfant. Ainsi, s’appuyant sur les résultats de 199 parents d’enfants de 4 mois et demi en moyenne, les chercheurs affirment que cette dépression de couple établit de futurs conflits parentaux qui détérioreront le lien familial.

 

 

Le père doit absolument être intégré à la vie de famille au même niveau que la mère, par ses proches et professionnels, et ce dès le désir l’enfant ! La dépression post-partum chez l’homme n’est en aucun cas signe de manque de virilité ! Le meilleur moyen de détecter cette dépression est d’en parler avec des professionnels, si ce n’est avec votre entourage.

 

 

Kiddizy vous met en relation avec les meilleurs professionnels, sophrologues, psychologues spécialistes de la maternité et parentalité, pour soulager vos maux !

 

 

En remplissant ce questionnaire d’orientation, vous serez contactés individuellement pour valider vos besoins et vous faire accompagner.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pas le temps de tout lire ?
VOUS ALLEZ ADORER LES "ONE MINUTE NEWS"

1 fois par semaine, dans votre boite mail,
1 actualité d'expert à lire en moins d’1 minute