Chaleur et Grossesse, comment faire face à l’été ?

femme enceinte plage grossesse été
Article mis à jour le 16 août 2019

La chaleur et les températures excessives sont difficiles à supporter en été. De ce fait, les épisodes de forte chaleur soumettent les femmes enceintes à davantage de désagréments. En période estivale, il est donc essentiel de prendre des précautions.

 

 

Chaleur: entre Hyperthermie …

 

 

Pendant la grossesse, le corps dispose d’un métabolisme boosté qui va augmenter la température corporelle. Lorsque les températures montent, les femmes enceintes sont donc plus sujettes aux risques d’hyperthermie (température corporelle anormalement élevée). Cette condition en début de grossesse peut augmenter le risque de malformations congénitales.

 

Une étude québécoise sur 704 209 fœtus entre 2 et 8 semaines après conception montre en effet un risque de cardiopathie congénitale (malformation cardiaque) après une exposition à la chaleur ambiante. La prévalence de ces malformations chez les fœtus étant de 0.98% pour 10 jours ou plus d’exposition à une température supérieure à 30°C pendant le premier trimestre de grossesse, contre 0.88% pour une exposition de 0 jour.

 

 

… et Déshydratation

 

 

Le corps gère les fluides et contrôle sa température différemment pendant la grossesse. De ce fait, les femmes enceintes peuvent se déshydrater un peu plus facilement ou présenter davantage de symptômes de déshydratation.

 

Les symptômes de cette déshydratation incluent notamment des vertiges ou des étourdissements qui sont susceptibles de causer des chutes. Entre le second et le troisième semestre, ces chutes sont particulièrement nocives pour la mère et le bébé. Elles peuvent entraîner des complications.

 

 

Quels dangers ?

 

 

femme enceinte grossesse eau hydratation chaleur

 

 

La déshydratation amène également le cerveau à produire une hormone appelée vasopressine qui déclenche la soif. Cependant cette hormone est similaire à l’ocytocine, impliquée dans la stimulation des contractions utérines. Au troisième trimestre, la déshydratation peut donc déclencher des contractions utérines intermittentes. Appelées contractions de Braxton Hicks, elles ne signalent pas le début de l’accouchement et peuvent être rapidement traitées par réhydratation.

 

Cependant, il est possible que les contractions déclenchent un travail prématuré. En effet, une étude californienne sur 60 000 naissances en période chaude (mai à septembre) de 1999 à 2006 montre une augmentation de 8,6% d’accouchements prématurés par augmentations de 5.6°C de la température hebdomadaire moyenne.

 

 

femme enceinte grossesse boire hydratation chaleur

 

 

Quels risques ?

 

 

Il existe d’autres risques liés à la déshydratation et l’hyperthermie. Par exemple, le risque accru de gestation plus courte et de mortinatalité comme le montre une étude australienne réalisée sur plus de 100 000 naissances. Les excès de chaleur peuvent ainsi être liés à d’autres risques tels que :

 

 

  • La mortinatalité : une étude californienne sur 8 510 décès fœtaux à plus de 20 semaines de gestation en période chaude (mai à octobre) de 1999 à 2009 montre une variation de 10,4% du risque de mortinatalité pour chaque augmentation de 5,6 ° C de la température.

 

  • Le décollement prématuré du placenta : pour une augmentation de température 1°C au cours de la semaine précédant l’accouchement, une augmentation du risque de rupture prématurée des membranes de 5% a été démontré par une étude américaine. Cette étude a été réalisée sur 15 381 grossesses avec rupture prématurée des membranes en période chaude (mai à septembre) de 2002 à 2008. De plus, une étude québécoise montre qu’une température hebdomadaire maximale de 30°C serait associée à une probabilité de décollement placentaire de 1,07 fois supérieure à une température de 15°C. Ces associations seraient plus fortes à terme. Cette étude a été conduite sur 17 172 femmes dont la grossesse était compliquée par un décollement placentaire.

 

  • Le risque d’insuffisance pondérale à la naissance : une étude californienne réalisée sur plus de 2 millions de nouveaux nés indique un lien entre l’exposition à certaines températures pendant la grossesse et le risque d’insuffisance pondérale à la naissance (moins de 2.5KG). Chaque augmentation de température de 10 degrés au-dessus 15.5°C étant liée à une augmentation de 16% du risque d’insuffisance pondérale à la naissance.

 

 

Conseils et précautions contre la chaleur

 

 

femme enceinte grossesse fruit boire hydratation

 

 

  • Bien s’hydrater ! Boire au minimum 1.5 à 2l d’eau par jour est recommandé.

 

  • Privilégier les fruits et les légumes et limiter (sans supprimer) sa consommation en sel : l’hydratation passe aussi par une alimentation saine !

 

 

Le véganisme enceinte ? Lisez notre article ICI

 

 

  • Manger léger : la digestion favorise la production de chaleur. Manger léger c’est donc éviter d’augmenter davantage la température corporelle.

 

  • S’équiper d’un brumisateur pour se rafraîchir la peau régulièrement.

 

  • Porter des vêtements amples en matières respirantes (coton, soie et lin).

 

  • Ne pas sortir aux heures les plus chaudes de la journée et favoriser les lieux climatisés.

 

 

Vous préparez vos vacances d’été ? Comment voyager enceinte ? Lisez notre article ICI

 

 

En cas de canicule, il est important de respecter les recommandations du ministère de la santé. Un numéro d’information gratuit est également mis à disposition du public depuis un poste fixe entre 9h et 19h : 0800 06 66 66.

 

 

N’hésitez pas à poser vos questions en ligne ici et à consulter les interrogations et réponses aux autres maman. Un professionnel certifié Kidd’izy y répondra GRATUITEMENT en moins de 24h.

 

Salarié ? Grâce à nos offres Entreprises Partenaires, tous les salariés bénéficient de tarifs préférentiels exclusifs auprès des thérapeutes certifiés de notre réseau. Votre employeur peut ainsi financer tout ou une partie de vos consultations individuelles et ateliers ! Devenez prescripteur de Kidd’izy Entreprise auprès de votre direction. Si votre entreprise devient partenaire, nous doublons vos avantages négociés par votre entreprise!

 

 

 

Sources

  • Auger N., Fraser W.D., Sauve R., Bilodeau-Bertrand M., & Kosatsky T. (2017). Risk of Congenital Heart Defects after Ambient Heat Exposure Early in Pregnancy. Environmental health perspectives, 125(1): 8–14.
  • Basu R., Malig B., & Ostro B. (2010). High Ambient Temperature and the Risk of Preterm Delivery. American Journal of Epidemiology, 172(10): 1108–1117.
  • Strand L.B., Barnett A.G., & Tong S. (2012). Maternal Exposure to Ambient Temperature and the Risks of Preterm Birth and Stillbirth in Brisbane, Australia. American Journal of Epidemiology, 175(2): 99–107.
  • Basu R., Sarovar V., & Malig B.J. (2016). Association Between High Ambient Temperature and Risk of Stillbirth in California. American Journal of Epidemiology, 183(10): 894–901.
  • Ha S., Liu D., Zhu Y., Sherman S., & Mendola P. (2018). Acute Associations Between Outdoor Temperature and Premature Rupture of Membranes. Epidemiology (Cambridge, Mass.), 29(2): 175–182.
  • He S., Kosatsky T., Smargiassi A., Bilodeau-Bertrand M., & Auger N. (2018). Heat and pregnancy-related emergencies: Risk of placental abruption during hot weather. Environment International, 111: 295-300.
  • Basu R., Rau R., Pearson D., & Malig B. (2018). Temperature and Term Low Birth Weight in California. American Journal of Epidemiology, 187(11): 2306–2314.

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Votre fidélité récompensée!


Plus vous partagez les articles sur vos réseaux, plus vous gagnez de cadeaux!

promotion 20 euros offerts sur la box de produits recommandés par les professionnels