Placenta : des particules ultrafines de pollution !

femme enceinte placenta

Pollution dans le placenta ! Plusieurs études scientifiques ont révélé que l’exposition des femmes enceintes aux particules fines de pollution pourrait être à l’origine d’anomalies fœtales ou de naissances prématurées.

A ce jour, le lien de causalité reste à démontrer, de même que les mécanismes sous-jacents. Mais récemment, une nouvelle étude britannique a mis en évidence que certaines particules ultrafines pourraient atteindre directement le placenta !

Pollution et effets sur le fœtus

 

La pollution atmosphérique à laquelle est exposée une femme enceinte peut avoir de multiples conséquences pour elle et son fœtus :

  • Une naissance prématurée ;

  • Un faible poids de naissance ;

  • Une mortalité fœtale ;

  • Des problèmes respiratoires à moyen-long terme.

Demander conseil à un expert – Gratuit

Si le lien de causalité entre pollution et conséquences materno-fœtales reste à démontrer, une récente étude britannique, présentée à l’European Respiratory Society International Congress, qui s’est tenu à Paris du 15 au 19 septembre 2018, révèle des résultats inquiétants, en mettant en évidence que des particules ultrafines peuvent être retrouvées dans certaines cellules placentaires.

Des particules de carbone dans le placenta

 

Dans cette étude, les chercheurs britanniques ont étudié le placenta de 5 femmes, ayant accouché par césarienne programmée d’un enfant en parfaite santé. Aucune de ces femmes n’était fumeuse et toutes les grossesses se sont déroulées sans complications. En analysant les macrophages (un type particulier de globules blancs) présents dans les tissus placentaires, les chercheurs ont observé des inclusions composées d’un matériau noir dans un certain nombre de macrophages.

L’observation en microscopie de ces inclusions a révélé qu’il pouvait s’agir de particules de carbone inhalé par les femmes enceintes. Ainsi, des particules de suie, ou carbone noir (particules ultrafines issues de la pollution atmosphérique) étaient détectées dans le placenta.

Réponse en ligne à vos questions – Service gratuit

En moyenne, sur les 5 placentas étudiés, chaque placenta contenait environ 5 µm² de particules fines. Ceci démontre que les particules polluantes inhalées par la femme peuvent passer dans la circulation sanguine maternelle, puis dans la circulation placentaire. Reste désormais à savoir si ces particules sont également capables d’atteindre directement le fœtus. En tous cas, leur présence dans le placenta pourrait déjà s’avérer néfaste pour le fœtus.

                                                                     bébé placenta

Placenta et pollution: poursuivre les études

Des études à plus grande échelle sont nécessaires pour confirmer ces résultats et déterminer le devenir et l’impact de ces particules ultrafines.

Une nouvelle démonstration en tout cas des effets délétères de la pollution environnementale sur la grossesse !

N’hésitez pas à poser vos questions en ligne ici, et consulter les interrogations et réponses aux autres maman. Un professionnel certifié Kidd’izy y répondra GRATUITEMENT en moins de 24h.

Dans le but de mieux vous informer, Kidd’izy vous aide à trouver les meilleurs professionnels santé et bien-être spécialistes de la parentalité: coachs parentaux, psychologues, accompagnants en périnatalité, etc…

 

Article mis à jour le 20 juin 2019

 

Source

Liu, N. et al. 2018. Do inhaled carbonaceous particles translocate from the lung to the placenta ? Congrès de l’European Respiratory Society 2018 (Paris) : 15-19 septembre 2018.

Mon compte fidélité

Vous n'êtes pas connecté

Votre fidélité récompensée!


Plus vous partagez les articles sur vos réseaux, plus vous gagnez de cadeaux!

promotion 20 euros offerts sur la box de produits recommandés par les professionnels