Voyager enceinte: 3 conseils pour voyager en toute sécurité

Parents voyage
Trouver un professionel

L’été approche, et il est temps de planifier vos vacances.

Lorsque l’on voyage enceinte , il faut  être plus précautionneuse que de coutume. Pour vous éviter tout risque de complication pendant vos vacances, voici nos 3 conseils pour voyager enceinte en toute sécurité.

 

1. Voyager enceinte: prendre conscience de sa situation

Avant de planifier un voyage, il est conseillé d’en discuter avec votre médecin traitant pour être sûre que vous êtes apte à voyager et qu’il n’y a pas de risque.

L’Université de Rochester, en Angleterre, a publié des recommandations pour les femmes enceintes ou allaitant et souhaitant voyager (1). Elle déconseille de voyager si vous présentez les antécédents suivants:

– Un historique de fausse couche, de grossesse extra-utérine, d’accouchement prématuré, d’anomalies placentaires, d’éclampsie, d’hypertension, un mauvais contrôle du diabète gestationnel, des problèmes d’infertilité ou de phlébite (obstruction des veines par un caillot de sang).

– Une béance du col de l’utérus

– Des saignements vaginaux

– Une gestation multiple

– Une première grossesse après 35 ans

– Des problèmes chroniques affectant les organes

Selon le Collège américain d’Obstétriciens et de Gynécologues (ACOG), le 2ème semestre de grossesse est le plus sûr pour voyager (2): entre la 14ème et la 28ème semaine, les futures mamans sont au meilleur de leur forme. Le risque d’avortement spontané ou d’accouchement prématuré est donc alors réduit.

Pendant le 3ème semestre de grossesse, les professionnels déconseillent à la femme enceinte de se déplacer à plus de 300 km du logement. En cas de complication (hypertension, phlébite superficielle et accouchement prématuré) une prise en charge rapide est nécessaire.

 

 

voyage-enceinte-conseil-risque

 

2. Choisir la destination et préparer son séjour

Il est important de se renseigner sur la destination. Certaines sont à risques, notamment:

– Les zones à haute altitude

– Les zones où des épidémies se propagent (par exemple les zones atteintes par le virus Zika, en Amérique Latine, en Afrique en Asie et en Océanie)

– Les régions où la malaria est répandue

– Les territoires où des vaccins sont obligatoires ou conseillés

Une fois la destination choisie, il est nécessaire de prévenir tout risque de complication: se renseigner sur les centres médicaux les plus proches, sur la fiabilité de la nourriture et des boissons, connaître son groupe sanguin et s’assurer que votre sang est testé pour le VIH et l’hépatite B.

Veillez également à vérifier si votre assurance maladie est à jour et si elle couvre un nouveau-né, dans le cadre où vous devriez accoucher à l’étranger.

 

 

enceinte-voyage-risque-conseil

 

3. Voyager enceinte: adapter son mode de transport

Certains modes de transport sont moins adaptés que d’autres.

I) Avion

Les voyages en avions sont les plus contraignants. Les vols internationaux sont refusés aux femmes enceintes de plus de 32 à 35 semaines de gestations, et la limite est de 36 semaines pour les vols domestiques.

Les risques souvent cités des voyages en avions sont l’exposition aux radiations (plus importantes car l’avion survole une partie de l’atmosphère), le risque de phlébite et le manque de ressources médicales pour gérer une éventuelle complication pendant le vol.

Pourtant, le risque de rencontrer des complications pendant le vol est très bas. L’Université Clinique d’Obstétrique de Médecine Fœtale a réalisé une étude auprès de 16 femmes enceintes de jumeaux, effectuant des vols de 2h30 à 7h. Aucune complication n’a été observée (3).

 

 

voyage-enceinte-conseil-risque-kiddizy

 

II) Train, voiture, bateau

Le train reste le plus pratique, car peu contraignant. Il vous assure une certaine stabilité et un bon confort.

La voiture est également une alternative à envisager. Mais il est conseillé de ne pas effectuer plus de 6 heures de route par jour. Selon votre état, les secousses peuvent vous être désagréables, et le voyage difficile.

En bateau, l’ACOG met en garde contre les norovirus, un groupe de virus à l’origine de nausées sévères et de vomissements, pendant 1 à 2 jours. L’infection peut se propager rapidement, par la nourriture, la boisson, et par contact avec des surfaces contaminées. C’est pourquoi il est conseillé de vérifier si le bateau a passé une inspection sanitaire conduite par le Centre de Prévention et de Contrôle de Maladie (CDC).

Une fois sur place, les règles de vigilance communes s’appliquent : faire attention à la nourriture et la boisson (boire seulement de l’eau embouteillée pour les destinations où elle n’est pas potable), et enfin se protéger du soleil correctement.

Mais il est avant tout important de se reposer le plus possible lorsque l’on est à l’étranger.

 

08/06/2016

Sources: 
(1): Traveling While Pregnant or Breastfeeding. I.BurdKanipe, Jennifer, RN
(2): Travel During Pregnancy – 2016 
(3): Bon Voyage: An Update on Safe Travel in Pregnancy. Claire Ann Jones, Crystal Chan. Centre for Fertility and Reproductive Health, Mount Sinai Hospital, Toronto ON

 

Mis à jour le 03/08/17

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pas le temps de tout lire ?
VOUS ALLEZ ADORER LES "ONE MINUTE NEWS"

1 fois par semaine, dans votre boite mail,
1 actualité d'expert à lire en moins d’1 minute